Les prix de l’immobilier ont poursuivi leur baisse au 1er trimestre

Selon la dernière note de conjoncture de Century 21, les prix sont en nette baisse à Paris, en légère baisse en Province. En Rhône-Alpes, les prix restent stables.

Century 21 a fait état ce matin de ses dernières statistiques sur le marché immobilier ancien, à Paris et dans toute la France. Selon le réseau d’agences immobilières sous franchise, « la correction des prix, entamée depuis le second semestre 2011, produit enfin ses premiers effets sur les volumes de ventes ». Le niveau de transactions dans l’immobilier ancien semble en effet, selon le réseau se stabiliser après le fort recul observé en 2012, semble désormais s’être stabilisé, avec une baisse d’’activité au 1er trimestre 2013 en retrait de seulement 0,4% par rapport au 1er trimestre 2012.

Les prix, eux continuent leur décrue, mais avec une certaine retenue. Le prix moyen au m² a en effet baissé de 0,6% au 1er trimestre 2013, à 2562 €, contre un repli, plus marqué de 1,9% en 2012. En revanche, l’exception parisienne a vécu : le réseau indique ainsi que les prix ont commencé à baisser dans la capitale.

Paris en forte baisse

Pour Laurent Vimont, le président de Century 21, « la très large majorité des acquisitions (70,7%) est réalisée au titre de l’achat d’une résidence principale, mais la part des transactions destinée à l’investissement locatif chute de -10,9% quand celle dédiée à la résidence secondaire recule de -4%».

Les taux bas ont permis à certains acquéreurs de revenir sur le marché, notamment les cadres moyens, note le réseau. « Leur proportion parmi les acquéreurs a augmenté de 10,2% sur douze mois et ils représentent désormais 24,9% des acheteurs, 2ème catégorie la plus importante après celle des employés / ouvriers ». Ces derniers totalisant 40,4% des transactions hexagonales.

La baisse des prix a été assez forte à Paris. Le prix moyen du m2 a ainsi reculé de 3,4% au 1er trimestre 2013, à 8106 €. Un constat identique à celui dressé par les notaires, qui voient le prix du m2 parisien revenir d’ici peu sur les 8000 euros. La baisse des prix a ainsi permis au marché de se stabiliser : le nombre de transactions enregistre même une légère hausse (+1,1%), et elle a donné l’opportunité aux acquéreurs parisiens d’acquérir un logement plus spacieux (50,5 m² contre 46,7 m² il y a un an). Ce qui se traduit par le fait que le montant moyen d’une transaction à Paris atteint un record, à 404 673 €.

Disparités selon les régions

Dans les autres régions, on note des disparités très fortes. Si Rhône-Alpes enregistre une certaine stabilité (-0.1%), on observe une baisse des prix dans onze régions françaises au 1er trimestre 2013 Les prix baissent ainsi en Alsace (-3,3%), en Auvergne (-5,1%), en Basse-Normandie (-4,9%), en Bretagne  (-2,9%), dans le Centre (-1,1%), Champagne-Ardenne (-5,2%), la Franche-Comté (-3,9%), la Haute-Normandie (-12,8%), le Languedoc-Roussillon (-4,9%), les Pays-de-la-Loire (-5,1%) et Rhône-Alpes (-0,1%).

Néanmoins, on observe des hausse dans neuf régions: l’Aquitaine (+1,3%), la Bourgogne (+5,6%), le Limousin (+4,3%), la Lorraine (+5,4%), Midi-Pyrénées (+7,6%), le Nord et la Picardie (+0,6%), Poitou-Charentes (+4,3%) et la PACA (+6,2%).

« Ce sont les taux d’intérêt au plus bas et les baisses de prix déjà constatées dans toutes les régions de France qui permettent une stabilisation de l’activité. Mais le triptyque « Taxation, Réquisition, Encadrement » inquiète les investisseurs, qui se sont en partie détournés du marché immobilier. Cela ne sera pas sans conséquence sur la santé à moyen terme du marché locatif », selon Laurent Vimont.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

C’est comme pour la météo, Lyon a toujours quelques jours de retard sur Paris. Attendons nous donc à la baisse des prix Lyonnais sous peu. C’est d’ailleurs souhaitable car les ventes se font de plus en plus rares.

Signaler un abus

c’est vraiment étonnant ça ! y a plus qu’à faire une compilation des « spécialistes » qui clamaient « à Paris ça ne baissera JAMAIS ».

Signaler un abus

Les investisseurs renforcent la demande et font monter les prix :par conséquent, pour moi qu’ils foutent le camp, c’est une bonne nouvelle, un toit est fait pour se loger et non pour spéculer.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Un marché de l’immobilier ancien «en mode pause», selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées décrit un marché à l’arrêt depuis le début du confinement, après un début d’année dynamique.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]