Pour Primeview, acheter de l’immobilier n’est plus rentable

Le cabinet, qui avait déjà fait le buzz avec ses prévisions très baissières sur les prix de l’immobilier, sort une nouvelle étude comparant l’achat et la location. Et selon cette dernière, le constat est sans appel...

L’achat immobilier n’est plus rentable sur le long terme. C’est ce que semble indiquer la dernière étude de Primeview, reprise sur le site de la Vie Immo. Le cabinet, qui avait récemment établi des prévisions de baisse de 30% à 40% de l’immobilier sur les 10 prochaines années, a réalisé un comparatif entre l’achat immobilier et la location.

Et pour lui, le constat est sans appel : pour rentabiliser un achat immobilier, il faut au minimum attendre 20 ans, dans le cas d’un primo-accédant parisien, pour rentabiliser son investissement. Le cabinet a, pour établir ce constat, réalisé plusieurs scénarios, qui sont fonction de la baisse des prix enregistré sur une période donnée. Dans le cas le moins défavorable, marqué par un vieillissement de la population, des gains de productivité limités, et un « surendettement public poussant à la rigueur budgétaire », la rentabilité de l’investissement ne serait effective qu’entre 20 et 31 ans, suivant si les prix actuels restent ce qu’ils sont, ou qu’ils baissent de 30%.

Cas défavorables

Dans le cas plus défavorable ou l’économie repartirait de façon forte et durable, l’investissement ne serait rentabilisé qu’au bout de 26 à 32 ans, suivant là encore la baisse des prix constatée sur la période, la capacité d’emprunt des ménages étant nettement amoindrie par une baisse des taux. Dans l’hypothèse la plus pessimiste, une croissance moribonde, ainsi qu’une forte remontée des taux d’intérêt provoquée par une fuite des capitaux serait fatale à l’investissement immobilier. Dans ce cas-là, un investissement sur les niveaux de prix actuels ne serait jamais rentable par rapport à la location.

Pour le cabinet, « l’effort financier du propriétaire (y compris le remboursement du capital, après paiement des frais de notaires et des frais d’agence au moment de l’achat) est supérieur aux frais du locataire (loyer) ». Du fait de prévisions d’importantes baisses de prix sur les prochaines années, le locataire, lui, n’enregistre en effet, à terme, pas de moins-value sur investissement, à l’inverse du propriétaire qui investirait aujourd’hui dans un bien immobilier.

Une rentabilisation plus tardive

De facto, cette anticipation de moins-value recule mécaniquement la date de rentabilisation de l’investissement immobilier. « Dans ces conditions, l’achat initial peut-être considéré comme une très mauvaise affaire : 10 ans après l’achat d’un bien au prix actuel, l’actif du locataire surpasse de 3,5 fois celui du propriétaire dans un contexte de stagnation économique et de forte correction des prix de l’immobilier » note le cabinet, cité par la Vie Immo.

La situation est valable à Paris, mais aussi dans les grandes villes de Province, où cette situation reste toutefois moins marquée. En moyenne, l’achat d’une résidence principale est ainsi rentabilisé au bout de 25 ans à Lyon, de 19 ans à Grenoble, et de 16 ans à Saint Etienne, qui reste la ville où l’investissement est le plus rapidement rentabilisé après le Mans (11 ans).






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Ça fait longtemps que Primeview aurait pu faire cette constatation, avec un immobilier surévalué de 40% minimum, des loyers qui, eux, ont faiblement augmenté et de la crise qui perdure, il n’y a pas d’autres choix qui s’imposent. Les acheteurs d’aujourd’hui sont les perdants de demain. J’en profite pour dire à la mairie de Lyon qu’elle devrait vite mettre sur le marché les plusieurs centaines d’appartements de fonction vides et qui se délabrent, avant que ces derniers ne valent plus rien. C’est ce qu’on appelle une gestion responsable.

Signaler un abus

Décidément, c’est le moment de vendre.
Je suis à la recherche d.un appartement très bien situé à lyon, dans l’ancien que l.on peut trouver à partir de 650 à 700 k€ pour environ 150 m².
Il faudrait que je revende mon 100m2 à 340 k€ et remprunter 350k€ pour 50 m² de plus.
Non, c’est décidé, je loue le mien et je pars en location. Pour un différentiel de 500 € par mois à ma charge, je réponds à mon besoin.

Signaler un abus

Ben non. Si vous êtes sur que ça va baisser le mieux c’est de vendre carrément le premier! Mais ce que vous faites est déjà plus intelligent que d’accroître votre exposition en achetant plus grand.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Alliance de Dynacité et de la CERA dans le logement intermédiaire

Les deux entités ont annoncé mercredi créer MyLi, une société spécialisée dans la production et la gestion de logements locatifs intermédiaires.


Fabien Bagnon, nouveau président de LPA

Le 13ème vice-président de la Métropole de Lyon chargé des mobilités actives été élu PDG de l’entreprise par le conseil d’administration de la SEM.


La commission permanente adopte des mesures face à la crise sanitaire

La commission permanente s’est réunie et a adopté une série de délibérations pour faire face à la crise sanitaire du Covid- 19.


Avec l’usage croissant du vélo, la mortalité des cyclistes augmente

Avec le passage du tour de France à Lyon, la préfecture a tenu à sensibiliser les usagers.


Les zones d’emploi des Métropoles regroupent la moitié de l’emploi de la région

L’Insee Auvergne-Rhône-Alpes a publié une étude, réalisée avec la Direccte, sur les nouvelles zones d’emploi de la région.


Le salon pour le logement des jeunes moins fréquenté du fait de la Covid


Cet événement qui se tient chaque année en septembre a pu être organisé en seulement quelques jours au sein de l’Hôtel de Ville de Lyon, suite à l’autorisation de la municipalité.


Rencontre prévue entre Eric Piolle et la majorité de Villeurbanne pour un partage d’expérience

Celle-ci aura lieu ce samedi.


En Auvergne-Rhône-Alpes, la population regroupée sur un dixième du territoire

Une récente étude de l’INSEE montré que les deux tiers de la population d’Auvergne-Rhône-Alpes se trouvaient, en 2016, localisés sur 11 % du territoire.


La centrale de production de froid de Dalkia opérationnelle à la Part-Dieu

Celle-ci amène une climatisation économe en énergie dans le quartier et participe à la climatisation de 70 bâtiments du quartier, dont la tour Part-Dieu, Silex, Sky56, ou encore le Campus Orange.


Travaux en cours pour le prolongement de la ligne de tramway T2

Dans l’optique de relier au printemps prochain Saint-Priest Bel-Air à Confluence, le SYTRAL démarre les travaux d’infrastructure.


La droite critique le cumul des mandats de Bruno Bernard


Le rassemblement de la droite et du centre à la Métropole de Lyon s’est fendu d’un communiqué critique suite à l’élection de Bruno Bernard en tant que président du Sytral.


Après la présentation du plan de relance, la FRTP veut des actes


Suite à la présentation de« France Relance », la fédération des travaux publics a salué « de réelles ambitions qui doivent se traduire en actes ».
» 6,7 milliards d’euros pour la rénovation énergétique au coeur du plan de relance


12ème salon du logement pour les jeunes à Lyon

Cet évènement, organisé par le CLLAJ de Lyon en partenariat avec le service logement de la mission locale de Vénissieux, se tiendra ce mercredi, dans l’atrium de l’Hôtel de Ville de Lyon.


La ministre de la Ville se rend ce vendredi à Vaulx-en-Velin

Nadia Hai se rendra se rendra dans la ville pour une visite sur le thème de la rentrée scolaire dans les quartiers prioritaires de la ville.


Une journée dédiée aux modes de déplacement actifs à Villeurbanne

Cette journée se tiendra le 19 septembre à Villeurbanne avenue Henri-Barbusse.