CIF : le gouverneur de la Banque de France auditionné

Christian Noyer a indiqué devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale que des banques pourraient être intéressées pour reprendre certaines activités du Crédit immobilier de France.

Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France était auditionné hier par la commission des Finances de l'Assemblée nationale. Il a, entre autres sujets, livré son analyse de la chute du Crédit Immobilier de France, intervenue il y a un mois et demi. « Le modèle économique historiquement a fonctionné parce que l’accès au marché de ce financement de l’immobilier était facile dans le monde entier. Il y avait une base d’investisseurs, internationaux en particulier, qui recherchaient des titres hypothécaires de bonne qualité (…) parce que le marché du financement hypothécaire avait une bonne réputation. Le refinancement du CIF ne posait pas de problème » a affirmé Christian Noyer.

« Les circonstances ont changé »

Mais le gouverneur de la Banque de France a par la suite expliqué que la crise de 2008 avait accéléré la chute du CIF. « Aujourd’hui, les circonstances ont changé. Les marchés sont regardés avec beaucoup plus de circonspection par les investisseurs institutionnels français, européens, et internationaux, parce que nous avons la crise des subprimes et un certain nombre d’effondrement de marchés immobilier, en Espagne, en Irlande, en Angleterre, et dans un certain nombre de pays, et donc les gens sont beaucoup plus prudents. Par ailleurs, instruits par l’expérience des suites de Lehman Brothers, (…) les investisseurs sont beaucoup plus circonspects  et les agences de notation aussi - sur la capacité des banques à résister ou pas à un choc de liquidités ou à une fermeture soudaine des marchés - donc en anticipant l’incapacité à résister à un choc, ils peuvent provoquer ce choc, c’est souvent ce qui arrive. Et bien sûr, les évolutions réglementaires, les nouveaux ratios, ceux qui sont mis en place en termes de liquidités changent beaucoup le contexte » a noté Christian Noyer.

Des difficultés avant 2008

Le gouverneur a notamment expliqué que l’établissement la nécessité d’un adossement avait été perçu avant la crise de 2008, et que celui-ci était envisagé dès 2006. « Nous étions depuis 2006, comme le ministère des finances, comme la direction du Trésor, très en faveur de l’adossement de ce groupe CIF à un grand réseau ».Or, selon le gouverneur, les dirigeants de la banque de cette époque ont tout fait, à cette époque, « pour que cet adossement échoue ».

Aujourd’hui, un adossement du CIF lui parait ainsi « écarté », les banques françaises manquant de dépôt. « Dans l’analyse des agences de notation, dans l’analyse des investisseurs internationaux, c’est un élément de fragilité, et cela leur pose un gros problème pour les ratios de liquidités de Bâle quand ils viendront en vigueur (…). Aucune d’entre elles ne considère qu’elle ne peut prendre en charge un refinancement d’une quarantaine de milliards, compte tenu qu’elles sont déjà considérées comme fragiles » note le gouverneur.

Une reprise d’activités possible

La Banque Postale, la seule ayant des excédents de liquidités, y a renoncé, après une longue étude, du fait de risques de dégradation de la part des agences de notation, et de risques de liquidité et de gestion importants. « Elle considère qu’elle n’a pas d’intérêt du point de vue de la clientèle », affirme-t-il, un bon nombre étant clients à la Banque Postale, à la Caisse d’Epargne ou dans d’autres banques. Elle a depuis lancé des prêts à l’accession sociale (PAS).

Pour Christian Noyer, la garantie de l’Etat, et la gestion en extinction du CIF étaient la seule solution pour l’Etat. Le gouverneur a indiqué que des actifs pourraient toutefois être récupérés par d’autres établissements. "Je pense qu’un certain nombre de pans d’activités, de portefeuilles pourraient être rachetés, et continuer en étant adossés, je pense en particulier à des activités de financement du personnel des industries électriques et gazières, de la SNCF". Ces dernières s’étaient d’ailleurs désengagées il y a des années du crédit et avaient déjà externalisé cette activité au CIF.

« Des risques excessifs » dans la gestion du CIF

"Je pense, personnellement, d'après les contacts que j'ai eus, qu'un certain nombre d'agences, une partie du réseau commercial (...) pourraient intéresser certaines banques", a ajouté Christian Noyer. "Les banques sont prêtes, en tout cas certaines d'entre elles, dans la mesure où elles recruteront, à recruter un certain nombre de gens du CIF", a indiqué le gouverneur.

Dernier élément : le gouverneur a noté que, dans les derniers temps, le réseau avait tendance à être moins vigilant sur la qualité des prêts qu’elle accordait. « L’historique de fabrication du crédit du CIF est meilleur que la fin de la période, où ils ont eu tendance, pour maintenir leur activité, à prendre des risques excessifs, avec des quotités de financements qui se rapprochaient statistiquement de 100%, avec des durées de plus en plus longues, s’exposant aux risques de taux d’intérêt au moment du renouvellement du financement, et avec une concentration sur les prêts à taux variables qui crée un risque de gestion du bilan supérieure. C’est sans doute une évolution qui n’aurait pas été tenable très longtemps » a conclu Christian Noyer.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Pas d’inflexion de position pour le HCSF

Sur le front du marché immobilier résidentiel, le Haut conseil a uniquement rappelé sa recommandation de décembre relative aux évolutions en matière d’octroi de crédit.


Le dispositif Pinel et le PTZ seront prolongés en 2022

C’est ce qu’a confirmé la ministre déléguée au logement à plusieurs reprises ces derniers jours. Le gouvernement a par ailleurs entamé un dialogue avec les professionnels dans le cadre du plan de relance.


Crédit immobilier : les taux ont baissé en août

Le taux des crédits à l’habitat s’est élevé à 1,24 % en moyenne en août contre 1.25% en juillet, selon CSA/Crédit Logement. Le taux moyen a reculé de 4 points depuis juin.


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Une baisse des taux de crédit immobilier en juillet

CSA/Crédit Logement a publié ce mardi son dernier observatoire.


Un plus bas depuis 2 ans pour la production de crédit à l’habitat


La Banque de France a fait part ce lundi de sa traditionnelle étude mensuelle sur les crédits aux particuliers.


Renouvellement du Conseil d’administration de CNCEF Crédit

L’association professionnelle des IOBSP l’a élu le 6 juillet.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Déception après le maintien de la position du HCSF

Le Haut Conseil de stabilité financière se réunissait ce jeudi. Il a réitéré ses recommandations émises en décembre, au grand dam des intermédiaires en crédit.


Une nouvelle aide pour les salariés fragilisés par la crise

Le ministère chargé de la Ville et du Logement et Action Logement proposent aux salariés fragilisés par la crise une aide pour payer leur loyer ou leur crédit immobilier.


Crédit Logement garantit désormais le bail réel solidaire


Le spécialiste de la garantie du prêt immobilier soutient l’accession à la propriété en étendant désormais la garantie du BRS, outil de l’accession abordable via la dissociation du foncier et du bâti.


La part des primo-accédants en hausse, selon Cafpi

Selon l’intermédiaire en crédit, une progression de la part des primo-accédants a été notée en mai. L’emprunt moyen de ces derniers est également en hausse en mai par rapport au mois précédent.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.