Pour Primeview, acheter de l’immobilier n’est plus rentable

Le cabinet, qui avait déjà fait le buzz avec ses prévisions très baissières sur les prix de l’immobilier, sort une nouvelle étude comparant l’achat et la location. Et selon cette dernière, le constat est sans appel...

L’achat immobilier n’est plus rentable sur le long terme. C’est ce que semble indiquer la dernière étude de Primeview, reprise sur le site de la Vie Immo. Le cabinet, qui avait récemment établi des prévisions de baisse de 30% à 40% de l’immobilier sur les 10 prochaines années, a réalisé un comparatif entre l’achat immobilier et la location.

Et pour lui, le constat est sans appel : pour rentabiliser un achat immobilier, il faut au minimum attendre 20 ans, dans le cas d’un primo-accédant parisien, pour rentabiliser son investissement. Le cabinet a, pour établir ce constat, réalisé plusieurs scénarios, qui sont fonction de la baisse des prix enregistré sur une période donnée. Dans le cas le moins défavorable, marqué par un vieillissement de la population, des gains de productivité limités, et un « surendettement public poussant à la rigueur budgétaire », la rentabilité de l’investissement ne serait effective qu’entre 20 et 31 ans, suivant si les prix actuels restent ce qu’ils sont, ou qu’ils baissent de 30%.

Cas défavorables

Dans le cas plus défavorable ou l’économie repartirait de façon forte et durable, l’investissement ne serait rentabilisé qu’au bout de 26 à 32 ans, suivant là encore la baisse des prix constatée sur la période, la capacité d’emprunt des ménages étant nettement amoindrie par une baisse des taux. Dans l’hypothèse la plus pessimiste, une croissance moribonde, ainsi qu’une forte remontée des taux d’intérêt provoquée par une fuite des capitaux serait fatale à l’investissement immobilier. Dans ce cas-là, un investissement sur les niveaux de prix actuels ne serait jamais rentable par rapport à la location.

Pour le cabinet, « l’effort financier du propriétaire (y compris le remboursement du capital, après paiement des frais de notaires et des frais d’agence au moment de l’achat) est supérieur aux frais du locataire (loyer) ». Du fait de prévisions d’importantes baisses de prix sur les prochaines années, le locataire, lui, n’enregistre en effet, à terme, pas de moins-value sur investissement, à l’inverse du propriétaire qui investirait aujourd’hui dans un bien immobilier.

Une rentabilisation plus tardive

De facto, cette anticipation de moins-value recule mécaniquement la date de rentabilisation de l’investissement immobilier. « Dans ces conditions, l’achat initial peut-être considéré comme une très mauvaise affaire : 10 ans après l’achat d’un bien au prix actuel, l’actif du locataire surpasse de 3,5 fois celui du propriétaire dans un contexte de stagnation économique et de forte correction des prix de l’immobilier » note le cabinet, cité par la Vie Immo.

La situation est valable à Paris, mais aussi dans les grandes villes de Province, où cette situation reste toutefois moins marquée. En moyenne, l’achat d’une résidence principale est ainsi rentabilisé au bout de 25 ans à Lyon, de 19 ans à Grenoble, et de 16 ans à Saint Etienne, qui reste la ville où l’investissement est le plus rapidement rentabilisé après le Mans (11 ans).






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Ça fait longtemps que Primeview aurait pu faire cette constatation, avec un immobilier surévalué de 40% minimum, des loyers qui, eux, ont faiblement augmenté et de la crise qui perdure, il n’y a pas d’autres choix qui s’imposent. Les acheteurs d’aujourd’hui sont les perdants de demain. J’en profite pour dire à la mairie de Lyon qu’elle devrait vite mettre sur le marché les plusieurs centaines d’appartements de fonction vides et qui se délabrent, avant que ces derniers ne valent plus rien. C’est ce qu’on appelle une gestion responsable.

Signaler un abus

Décidément, c’est le moment de vendre.
Je suis à la recherche d.un appartement très bien situé à lyon, dans l’ancien que l.on peut trouver à partir de 650 à 700 k€ pour environ 150 m².
Il faudrait que je revende mon 100m2 à 340 k€ et remprunter 350k€ pour 50 m² de plus.
Non, c’est décidé, je loue le mien et je pars en location. Pour un différentiel de 500 € par mois à ma charge, je réponds à mon besoin.

Signaler un abus

Ben non. Si vous êtes sur que ça va baisser le mieux c’est de vendre carrément le premier! Mais ce que vous faites est déjà plus intelligent que d’accroître votre exposition en achetant plus grand.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Un effort de rénovation important à réaliser dans la Métropole et le Rhône

A Lyon et dans le Rhône, malgré les efforts déjà engagés, les chiffres de rénovation de copropriétés sont encore modestes au regard de l’importance du parc. Mais la loi «Climat et résilience» en cours d’examen met une certaine pression en la matière, notamment sur les biens destinés à la location.


Le pont de l’île Barbe restera fermé à la circulation automobile

Une réunion publique se tenait en visioconférence sur l’avenir de ce pont emblématique du 9ème arrondissement de Lyon.


La demande d’un débat public sur les projets du Sytral jugée irrecevable

null
La CNDP a déclare irrecevable la demande de saisine de 12 parlementaires du Rhône sur l’organisation d’une concertation sur un unique projet d’ensemble.


L’offre TCL accompagne le déconfinement progressif

Le SYTRAL adapte l’offre de ses réseaux à Lyon et dans le département du Rhône dès le 3 mai.


Lyon Rhône H2V candidat à « Ecosystèmes territoriaux hydrogène »

Le nouveau consortium public-privé, constitué d’une dizaine d’industriels de la plateforme Lyon Vallée de la Chimie et de la Métropole de Lyon, est candidat à cet appel à projet de l’ADEME.


Mise en service des trolleybus nouvelle génération sur la ligne C13

Le SYTRAL a mis en service ce lundi ses premiers trolleybus nouvelle génération 100% électrique sur cette ligne reliant le 8ème arrondissement de Lyon à Caluire.


L’adaptation des logements au grand âge, objet de la visite de deux ministres

La ministre déléguée chargée de l’Autonomie, Brigitte Bourguignon, et la ministre déléguée en charge du logement, Emmanuelle Wargon, étaient mercredi et jeudi en déplacement à Genas, Sainte-Foy-lès-Lyon, Tassin-la-Demi-Lune et Lyon.


Deux nouvelles stations Vélo’v à Vaulx-en-Velin et Lyon 7e

Ces stations sont situées place Boissier à Vaulx-en-Velin et dans le secteur de Guillotière-Veyron à Lyon. Trois nouvelles stations sont prévues dans le 2e arrondissement de Lyon et à Villeurbanne.


Confluence : expérimentation d’un dispositif de feu de signalisation innovant

Le SYTRAL mène cette expérimentation sur le cours Charlemagne conjointement avec la Métropole de Lyon et le CEREMA, avec la participation d’Egis. Objectif : favoriser les mobilités actives.


Villeurbanne : en mai, un nouveau secteur du centre-ville en zone 30


Ce changement en matière de vitesse de circulation sera accompagné par la mise en circulation à double sens pour les vélos dans certaines rues.


Un nouvel outil mis en place par la FFB pour la RSE

La FFB a annoncé avoir créé le site « bâtisseur responsable » pour accompagner ses adhérents dans la mise en place d’une démarche RSE.


Oudara Outhabong, nouveau directeur national développement de Pitch Promotion

Il occupe ce poste depuis le 1er janvier 2021.


Alexandre Vincendet reste président de la fédération LR du Rhône

Les adhérents Les Républicains élisaient ce lundi leur nouveau président départemental et leurs représentants aux diverses instances. Ils ont réélu le président sortant, maire de Rillieux-la-Pape.


Nominations chez Capelli

Le promoteur annonce l’arrivée de Damien Borne, Marion Baur et Ivan Ugidos.


La Fondation Abbé Pierre a livré son éclairage régional annuel

A cette occasion la fondation est revenue sur les actions menées en Auvergne-Rhône-Alpes depuis le début de la crise sanitaire, il y a un an.