Rue Garibaldi, premier acte

Le projet de la rue Garibaldi est entré lundi matin dans sa phase opérationnelle, avec le début de la démolition de la passerelle piétonne surplombant la rue au niveau du Boulevard Eugène Deruelle.

« Bientôt, rue Garibaldi, les piétons ne se déplaceront plus, ils se promèneront ». A l’entrée du chantier de démolition de la passerelle piétonne, premier acte du réaménagement de la rue Garibaldi, une affiche du Grand Lyon annonce l’ambition du projet promu par le grand Lyon : faire de cet axe routier traversant la ville du nord au sud une liaison urbaine apaisée, et un lieu de promenade et de flânerie.

« Si l’on veut concevoir la façon dont nous souhaitons développer Garibaldi, il suffit de se reporter à ce qu’est aujourd’hui l’entrée de Mermoz » a ainsi expliqué Gérard Collomb, lors d’une conférence de presse dédiée au lancement de la première phase opérationnelle de ce vaste projet. « C’était, il y a encore simplement un an et demi ou deux ans, une entrée extrêmement autoroutière, qui séparait le quartier en deux, et qui faisait que de Mermoz Nord à Mermoz Sud on ne pouvait pas passer, on ne pouvait pas communiquer ».


Et si l’Autopont découpait, sur Mermoz, le quartier en deux, ce sont les trémies qui, tout au long de la rue Garibaldi, constituent les principales ruptures urbaines. « La coupure est à peu près la même » constate le maire de Lyon. «Il faut être lyonnais pour savoir à quel endroit il faut passer pour aller de l’est à l’ouest de la ville » renchérit-il. C’est pour atténuer cette impression de rupture que la perspective d’un réaménagement de cette rue avait vu le jour.

Relier la Tête d’Or et Sergent Blandan

Le projet, qui a obtenu un avis favorable de la part du commissaire enquêteur au terme de l’enquête publique, s’inscrit donc tout à fait, selon l’édile lyonnais, dans la logique inhérente aux grands projets de l’agglomération, tels que Mermoz ou encore les Berges du Rhône. La rue Garibaldi se veut ainsi être « le pendant » de ces dernières au cœur de la ville, en reconquérant les espaces publics latéraux et en améliorant l’accès aux grands équipements, tel que l’Auditorium ou les Halles Paul Bocuse. Elle permettra également de relier les deux poumons verts de la ville, à savoir le parc de la tête d’Or, et le futur parc Sergent Blandan.

« On a beaucoup d’espaces verts qui ne sont pas reliés les uns avec les autres, donc on ne les aperçoit pas. On a l’impression qu’on est face à de petits espaces alors que si on relie les espaces publics, alors cela change du tout au tout » note Gérard Collomb. Le projet permettra en outre de faire cohabiter tous les modes de transports, du vélo à la voiture en passant par les transports en commun. Le tramway pourrait même faire son apparition à long terme, suite à ces réalisations, le maire de Lyon soulignant l’aspect « évolutif » du projet.

« Le but est que la ville évolue sur elle-même en utilisant ses propres structures » confie pour sa part Alain Marguerit, maître d’œuvre paysagiste. « On a une trame urbaine qui est très différente, entre la trame Morand et celle du septième (arrondissement, NDLR). Toute l’histoire urbaine des deux derniers siècles se retrouvent le long de Garibaldi» évoque le paysagiste. Résultat : « la continuité des piétons, des vélos, mais également la continuité écologique ne se fait pas » analyse-t-il.

Une première phase sur l’axe Vauban-Bouchut

Première phase du projet, le réaménagement de la rue Garibaldi sur l’axe allant de la rue Vauban-à la rue Bouchut doit s’insérer dans un autre projet global de quartier, celui de la Part- Dieu. Sur cet axe, divers aménagements sont prévus, en deux phases, pour un coût total de 30 millions d’euros. « Le secteur est déjà en mutation ; nous avons un nombre d’opérations connexes à la rue Garibaldi qui sont importantes » rappelle Valérie Marchand, chargée du projet Garibaldi. La déconstruction de la tour UAP, puis la construction de la Tour Incity, menées par Sogelym Dixence, en font partie, tout comme la reprise de la toiture des Halle Paul Bocuse - qui doit être transformée en jardin - et la dépollution de la station Esso, sur les bases de laquelle un nouvel espace va être réaménagé.

Le travail sur cet axe couvre 800 mètres, les plus proches de la Part-Dieu. Sur cette section comme sur le reste du parcours, la place de la voiture va être réduite. Trois voies centrales seront dédiées à la voiture. Sur les côtés, une large place sera donnée aux piétons, avec sur chaque extrémité des bandes libres séparée à l’ouest par les bandes cyclables.

Contre celles-ci, à l’ouest de la rue, sera construite une piste cyclable bidirectionnelle, séparée de la circulation par une bande végétale de 3 mètres de largeur. A l’est, sera disposée la piste dédiée aux transports en commun, avec 7 mètres de chaussée circulée, et séparée de la circulation centrale par une bande végétale de 3 mètres.

Deux trémies vont être supprimées, et le profil en travers actuel sera modifié, pour restaurer les carrefours avec les rues adjacentes. 8 carrefours vont ainsi être modifiés, pour finalement porter à 10 leur total sur cette seule section. Deux seront gérés avec des priorités aux transports en commun (tramway T1 et ligne C3).

Une promenade arborée va être disposée du cours Lafayette à la rue Bouchut, avec de nombreuses terrasses, bancs et espaces ombragés.

La passerelle piétonne démolie

Cette première étape du chantier a donc commencé lundi matin par la démolition de la passerelle piétonne.Durant toute la semaine dernière, les équipes chargées du chantier ont préparé ce dernier, mais également mis en place la signalisation et le barriérage.

Gérard Collomb a quant à lui, donné symboliquement le coup d’envoi du chantier, en grignotant quelques morceaux de la partie est de passerelle. Durant la période des travaux, la circulation sera maintenue, tout comme l’entrée au parc LPA, et l’accès piéton devant la Banque Populaire. En revanche la circulation sera interdite entre les rues Deruelle et Garibaldi, et l’accès à la rue de Bonnel sera quant à lui fermé.


La deuxième phase de démolition de la passerelle aura lieu dès mai 2012, avec la démolition par grignotage de la partie est de la passerelle. Début juin 2012, commencera l’évacuation des déblais et des protections au sol. Durant cette deuxième phase, la circulation sera restituée entre Garibaldi et Bonnel, et l’accès au parking LPA se fera par la rue Duguesclin puis par la rue Bonnel.

La deuxième phase des travaux fin 2012

Après la démolition de la passerelle, commencera à la fin de l’année 2012 ou début 2013 la deuxième phase des travaux. Celle-ci débutera avec la démolition des trémies, avant l’aménagement des 3 voies à la fin du printemps 2013. Enfin, les travaux sur les espaces latéraux, comme les sites propres en bus, les trottoirs, les espaces plantés, et les pistes cyclables pourront débuter à l’été 2013, pour se poursuivre jusqu’au début 2014.

La troisième et dernière phase sur cette section débutera quant à elle début 2015, avec l’aménagement des Parvis des Halles et de la Tour Incity. Entre temps, les travaux du tronçon Bouchut-Arménie, prévus pour 2014, devraient avoir débuté. Les études du tronçon Arménie-Berthelot devraient pour leur part débuter en 2015.

» Garibaldi, un modèle pour la Confluence ?
» Les trémies vont servir de réservoir d’eau

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

T1 rue Servient, C3 cours Lafayette, Rue Garibaldi : Creusement du TUNNEL en cours, pour faire passer les voitures de la rue Garibaldi, sous la ligne de Tramway T1, sous la ligne de Trolleybus C3

Bonjour,

En tant que contribuable du GRAND LYON, depuis 23 années,

j’approuve sans aucune réserve, l’EXCELLENTE décision qui a été prise par le GRAND LYON, de construire un TUNNEL, pour faire passer tout le FLOT des voitures de la rue Garibaldi,

T1) en DESSOUS des 4 rails, des deux voies, de la ligne de Tramway T1, de la rue Servient

C3) en DESSOUS de la ligne des Trolleybus ARTICULÉS C3, du Cours Lafayette

Vélo’V) en DESSOUS de la PISTE CYCLABLE, du Cours Albert Thomas et du Cours Gambetta

4) en DESSOUS de …, …, …

Allez-y, cliquez gaiement sur le lien suivant :

https://picasaweb.google.com/117315478916189796199/CreusementDuTUNNELPourFairePasserLesVoituresDeLaRueGaribaldiSousLaLigneTramwayT1?authuser=0&feat=directlink

1) La ligne de Tramway T1 dessert la Gare de la Part Dieu, le Centre commercial de la Part Dieu, …

http://www.sytral.fr/12-tcl-tramway.htm

2) La ligne des Trolleybus ARTICULÉS C3, est la ligne la plus empruntée du réseau de bus, du GRAND LYON, avec plus de 50 000 voyages / jours !

Trolleybus ARTICULÉS
Plan de la ligne C3
http://www.sytral.fr/14-tcl-trolleybus.htm

Les objectifs de la ligne :

Créer une liaison rapide, directe et non polluante entre Vaulx-en-Velin, L. Bonnevay- Astroballe, Part-Dieu et le nord de la Presqu’île.

3) Le succès de la PISTE CYCLABLE du Cours Albert Thomas et du Cours Gambetta est absolument considérable, gigantesque, parce qu’elle est protégée, premièrement, de l’axe routier SUD/NORD (Quartier d’affaires de la Part Dieu, Tour Silex 2, Tour EVA, Tour INCITY, Tour OXYGÈNE, Tour PART-DIEU LCL – Radisson BLU Hôtel, …) par la trémie du Boulevard Marius VIVIER MERLE, et parce qu’elle est protégée, deuxièmement, de l’axe routier NORD/SUD (Quartier d’affaires de la Part Dieu, Tour Silex 2, Tour EVA, Tour INCITY, Tour OXYGÈNE, Tour PART-DIEU LCL – Radisson BLU Hôtel, …) par la trémie de la rue Garibaldi.

——–
——–

Les décideurs du GRAND LYON, les décideurs du réaménagement de la rue Garibaldi, qui ne font pas du tout de vélo, ne peuvent pas imaginer, le confort, et la sécurité apportée par les trémies, aux piétons, et aux vélos, qui sont en surface.

Vous savez, attendre en vélo, de longues minutes, à l’arrêt, avec le nez à hauteur des pots d’échappement, que le feu passe au vert, c’est une horreur.

Et pourtant, aujourd’hui, l’immense succès des Berges du Rhône, n’est dû qu’à la présence de DEUX ÉTAGES, en haut des ponts pour les voitures, en DESSOUS des ponts pour les vélos et les piétons.

Et pourtant, aujourd’hui, l’immense succès de la piste cyclable du Cours Albert Thomas et du Cours Gambetta, n’est dû qu’à la présence de DEUX ÉTAGES, en haut de la TRÉMIE de la rue Garibaldi pour les Vélos, en DESSOUS de la TRÉMIE de la rue Garibaldi pour les voitures.

Il est donc clair que le projet de Gérard Collomb, d’une ville sur un seul étage, rue Garibaldi, est une ERREUR monumentale.

Je me suis déplacé, à plusieurs reprises, sur les lieux, rue Servient, aux heures de pointe (vendredi soir, …)

Rue Garibaldi : Il faut laisser les voitures passer EN DESSOUS, des 4 rails, des deux voies, de la ligne de chemin de fer, rue Servient (ligne de Tramway T1)

Rue Garibaldi : Il faut connecter les deux trémies ensemble avec un TUNNEL (TRANCHÉE COUVERTE CONTINUE) pour faire passer les voitures EN DESSOUS de l’axe piétonnier et cycliste MAJEUR de la rue du Docteur Bouchut (Piste Cyclable), et de la rue de la Part Dieu (Piste cyclable)

Album Photo du TUNNEL de connexion SOUS TERRE Rue Servient__Rue Garibaldi, avec un virage à gauche SOUS TERRE, qui débute rue Servient, sous le Centre commercial de la Part Dieu

https://picasaweb.google.com/117315478916189796199/RueServient__RueGaribaldiNouvelleTremie_TUNNEL_avecVirageA90SOUSTERRE?authuser=0&feat=directlink

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Renaud Payre, nouveau président de l’OFS métropolitain

Le vice-président de la Métropole de Lyon délégué à l’habitat, au logement social et à la politique de la ville, a été élu ce lundi président de l’organisme de foncier solidaire métropolitain.


«Il y aura un plan piéton métropolitain»


Bruno Bernard est le président de la Métropole de Lyon. Nous évoquons avec lui l’opération de pétionisation « la voie est libre », organisée ce week-end à Lyon et Villeurbanne.


Et Perrache s’ouvrit au sud…


Le pavillon sud de la gare de Perrache, qui permet un accès direct aux quais par la place des archives, a été inauguré ce mardi.


Villeurbanne veut l’encadrement des loyers au 1er janvier

null
Cédric Van Styvendael, maire de Villeurbanne, organisait ce jeudi une conférence de presse durant laquelle il a évoqué diverses thématiques.


«Suivant les époques, on a associé la ville au végétal ou on l’a dissociée»


Frédéric Ségur est responsable ingénierie et prospective du patrimoine végétal de la Métropole de Lyon. Nous évoquons avec lui l’exposition « La ville-forêt. Vers une nouvelle culture urbaine », présentée au CAUE


Steel, un nouveau pôle commercial, a ouvert à Saint-Étienne

Après plusieurs mois de report en raison de la Covid, l’inauguration de ce centre commercial majeur de l’entrée Est de la ville a été réalisée ce mercredi.


Le NPNRU Minguettes-Clochettes, ligne forte du mandat à Vénissieux

Michèle Picard, maire de Vénissieux et vice-présidente de la Métropole de Lyon, organisait vendredi dernier sa conférence de presse.


L’Europe retient l’offre d’un consortium piloté la SPL Lyon Confluence

La Commission Européenne a retenu l’offre du consortium Scale, coordonné par la SPL. Il s’agit du plus gros réseau de villes européennes engagées dans la lutte contre le réchauffement climatique.


Hélène Geoffroy, nouvelle présidente de la SERL


Le conseil d’administration du groupe SERL s’est réuni ce lundi. Les administrateurs, dont certains sont des nouveaux administrateurs représentant la Métropole de Lyon, ont élu la nouvelle présidente de la structure.


Projet de salle Aréna à Décines-Charpieu : la concertation continue

Des sessions de visites de terrain sont organisées ce samedi 12 septembre.


Décès de Pascal Garrido, ancien président d’Epures

L’ancien maire de la Talaudière et ancien président de l’agence d’urbanisme stéphanoise est décédé, à l’âge de 76 ans.


«Le projet Foch Sully est vertueux»

Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui le programme Action Coeur de Ville développé sur Roanne, le projet Foch Sully, ainsi que le dispositif Denormandie.


Le maire de Lyon acte le maintien d’une parcelle végétalisée dans le 1er arrondissement

Un projet immobilier, qui avait été contesté par l’ancienne maire d’arrondissement au 33 rue du Bon Pasteur, ne se fera finalement pas.


«La crise ne remet pas en cause l’idée de développer le tram, les télécabines et les bus»

Béatrice Vessiller est la nouvelle vice-présidente de la Métropole de Lyon en charge de l’urbanisme et du cadre de vie. Nous évoquons avec elle les transports, le renouvellement urbain, et les changements à venir dans le quartier de la Part-Dieu.


«La Saulaie peut être la 1ère étape de la reconquête des berges du Rhône»

Béatrice Vessiller est vice-présidente de la Métropole de Lyon en charge de l’urbanisme et du cadre de vie. Nous évoquons avec elle les projets urbains de La Saulaie et du Vallon des hôpitaux.