Immobilier ancien: Crédit Foncier attend 570.000 ventes en 2013

Selon l’institution spécialisée, le marché de la transaction devrait nettement se contracter en 2013. Les volumes de crédit immobilier devraient en outre reculer.

Comme chaque année, le Crédit Foncier a fait état ce mercredi de son étude annuelle sur l’immobilier résidentiel. Selon l’institution spécialisée, le marché de l’immobilier résidentiel « devrait poursuivre sa baisse ». L’institution attend 570 000 ventes attendues en 2013, soit un repli d’activité de l’ordre de 12% sur l’année.

Les prix seront, selon le Crédit Foncier, très clairement à la baisse en 2013, après avoir connu des évolutions comprises entre + 2 % à - 10 % en province. Et si les baisses de prix iront de 0 % à - 5 % dans les zones tendues, c’est-à-dire à Paris et dans les coeurs de métropoles, les secteurs privilégiés, stations balnéaires ou de montagnes cotées), la banque spécialisée s’attend à ce qu’ils reculent de 7 % à 10 % en 2013 dans les zones non tendues. Elle parle ainsi d’une « différentiation accrue » des marchés. En Ile de France, hors Paris, la baisse des prix devrait ainsi atteindre 5% alors qu’en 2012, « le marché immobilier parisien et celui de la Première Couronne ont fait preuve d’une bonne résistance, du fait d’une pénurie d’offre face à une demande solvable toujours présente » note le Crédit Foncier.

Du fait de la baisse d’activité, le volume de crédits engagés pourrait ainsi de nouveau baisser en 2013, et tout juste dépasser les 100 milliards d’euros (soit une baisse d’environ 12 % par rapport à 2012).

Nouvelle baisse dans l’immobilier neuf

Alors que 4 % à 11 % de ménages ont été désolvabilisés en 2012 par la suppression du PTZ + dans l’ancien, « le PTZ +, qui ne concerne plus que le neuf performant énergétiquement depuis le début de l’année, devrait bénéficier aux ménages les plus modestes du fait de l’abaissement des plafonds de ressources et la réinstauration d’une période de différé total d’amortissement devrait améliorer leur capacité d’achat » note ainsi la banque.

Sur l’immobilier neuf, les mises en chantier devraient en outre reculer très nettement, avec 316.000 logements mis en chantier en 2013, soit une nouvelle baisse de 7%. Quant à la promotion immobilière, le segment de l’investissement locatif devra absorber le changement que constitue la fin du Scellier. « Sur ce segment, le calme prédomine à ce stade » note la banque.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Plus que 16 jours avant le Salon de l’Immobilier Lyon Rhône-Alpes !!!

Venez rencontrer les meilleurs pros de l’Immobilier, et avoir des réponses à toutes vos questions !!!

Infos exposants:http://goo.gl/akw38
INVITATION GRATUITE –> http://goo.gl/hVyyS

Signaler un abus

L’immobilier, qui s’est contracté en 2012, va se contracter de plus en plus tant que les prix de vente seront déconnectés des loyers.Les médias ont toujours véhiculé les fausses rumeurs lancées par des professionnels avides (ex pénurie de biens)afin de faire reculer une forte baisse de prix inévitable et on en arrive à ce blocage nuisible à tous.
Ajoutez à cela des mesures gouvernementales qui ponctionnent de plus en plus les salaires et retraites, vous augmenterez encore l’attentisme.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.