Les Safer sensibilisent sur l’extension des territoires urbanisés

La fédération nationale des Safer a mis en garde la semaine dernière contre une diminution des espaces fonciers agricoles.

Les espaces fonciers agricoles sont en nette diminution. C’est le constat dressé il y a une semaine par les SAFER, à l’occasion du salon de l’agriculture. Pour elles, le potentiel agricole de la ferme France est en nette diminution, impliquant une perte des emplois potentiels en agriculture et dans l’agroalimentaire, une diminution de la biodiversité par la multiplication des réseaux qui coupent le territoire, et une dépendance de plus en plus forte des pays extérieurs à l’Europe.

Les SAFER notent ainsi que, sur les 50 dernières années, l’espace agricole français a baissé de 20 %, à 28 millions d’hectares, contre 35 auparavant. Sur ces 7 hectares perdus, la ville, le logement, et les infrastructures ont ainsi grignoté 2,5 millions d’hectares, alors même que 4,5 millions d’hectares devenaient forestiers.

78.000 hectares dans l’urbanisation

Sur cette période, le nombre d’exploitations a été d’ores et déjà été divisé par 4, passant de 2 millions à moins de 500 000 (490 000 en 2010). La taille de ces exploitations restantes a en revanche nettement augmenté, passant de 15 à 55 hectares, soit une multiplication par 3,7.

La France perd, dans l’urbanisation près de 78 000 hectares tous les ans, selon les chiffres de l’enquête Teruti-Lucas du Ministère de l’agriculture, soit plus de 300 000 hectares en 4 ans, l’équivalent de la surface agricole moyenne d’un département.

15% du potentiel agricole grignoté d’ici 2050

A ce rythme-là, la FNSafer note que l’extension urbaine consommerait plus de 15 % du potentiel agricole de la ferme France en 4 décennies, du fait, pêle-mêle, de la dédensification des centres urbains et l’augmentation du réseau routier, l’augmentation du nombre des ménages, du nombre d’habitants, l’allongement de la durée de la vie, et du développement des zones commerciales, artisanales, industrielles, de logistique.

« L’Europe est en manque d’espace agricole et, en 2008, a importé l’équivalent de la production de 35 millions d’hectares » avertit la fédération, qui indique que « la préservation des espaces agricoles et forestiers ne fait plus débat, et que des décisions politiques doivent être prises ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Devant les promoteurs, la Métropole dit souhaiter une régulation des prix du foncier

Béatrice Vessiller et Renaud Payre ont, à l’occasion des pyramides d’argent de la fédération des promoteurs immobiliers, exprimé leurs ambitions en matière de production de logements.


Villeurbanne : inauguration des résidences « Cosmopolis » et « Arch »


Ces résidences développées par Rhône Saône Habitat et Cogedim ont été inaugurées le 14 septembre. La première comprend des logements en bail réel solidaire. Le maire et du vice-président de la Métropole de Lyon, ont, à cette occasion, appelé à une régulation du foncier.


Pyramides d’Argent : le campus EM Lyon remporte le Grand prix régional

La Fédération des Promoteurs Immobiliers de la Région Lyonnaise organisait mercredi 14 septembre sa cérémonie des Pyramides, qui s’est tenue à l’Embarcadère. Cogedim a été lauréat pour ce projet développée à Gerland.


Assises du BTP : le Gouvernement annonce 13 premières mesures

nullCes mesures visent à « soutenir et simplifier les opérations économiques du secteur ».


« Nous, promoteurs, n’achetons pas des fonciers chers de gaieté de coeur »

nullPascal Boulanger est le président de la fédération des promoteurs immobiliers (FPI). Nous évoquons avec lui son ressenti après la présentation des premières mesures prises suite aux Assises du bâtiment et des travaux publics, mais aussi les problématiques en matière de foncier.


Pour la CAPEB, les Assises sont un 1er pas encourageant mais encore insuffisant

13 premières mesures issues des Assises du bâtiment et des travaux publics ont été annoncées pour soutenir et simplifier les opérations économiques du secteur. Le résultat est jugé insuffisant pour répondre à l’inquiétude des entreprises artisanales du bâtiment.


La FFB salue les mesures découlant des Assises du BTP

nullCe premier rendu valide, selon la fédération du bâtiment, quelques-unes de ses propositions.


Nouvelle baisse des réservations de logements neufs

Le repli est particulièrement sensible sur les ventes en bloc et celles destinées aux particuliers investisseurs, selon les derniers chiffres de la FPI.


La FFB révise à la baisse ses prévisions d’activité 2022

null
La fédération du bâtiment a mis à jour ses prévisions au regard de l’impact du contexte macroéconomique et géopolitique.


A Saint-Étienne, un marché de l’immobilier neuf désormais sous-offreur

C’est ce que révèle le dernier observatoire de l’habitat dévoilé par Epures. Le marché de l’immobilier neuf dans le Sud Loire a frôlé, l’an dernier, les 500 ventes.


L’artisanat du bâtiment inquiet pour 2023 malgré une conjoncture encore favorable

Le secteur est inquiet suite à la hausse des prix des matériaux et de l’énergie enregistrée au 2e trimestre, et aux conséquences des difficultés d’approvisionnement.


Des bailleurs intègrent l’objectif de désimperméabilisation dans leurs projets

La Métropole s’est engagée ce lundi avec l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse pour agir sur l’origine de la dégradation des milieux aquatiques.


Un marché de l’investissement immobilier résidentiel empreint d’incertitudes

CBRE a réagi aux chiffres Immostat de l’investissement résidentiel au deuxième trimestre 2022.


Catherine Vautrin devient présidente de l’ANRU

L’ancienne ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité a été nommée a la présidence du conseil d’administration de l’agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU). Elle succède à Olivier Klein, désormais ministre délégué au logement


Reflux des permis de construire et des mises en chantier

Les permis de construire sont en recul sur trois mois, après un début d’année marqué par une nette poussée des autorisations. Les mises en chantier sont, elles aussi, en repli sur cette même période. Sur 12 mois, la situation est contrastée, notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.