Immobilier : « le temps n’est plus un ennemi pour les acheteurs »

Christophe du Pontavice, président d’Efficity, fait un point sur le marché immobilier du Grand Lyon. Il constate notamment une hausse des délais de vente, qui se traduit par une offre à la hausse sur l'agglomération. 

Votre dernier baromètre Efficity sur la région lyonnaise fait état d’une hausse de l’offre de biens à la fois sur Lyon et le Grand Lyon. Comment l’expliquez vous ?

Cette augmentation de l’offre est la conséquence d’une hausse des délais de vente. Les biens restent plus longtemps sur le marché. C’est un phénomène qu’on a commencé à observer au début du quatrième trimestre et qui s’est confirmé au premier trimestre 2012.

Le stock augmente partout sur le Grand Lyon mais les prix ne sont attaqués qu’en périphérie… Comment expliquer ce phénomène ?

On constate ce phénomène dans toutes les grandes métropoles, et ceci est bien plus marqué à Paris. Sur Lyon intra-muros, même l’augmentation de l’offre ne suffit pas à répondre à la demande qui est toujours là. Aussi, si les acheteurs ont plus de pouvoir de négociation qu’auparavant, il n’y a pas un déséquilibre entre l’offre et la demande tel que les prix baissent. Et puis il y a deux vagues, qui commencent souvent par les périphéries des grandes villes. Les prix sont relativement stables à l’intérieur de Lyon, car ce sont plutôt des biens sans défaut qui se vendent. De ce fait, les prix sont moins négociables. Dans le même temps, les biens de moindre qualité ne sont pas encore dans les statistiques de vente, car ils ne sont pas vendus, et cela donne l’illusion qu’il n’y a aucune tension sur les prix. Globalement, en périphérie, les propriétaires vendent, acceptent des taux de négociation et baissent leurs prix, ce qui n’est pas encore le cas à Lyon.

Pensez-vous que cette situation va se prolonger?

Nous ne ressentons pas de baisse de la demande. Nous calculons à chaque étape de la vente le nombre d’appel par mandat et par zone. Ce que l’on voit c’est que le nombre d’appel par mandat ne baisse pas. En revanche, il faut plus de visites pour vendre un bien : il y a donc toujours autant d’acquéreurs sur le marché, mais ils sont bien plus exigeants. Ils ont moins confiance, et exigent beaucoup plus de sécurité. On voit même des gens faire des offres sur plusieurs biens à la fois.

Est-ce lié au resserrement des conditions de crédit ?

Je ne crois pas. Il y a, certes, quelques dossiers qui ne sont plus financés, et les banques, très clairement, sont très prudentes et choisissent leurs dossiers. Mais ceci n’a pas un impact en amont, sur la demande, mais plutôt en aval. Si les acheteurs sont plus hésitants, ils sont toujours aussi nombreux. Les gens ont plus de mal à trouver des crédits après avoir trouvé leurs biens. Globalement, les acheteurs vont prendre plus de temps pour acheter. Ils ont compris que le temps n’est plus un ennemi pour eux. Lorsque l’on était dans des phases où l’immobilier augmentait de 1 à 1.5% par mois, les acquéreurs constataient au fil du temps qu’ils pouvaient acheter des biens de moins en moins grands. Nous ne sommes plus dans une phase comme celle-là : le marché s’est beaucoup calmé. En revanche, d’après nos données, il y a toujours autant d’acquéreurs sur le marché.

Quel est le périmètre de votre baromètre ?

Du point de vue de l’offre, nous étudions l’ensemble des offres présentes sur le marché. Concernant les prix de transactions, ceci se base sur des données d’Efficity et d’autres sources. Sur le Grand Lyon, on se base ainsi sur approximativement 4000 observations par mois, ce qui est suffisamment dense pour être significatif.

Comment voyez-vous la situation évoluer au niveau national ? Un redémarrage est-il possible ?

C’est un peu trop tôt pour dire quel est l’impact des élections, celui des ponts… Mais on peut dire très clairement que le marché s’assagit. Les vrais facteurs d’évolution du marché ne sont pas nationaux, mais plutôt liés à l’environnement financier global. Les banques n’ont pas beaucoup d’appétence pour le crédit immobilier, et sont très sélectives. Pour moi, on ne peut pas décréter que l’on va faire baisser les prix, même si il y a une volonté de le faire. Le marché est déséquilibré : globalement, on manque de logements par rapport à la demande, même si ce n’est pas vrai sur toutes les zones. Le rééquilibrage des prix se fera par un rééquilibrage entre l’offre et la demande, via la construction de logements. Je pense que le marché tend plutôt vers la stabilité. Si les prix baissent, ce sera plutôt en fonction des taux d’intérêt.

Justement, avez-vous ressenti des changements par rapport à février, lorsque les taux étaient plus élevés ?

Je pense que le fait que les taux baissent maintient les prix à un niveau élevé. Lorsque l’on est acheteur potentiel, on peut avoir deux approches. La première est celle du prix facial, qui est de se demander si un appartement à 300.000 euros est cher ou pas cher. L’autre approche, c’est de se demander quelle est sa capacité d’emprunt. Dans ce dernier cas, celle-ci dépend des taux d’intérêt. Aussi si les taux venaient à augmenter, mécaniquement les prix baisseraient. Un point de plus en termes de taux d’intérêt équivaut à 8% de pouvoir d’achat en moins. Si, depuis février, nous étions dans une situation inverse à celle que nous connaissons actuellement, et que les taux avaient augmenté d’un point, les prix auraient baissé et se seraient ajustés à la capacité de remboursement des acteurs du marché. Globalement, on peut dire que les prix sont baissiers, mais ils ne le sont que très légèrement, grâce notamment à deux facteurs, à savoir un déséquilibre entre l’offre et la demande, et la baisse des taux d’intérêt.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Par contre le temps est un ennemi des vendeurs…:))

Plus ils attendent comme des cons le pigeon providentiel en maintenant des prix surévalués, plus leur bien perdra de la valeur….

Il faut vendre et tres tres vite, ou alors pleurer dans six mois!

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les villes moyennes toujours prisées, selon Orpi

nullLe réseau d’agences a tiré un bilan de la saison d’été sur le marché immobilier.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


L’habitat, plus que jamais au centre des préoccupations des ménages

nullBPCE faisait un point trimestriel complet sur le marché immobilier résidentiel en cette fin de premier semestre 2021.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.


La hausse des prix de l’immobilier se poursuit en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon LPI-Seloger, la progression des prix des logements reste rapide, tant au niveau national que local, et ce en dépit d’un nouvel affaiblissement provoqué par le troisième confinement.


Des hausses de prix de l’immobilier sensibles à Lyon et Valence

Selon le dernier baromètre mensuel des prix LPI-Seloger, les hausses de prix approchent de 10 % à Saint-Etienne, Lyon, Clermont-Ferrand, Villeurbanne et Chambéry. La hausse atteint 15% dans la préfecture de la Drôme.


Dans 5 arrondissements sur 9 à Lyon, la hausse de prix de l’immobilier dépasse 10%

C’est ce que révèle le dernier baromètre LPI-Seloger, publié il y a quelques jours.


Immobilier : le réseau Guy Hoquet évoque une année 2021 record

nullLe premier trimestre 2021 a confirmé, selon le réseau Guy Hoquet la résilience de l’immobilier face à la crise sanitaire. Les volumes de transactions sont quasiment historiques.


Selon Century 21, l’activité immobilière s’est accélérée au 1er trimestre

Century 21 a fait part, mercredi, de chiffres de ventes dépassant les niveaux enregistrés en 2019, année jusque-là considérée comme exceptionnelle.


« Le principe de réalité est en train de peser sur nous »

Henry Buzy-Cazaux est le président de l’Institut du management des services immobiliers (IMSI). Nous évoquons avec lui la remontée des taux et son impact sur le marché immobilier, ainsi que les autres éléments qui pourraient affecter ce dernier.


Hausse des prix de l’immobilier dans les départements de Rhône-Alpes

Les notaires de Rhône-Alpes ont fait état de leur note de conjoncture trimestrielle.