Les prix de l’immobilier stables à Lyon début 2012

Selon les Notaires de France, qui dévoilaient ce matin leur note de conjoncture, les prix ont stagné à Lyon sur la période allant de décembre à février.

Les prix ont stagné à Lyon sur la période allant de décembre-février. C’est l’un des constats dressés par les Notaires de France ce matin, à la faveur de la publication de leur dernière note trimestrielle de conjoncture. Le président de l’institut notarial de l’immobilier, Maître Pierre Bazaille, présentait à cette occasion, lors d’une conférence de presse à Paris, les grands enseignements de l’année 2011 en termes d’immobilier.

Parmi toutes les statistiques publiées ce matin par Notaires de France, quelques-unes concernaient Lyon et Rhône-Alpes. Les dernières en date sont celles qui concernent le prix moyen constaté sur les avant-contrats à fin février 2012 à Lyon. Ce dernier est en effet resté stable, à 3.150 euros. Cette stagnation des prix des avant-contrats tranche avec la baisse constatée dans les grandes métropoles du sud, tel que Grenoble (-2%), Bordeaux (-7%) ou encore Marseille (-3%). Seul Montpellier fait exception, avec une hausse de 5%.

Hausse de près de 9% à Lyon en 2011

Avant la diffusion annuelle des chiffres de la Chambre des notaires du Rhône, qui aura lieu le 31 mai prochain, l’institut notarial de l’immobilier a également communiqué les prix de l’immobilier sur Lyon et Rhône-Alpes à la fin 2011. Les prix atteignaient en moyenne 2.530 euros du mètre carré, soit une augmentation de 5.2% sur l’année. Une maison dans la région valait en moyenne, à la fin de l’année dernière 220.000 euros, soit une hausse de 0.8%.

A Lyon, les prix des appartements anciens ont augmenté de 8.9% à 3.140 euros l’an dernier, tandis que les prix des maisons augmentaient de façon un peu moins sensible, à 305.000 euros en moyenne (+6.5%). Les prix des maisons à Lyon restent ainsi inférieurs à ceux constatés à Grenoble pour le même type de biens : ceux-ci ont encore progressé de 3.3% en 2011, à 315.000 euros. Les appartements anciens dans la capitale du Dauphiné affichent néanmoins des prix biens inférieurs à ceux observés à Lyon : 2.440 euros, en hausse de 2.8% sur 2011. Quant à Saint-Etienne, les prix des appartements anciens ont stagné en 2011, restant à 1.280 euros, tandis que les prix des maisons reculaient de 3% à 180.000 euros.

Des volumes en hausse en Rhône-Alpes

L’évolution des volumes en logements anciens a été particulièrement sensible dans plusieurs départements de la région, avec des hausses de plus de 10% des ventes dans la Loire, le Rhône, l’Isère, la Haute-Savoie, et la Drôme. Sur les 14 départements dont les volumes ont progressé de 20% en France Métropolitaine, 3 sont situés en Rhône-Alpes : c’est le cas de l’Ain, de la Savoie et de l’Ardèche.

On notera également que la part des acquéreurs d’appartements anciens de moins de 30 ans est nettement plus forte dans la Loire (plus de 25%) que dans le Rhône (entre 15% et 20%). Un constat également vrai pour les plus de 60 ans, dont la part est nettement plus forte dans la Loire que dans le Rhône.

» Record de transactions immobilières en 2011
» Les prix en baisse de 1% au niveau national au premier trimestre, selon la FNAIM






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Meilleursagents prévoit une baisse des prix à Paris et Lyon d’ici un an

nullSi le spécialiste de l’estimation immobilière en ligne anticipe une prévision de l’ordre d’1,1 million de ventes d’ici fin 2022, le cabinet anticipe pour 2023 un retournement du marché immobilier.


Immobilier : des ventes en recul, mais des prix toujours en hausse

nullLe volume de transactions est en chute de plus de 7% en rythme trimestriel glissant, mais ceci n’impacte pas les prix, selon LPI Seloger. Ceux-ci restent en hausse, surtout en dehors de l’Ile-de-France.


Les prix en baisse dans les arrondissements centraux de Lyon

Selon le baromètre mensuel de LPI-Seloger, les villes moyennes voient leur prix toujours en nette progression. Mais la hausse est moins marquée à Lyon, où les prix reculent même dans l’hypercentre.


Les notaires de France évoquent une stabilisation du marché immobilier

Dans leur dernière note de conjoncture, les notaires indiquent même qu’une décrue est enclenchée.


Les prix de l’immobilier reculent à Lyon

nullC’est ce qu’a indiqué la FNAIM dans son dernier baromètre mensuel de l’immobilier.


Guy Hoquet décrit « une période charnière » pour le marché immobilier

Le réseau a fait part cette semaine de son baromètre trimestriel. Il a notamment détaillé les principales tendances observées dans les marchés de la région, dont Lyon, Grenoble, Saint-Étienne, Clermont-Ferrand et Annecy.


Les villes moyennes, moteur de la hausse des prix de l’immobilier

nullC’est le constat dressé par Orpi à l’occasion de son état des lieux du marché immobilier de ces 6 derniers mois.


La FNAIM évoque une « zone de turbulences » pour l’immobilier

nullLa fédération nationale de l’immobilier a tiré un bilan du marché immobilier sur la première partie de l’année. Si les prix sont en hausse dans la plupart des villes de France, ils reculent à Lyon et Paris.


Lyon : les prix de l’immobilier en baisse

nullLPI-Seloger a communiqué son baromètre des prix de l’immobilier au titre du mois de mai. Ceux-ci reculent globalement dans la ville, et dans 4 arrondissements sur 9.


Immobilier : les prix demeurent en hausse, malgré une stabilité des ventes

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du premier trimestre ont été publiés ce mardi. Une même tendance est perceptible en Auvergne-Rhône-Alpes.


Un ralentissement désormais jugé « probable » par la FNAIM

nullC’est ce que révèle la dernière note de conjoncture publiée au titre du mois de mai par la fédération portant sur le marché immobilier.


Baisse marquée des prix dans les arrondissements de l’hypercentre de Lyon


LPI-Seloger a fait part il y a quelques jours de son baromètre mensuel des prix de l’immobilier.


Saint-Étienne, plus forte hausse des prix de l’immobilier régionale en 2021


Les Notaires de France ont fait part en fin de semaine de leur note de conjoncture immobilière, qui compilait les données de l’année dernière arrêtées à fin décembre. En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix ont flambé à Saint-Étienne et Clermont, mais sont en hausse plus mesurée à Lyon et Grenoble.


Le 2e et le 6e, arrondissements les plus chers de Lyon

nullLyon, qui affiche un prix médian de 5.060€ le m², voit des variations de prix importantes suivant les arrondissements.


Immobilier : l’attrait confirmé pour la grande couronne lyonnaise

L’augmentation des prix médians des appartements et des maisons dans le Rhône surpasse celle de Lyon. L’attrait pour la périphérie, déjà perceptible en 2020, s’est confirmé en 2021.