Les prix de l’immobilier neuf flambent de 13% à Lyon en 2011

Le prix de mètre carré atteint 4 457 euros. Lors de la présentation annuelle des chiffres du CECIM, Frédéric Marchal, le président des promoteurs, a indiqué s’attendre à un statu quo sur les prix en 2012.

C'est une sorte du rituel de début d'année: Jean Jacques Mathias, président du CECIM (notre photo), Frédéric Marchal, président des promoteurs immobiliers de la région lyonnaise, et Yann Pommet, président de l’UCI FFB de la région lyonnaise présentaient ce vendredi les chiffres de l’immobilier neuf en région lyonnaise au titre de l’année 2011.

L’année écoulée a été marquée à Lyon par une nouvelle envolée des prix : ceux-ci ont progressé de 13% par rapport à 2010, et atteignent désormais 4 457 euros le mètre carré. Une envolée que Frédéric Marchal explique par « une prime à la centralité » : sur l’ensemble de l’Aire Urbaine de Lyon, les prix ont, certes, augmenté, mais de « seulement » 6%. Ils atteignent tout de même 3 749 euros.

« L’achat immobilier est un investissement à long terme, et tout le monde soupèse les motivations de son achat, à la mesure de la confiance qu’il peut avoir en l’évolution du marché ». « En outre, la pression foncière a été à la mesure de l’intérêt des clients exprimé sur Lyon ville » explique le président de la FPI de la région lyonnaise. Le fait que les grandes opérations d’aménagement publiques soient pour l’heure en attente a obligé les promoteurs à acheter au prix fort des terrains auprès de propriétaires privés, que les promoteurs ont par la suite répercuté sur les prix.

Statu quo en 2012

Le fait que le Scellier, même raboté, soit encore effectif jusqu’au 31 décembre, et que le PTZ+ soit réservé à l’immobilier neuf incite le président des promoteurs à tabler sur un maintien des prix à leur niveau actuel l’an prochain. « Aujourd’hui, un tiers des réservations se sont faites dans Lyon, et un tiers de l’offre est disponible dans Lyon. Il me semble que l’offre à la vente étant grosso modo en cohérence avec ce qu’est susceptible de représenter le marché dans les grandes villes, il serait vraisemblable de penser que les prix à Lyon ne devraient pas connaitre en 2012 une inflation aussi forte que celle que l’on a connue en 2011 » note Frédéric Marchall.

Le patron des promoteurs lyonnais a néanmoins affiché sa confiance pour 2012, avec la perspective de l’ouverture d’importantes opérations d’aménagement publiques, telles que la ZAC des Girondins, la ZAC des Maisons neuves, ou encore la deuxième phase de Confluence. « Plus l’offre sera abondante, plus les prix seront contenus » a affirmé le président de la FPI de la région lyonnaise. « C’est la rareté qui crée l’exclusion, et l’inflation ». « Nous appelons de nos vœux à un renouvellement extrêmement fort de l’offre de logements issus de terrains publics, de manière à ce que le renouvellement du marché ne se fasse pas exclusivement sur des terrains privés, qui sont physiquement présents, mais peu liquides sur le marché » a conclu Frédéric Marchal.

» Peu de renouvellement du foncier public disponible à Lyon

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]