Immobilier neuf : le Scellier dope la fin d’année à Lyon

La perspective d’une disparition du dispositif Scellier à 22% pour les logements en BBC a permis au marché lyonnais de l’immobilier neuf de terminer l’année à un niveau de transactions légèrement inférieur à celui de 2010.

Les promoteurs lyonnais auront réussi leur fin d’année 2011. Après un début d’année catastrophique, les ventes ont repris au cours du deuxième semestre, pour finalement terminer sur un repli contenu, de l’ordre de 11% par rapport à 2010, à 5 971 logements, d'après les chiffres dévoilés vendredi à la présentation des chiffres 2011 de l'immobilier neuf à Lyon. « Ce n’était pas gagné en début d’année, a commenté Jean Jacques Mathias président du CECIM, en présentant ces chiffres. Nous étions sur -40% : nous arrivons à -11% sur l’année 2010 ».

Côté prix, la tendance reste franchement haussière : sur le Grand Lyon, la hausse atteint ainsi 6% à 3 749 euros. Quant à Lyon intra-muros, les prix ont littéralement flambé : +13% par rapport à 2010. Ils atteignent désormais 4 457 euros le mètre carré. Une différence que Frédéric Marchal, le président de la FPI en région lyonnaise, attribue à « une prime à la centralité » sur l’ensemble de l’Aire Urbaine de Lyon.

Le privé alimente le marché

Peu présents en début d’année, les investisseurs ont retrouvé le chemin des points de vente en fin d’année, dans la perspective de la fin du dispositif Scellier à 22%. La baisse de leur contribution en début d’année avait ramené leur proportion à 50%, après être monté à proximité des 70% en 2010 : elle termine finalement l’année à 49%. Les acquéreurs utilisateurs représentent un tiers des ventes, à 34%, tandis que 17% ont été réservés aux ventes en bloc.

Les mises en ventes, elles, ont reculé dans la même proportion, à 6 272 contre 6 981 en 2010, avec un fort mouvement sur les premiers mois de l’année, pour tendre par la suite à se ralentir un peu. Ce résultat est, de l’avis de Jean Jacques Mathias (notre photo), exceptionnel à deux titres. Selon lui, il montre que «les structures ont une capacité très forte à lancer de nouvelles opérations ». « Cela veut dire aussi que c’est un résultat qui a été obtenu essentiellement sur des terrains privés, avec une multiplicité d’opérations beaucoup plus importantes, du fait qu’il n’y ait pas eu d’opérations publiques qui aient permis l’alimentation du marché » a-t-il constaté.

Cette baisse des réservations et la hausse des mises en vente tend à renforcer légèrement l’offre disponible : celle-ci atteint 3 124 logements à la fin de l’année 2011. Ce chiffre, considéré comme faible par le CECIM, reste de « nature à générer des tensions sur le marché ».

Des ventes surtout réalisées sur le 7ème et 8ème arrondissement

Répartition des réservations par arrondissement en 2011 (Source CECIM)

Au sein de l’agglomération lyonnaise, les ventes se sont surtout réalisées sur Lyon (29%), Villeurbanne (12%) et sur l’est du Grand Lyon (31%). Sur Lyon intra-muros, les ventes se font au sud de la ville. Les huitième (34%) et le septième (26%) arrondissements totalisent à eux deux 60% des ventes de Lyon, lorsque le troisième (21%) remonte également dans la ventilation géographique des ventes. Côté prix, si Lyon est toujours loin devant en termes de prix (4 457 euros), le Nord Ouest de Lyon (3 978 euros), lui, devance Villeurbanne (3 813 euros) et Caluire (3 775 euros). « A notre grande surprise, les prix de Villeurbanne ont dépassé ceux de Caluire, ce que personne n’aurait pu imaginer il y a cinq ans. Nous avons été rattrapé par le réel : Villeurbanne est, à l’intérieur du périphérique bien desservi par les transports en commun, ce qui en fait le dixième arrondissement de Lyon» analyse Frédéric Marchal.

Une enveloppe investisseurs qui stagne

Côté surfaces, les investisseurs et particuliers ne se portent pas sur les mêmes types de biens. Alors que les investisseurs privés se portent tout naturellement sur les petites surfaces, comme les T2 (44%) et les T3 (37%), les particuliers utilisateurs, eux, choisissent plutôt les T3 (41%) et les T4 (24%). A ce titre, les investisseurs déboursent, sur le Grand Lyon, plus que les acquéreurs utilisateurs : 3 821 euros, contre 3 645 euros. Il faut dire que la surface des biens achetés est bien inférieure : de 51 m2, contre 68% pour les accédants. Enfin, le pouvoir d’achat des investisseurs, avec la montée des prix a tendance à baisser : le panier moyen est ainsi tombé à 51 m2 sur l’aire urbaine de Lyon, quand l’enveloppe moyenne stagne peu ou prou depuis 2009, à 194 264 euros.

» Les prix de l'immobilier neuf à Lyon ont progressé de 13% en 2011
» L'état du marché de l'immobilier neuf à Lyon






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Plattard et SAMSE acquièrent Provvedi

Cet acteur de l’industrie du béton et le distributeur de matériaux ont annoncé avoir acquis cette société spécialisée dans l’exploitation forestière, la scierie et la deuxième transformation du bois.


Grenoble : Premier bois pour Xylo

nullLe premier bois de ce programme immobilier de 2.700 m², dont la structure est essentiellement conçue en cette matière, a été posé.


Les réservations de logements ont chuté dans le Grand Annecy

Le marché annécien a connu une baisse de 35% des réservations à l’unité en 2022.


2.551 ventes de logements neufs dans la Métropole en 2022, pire année de la décennie

Le CECIM, la FPI région lyonnaise et la pôle habitat de la FFB ont présenté mercredi des chiffres alarmants en termes de ventes de logements neufs dans la Métropole de Lyon en 2022.


Legendre Immobilier lauréat de l’îlot D3 à la Confluence

nullUne consultation avait été lancée en mars 2022 pour cet ilot situé au carrefour du cours Charlemagne et de la rue Paul Montrochet.


Baisse sensible des réservations de logements neufs sur Chambéry

Les réservations de logements à destination des particuliers ont reculé de 23% au cours de l’année 2022 sur le Grand Chambéry. Les prix, eux, flambent.


Une baisse des ventes de logements neufs limitée sur Grenoble Alpes Métropole en 2022

1.070 ventes de logements neufs ont été enregistrées en 2022 selon la FPI, soit un repli de 11% par rapport à 2021. Les chiffres restent toutefois supérieurs aux niveaux de 2019, ce qui n’est pas le cas dans la Métropole de Lyon, où les ventes demeuraient, en 2022, inférieures de 43% par rapport à cette année pré-Covid.


BTP Rhône et Métropole : Norbert Fontanel succède à Samuel Minot

nullLe dirigeant a été élu le 31 janvier 2023 pour un mandat de trois ans, président de la fédération BTP Rhône et Métropole. Il succède à Samuel Minot.


Lyon 8 : la résidence « Les jardins d’Hortense » a ouvert ses portes fin 2022

Cette résidence Ovelia a ouvert ses portes fin décembre.


482.200 permis de construire délivrés en 2022, 376.200 logements mis en chantier

Le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires a fait part vendredi des chiffres globaux en matière de construction de logements sur l’année écoulée. Les mises en chantier ont reculé en Auvergne-Rhône-Alpes.


Axel Giusta a reçu le « Prix du Mérite »

Ce jeune professionnel de 21 ans est solier au sein de l’entreprise SAS Rigoudy à Saulce-sur-Rhône.


Matériaux de construction : le dispositif d’analyse des coûts de production est lancé

C’est ce qu’a annoncé ce jeudi Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique.


Saint-Étienne : un rythme annuel de 320 réservations, et des prix en hausse

C’est ce qui ressort du dernier tableau de bord trimestriel de la promotion immobilière publié par l’agence d’urbanisme Epures.


Villefranche-sur-Saône : la 1e pierre de la maison de santé de Belleroche a été posée en décembre

Celle-ci a été posée vendredi 9 décembre au sein de la zone d’aménagement concerté de 37 hectares.


La Poste Immobilier investit en Auvergne Rhône-Alpes/Bourgogne

Sur le territoire, 8 millions d’euros vont être investis par la foncière pour la rénovation de bureaux de poste en 2023. Plus globalement, la foncière du groupe La Poste a investi 38 millions en 2022.
»
Hôtel des Postes de Lyon : la rénovation a pris fin en 2022
» Corbas : La Poste a inauguré sa plateforme multi-activités