« Nous sommes toujours dans un contexte de demande faible »

Sandrine Allonier est la directrice des études économiques de Meilleurtaux.com. Elle nous explique quelle sont les grandes tendances en termes de crédit au niveau national et local.

Vous prévoyez une certaine stabilité des taux dans les prochaines semaines…

Il ne devrait pas y avoir de gros changements dans les mois à venir. Etant donné que nous sommes toujours dans un contexte de demande faible, la concurrence entre banques est donc accrue. En effet, la demande est en légère hausse par rapport à 2012, mais on reste bien loin des niveaux de 2011. Les banques souhaiteront donc toujours prêter à des taux bas, dans un contexte où l’OAT est lui aussi sur des niveaux très faibles. L’objectif pour elles est de capter une clientèle fidèle, de primo-accédants, qui pourraient à terme ouvrir des livrets d’épargne, des assurances-vie. Ce qui est très important dans la perspective de Bâle 3. Les banques proposent ainsi toute une série d’offres dans leurs barèmes pour les primo-accédants : offres privilèges, offres pour les moins de 40 ans. On ressent vraiment une intense concurrence sur ce segment-là.

Sur les renégociations de crédit, avez-vous ressenti un certain engouement en début d’année ?

La renégociation a représenté 52% des demandes en janvier, avec un record de 30.000 demandes. Nous avons vu un assagissement en février mars, avec pour le mois de mars 13.0000 demandes. Ceci reste un niveau très important, de l’ordre de celui constaté lors de la grande vague de renégociation de la fin 2010. La demande reste soutenue, mais moins que ce que l’on a connu en janvier. Il commence à y avoir un essoufflement du phénomène. Ceux qui avaient un projet dans ce sens l’ont en effet déjà concrétisé. Cela représente aujourd'hui un tiers des demandes.

Sur Lyon, quelles sont les grandes tendances en matière de pouvoir d’achat immobilier?

Lyon reste 7ème du palmarès des taux de crédit immobilier au sein des grandes métropoles. Les taux sont restés stables, mais les prix, eux, continuent de monter, ce qui se traduit par une baisse du pouvoir d’achat immobilier. Lyon reste la seule ville où le pouvoir d’achat a baissé entre mars 2012 et mars 2013, de 1.5 m2, à 48.6 m2 pour une mensualité de 1000 euros sur 20 ans. Pour voir la totalité de l'article (737 mots), abonnez-vous ou identifiez-vous






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Une baisse des taux de crédit immobilier en juillet

CSA/Crédit Logement a publié ce mardi son dernier observatoire.


Un plus bas depuis 2 ans pour la production de crédit à l’habitat


La Banque de France a fait part ce lundi de sa traditionnelle étude mensuelle sur les crédits aux particuliers.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Crédit à l’habitat: un impact des recommandations du HSCF au 1er trimestre

Si les taux restent stables sur un trimestre, les conditions d’accès au crédit évoluent.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Césure


EDITORIAL
– Avec le Coronavirus, le marché immobilier est, à l’image de toute l’économie, à l’arrêt. L’année 2020 marque une rupture, tant du point de vue politique que du point de vue du coût du risque. Ce dernier a été réintégré de manière abrupte sur les marchés de taux.


Les recommandations du HCSF impactent déjà le marché immobilier


La FNAIM a publié ce mercredi son baromètre de la perception du marché par ses agents immobiliers et sa dernière note de conjoncture du marché immobilier.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.


Crédit immobilier : la hausse des taux se poursuit dans la région

Les taux continuent d’être réajustés à la hausse en Auvergne-Rhône-Alpes, selon le courtier en crédit immobilier Emprunt Direct.