Un début d’année « très en deçà de nos objectifs »

Jean Marie Paulet, président de l’Union des Maisons Françaises en Loire et Haute-Loire, constate une baisse d'activité sur le marché des maisons individuelles.

Comment se porte le marché de la maison individuelle en Loire et Haute-Loire depuis le début de l’année? Existe-t-il un certain attentisme de la part des acquéreurs ?

C’est le moins que l’on puisse dire. Janvier et encore plus février a été une période très difficile. Je demande souvent à mes collaborateurs si le téléphone sonne. Il n’a pas trop sonné en février, ni début mars. On commence seulement à avoir maintenant un petit redémarrage.

La maison individuelle s’est surtout développée, depuis quelques années, dans le sud de la Plaine du Forez et dans la vallée du Gier. Pensez-vous que ce mouvement de périurbanisation de Saint-Etienne est structurel ?

Vous savez qu’il y a un petit problème de PLU. Dans ce PLU, il y a un SCOT. Ce SCOT a été accepté par les communes et génère des droits à construire par an. Certaines communes ont droit à 2 logements par an pendant 5 ans, quand d’autres ont droit à 40 logements. Nous risquons donc d’avoir une surface constructible qui va se réduire, et qui va donc nous demander de réaliser des maisons sur des petites surfaces. Je trouve que ce n’est pas réellement notre métier. Nous, notre métier, c’est de faire des maisons avec 1000 m2 de terrains. Ça me gêne parce que c’est ce qui va se décider demain.

En 2013, la RT2012 va entrer en application, ce qui va de facto peser sur le prix de la maison individuelle…

Les gens ont des difficultés à financer leur maison individuelle. On vient de leur remettre la RT2012, qui génère entre 5% et 10% d’augmentation du prix. Ceci est gênant dans le sens où nous étions arrivés à bien cerner notre marché de la maison individuelle. Or pour nos principaux clients, les primo-accédants, 10%, ça les met hors circuit : les banques n’accepteront pas de les financer, car cela va les surendetter, même si cela ne représente que 7 000 ou 10 000 euros. La moyenne des maisons construites dans le département de la Loire, c’est 120.000 euros avec le terrain, dont si on rajoute à cela 10%, plus la TVA, plus les études d’architectes, et plus les études de sols qui vont être nécessaires du fait des risques miniers, on va plomber notre clientèle et aussi notre profession.

Concernant l’obligation de recours à un architecte pour toute surface au sol supérieure à 170 m2, êtes-vous inquiets vis-à-vis cette modification ?

Avant, les maisons devaient faire plus de 170 m2 habitables pour recourir à un architecte. Maintenant, c’est 170 m2 au sol. Le garage par exemple est compté… Ce qui fait que près de deux tiers de nos maisons nécessitent la signature d’un architecte. Cela risque de diminuer notre capacité à construire. Il faut que l’on trouve des architectes qui supervisent ce que nous avons fait. Or ils ne vont pas faire cela gratuitement, et vont le faire pour quelques centaines ou milliers d’euros. Ils ne vont pas faire des signatures de complaisance, et vont vouloir à tout prix s’assurer de ce qui a été fait. Ils vont donc vouloir, et je les comprends, voir le dossier, l’étudier, et par la suite prendre des honoraires supplémentaires.


UMF Loire Haute Loire - mars 2012 par Lyon_Pole_Immo

Une des autres particularités de Saint-Etienne, c’est la prévention des risques miniers. Certains maires vont regarder à deux fois avant d’accorder un permis de construire…

Le maire de Villars a déclaré récemment qu’il avait refusé deux permis en attendant d’être certain que leurs études de sol soient plus pointues, plus finalisées. Les maires ne vont pas prendre de risques supplémentaires, car ils engagent leur responsabilité. On va donc encore demander des études de sol très pointues pour pouvoir construire des maisons et éviter aux élus des ennuis sur du terrain qui est forcément minier. A Villars ou Roche la Molière, ce sont 26% des terrains qui sont touchés par le plan de prévention des risques miniers. Cela va donc augmenter les prix.

Vous vous attendez donc à un ralentissement pour 2012 ?

La particularité du marché de la maison individuelle, c’est que les ventes de l’année 2012 sont faites, parce que nous avons réalisé les ventes en 2011. On met en effet 9, 10 mois pour construire une maison. Moi, ce qui m’inquiète aujourd’hui, c’est 2013. Nous vendons aujourd’hui les maisons que l’on va livrer en 2013. Or c’est lors de la livraison des maisons que l’on réalise le résultat. C’est le résultat 2013 qui me pose aujourd’hui souci, car nous sommes, sur ces trois premiers mois, très en deçà de nos objectifs.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Malgré un rebond au 3ème trimestre, les mises en chantier chutent sur un an

Le SDES du ministère de la Transition énergétique a fait part ce mercredi ses statistiques de mises en chantier et d’autorisations de logements au troisième trimestre 2020.


Beynost : 6e Sens immobilier remporte un appel à projet

Le groupe a remporte l’appel à projet municipal sur l’ancien site de l’Etablissement Français du Sang.


La Fabric’, Grand prix régional des pyramides d’argent de la FPI


La fédération des promoteurs immobiliers a fait part des 9 prix récompensant les projets architecturaux les plus emblématiques en région lyonnaise.


Capelli vise une croissance de 50% au 1er semestre


Le promoteur a fait état d’un maintien des ventes à un niveau élevé dans un contexte économique perturbé.


Une solution de lavage promue par la FFB pour les peintres du bâtiment

La fédération du bâtiment lance O’Niveau, opération visant à aider les entreprises de peinture à s’équiper d’une station de nettoyage d’outils plus respectueuse de l’environnement.


Vers une mise à jour de la charte de 2006 pour promouvoir les matériaux biosourcés

Peu avant la clôture de l’exposition « Architecture en fibres végétales » qui s’est tenue durant l’été à Archipel, les adjoints au maire de Lyon, Sylvain Godinot et Raphaël Michaud, ainsi la vice-présidente de la Métropole, Béatrice Vessiller, ont fait un point sur la filière des matériaux biosourcés et les moyens de la promouvoir.


Logement : les permis de construire peinent à rebondir

Après un recul en mars et avril dû au confinement puis une reprise en mai et juin, les autorisations et mises en chantier de logements se sont stabilisées en juillet et août, en données corrigées.


« L’Avant-Scène », grand prix régional des Pyramides d’argent de la FPI Alpes

La FPI Alpes remettait jeudi dernier dans le château de Servolex en Savoie les huit pyramides d’argent de l’arc alpin.


Renaud Payre, nouveau président de l’OFS métropolitain

Le vice-président de la Métropole de Lyon délégué à l’habitat, au logement social et à la politique de la ville, a été élu ce lundi président de l’organisme de foncier solidaire métropolitain.


Loi de finances 2021 : la FFB presse le gouvernement


La FFB attend de nombreux compléments et détails par voie d’amendements pendant les débats parlementaires ou sous forme de textes règlementaires à venir.


Benjamin Courraud, nouveau délégué régional de la FPI Alpes


Le nouveau délégué souhaite instaurer une proximité avec l’ensemble des élus locaux, leurs représentants et leurs administrations, ainsi qu’avec l’ensemble des institutions locales.


« Jazz » a été bien accueilli aux Minguettes

null
Lyon Métropole Habitat, office public de l’habitat métropolitain, a lancé le week-end dernier son nouveau programme d’accession sociale à la propriété dans ce secteur de Vénissieux.


Les mises en ventes de logements neufs en chute libre à Lyon

La fédération des promoteurs immobiliers a communiqué il y a quelques jours les derniers chiffres en matière de réservations de logements neufs, et de prix, toujours orientés à la hausse.


Immobilier neuf : les craintes des promoteurs

La fédération des promoteurs immobiliers (FPI) a fait un point la semaine dernière sur l’activité du secteur au cours du premier semestre, marqué par le confinement.


Ardoix : pose de la première pierre de l’usine ASF 4.0

La Région Auvergne-Rhône-Alpes accompagne ce projet, qui devrait à terme permettre la création de 40 emplois.