Le Grand Lyon lance son aide au logement abordable

Le Grand Lyon a adopté lundi soir une délibération visant à accorder une subvention pour l’acquisition d’un logement neuf sur le Grand Lyon, sous conditions de prix et de ressources. Une proposition votée par la droite avec toutefois des nuances.

Le Grand Lyon a voté lundi soir son Plan 3A (Accession à prix abordables), lequel vise à favoriser l’achat dans le neuf, le développement de logements à loyers intermédiaires, et la cession de logements aux bailleurs sociaux. Ce plan, qui a fait l’objet d’une réflexion partenariale avec les promoteurs depuis un an, était ainsi présenté hier avant le conseil communautaire, en présence de Yann Pommet, président de l’UCI FFB lyonnaise, et de Louis Ziz, président de la FPI du Rhône. Tous s’étaient ainsi accordés sur des objectifs précis, comme maintenir une offre d’habitat à un niveau soutenu, produire 20% de l’offre 20% moins cher, permettre des parcours géographiques sans discrimination territoriale et favoriser l’accession pour des ménages aux revenus intermédiaires.

Dans les faits, la collectivité va ainsi délivrer une subvention de 3000 à 4000 euros (3000 pour les ménages de personnes et moins, 4000 pour les ménages de 4 personnes et plus) en cas d’achat d’un appartement neuf à des prix inférieurs au marché. Une manière de pousser les promoteurs à doper l’offre à des prix accessibles. Bénéficieront notamment les programmes dont les prix sont inférieurs à 2800 euros du mètre carré, et les logements à un prix inférieur à 20% du prix du marché, suivant une grille variable suivant la commune de l’agglomération. Les 1100 premiers dossiers seront servis, dès le 15 juin 2013, pour ce dispositif prévu jusqu’à la fin 2014. Ainsi, le budget du Grand Lyon pour cette mesure sera de 1.650.000 euros sur les trois prochaines années.

Un projet de dernière minute

Favorable à cette mesure, l’UDI a néanmoins pointé de son côté le périmètre de cette dernière. « 1100 aides pour une expérimentation jusqu’en 2014. Est-ce bien suffisant ? » a indiqué Max Vincent, président du groupe UDI au Grand Lyon, qui a en outre fait remarquer que l’aide n’était pas assez ciblée pour les familles monoparentales plus modestes, lesquelles sont, selon lui, un peu oubliées.

« Il s’agit d’un projet de dernière minute concocté en fin de mandat, qui arrive par un heureux hasard sur un sujet qui est l’objet même de la première proposition phare présentée par Michel Havard pour la campagne municipale de Lyon » a précisé Laure Dagorne pour le groupe de droite Ensemble pour le Grand Lyon. Le chef de file de l’opposition à la ville de Lyon avait en effet proposé de mettre en place un système d’aide destiné au neuf comme à l’ancien, identique à celui en vigueur à Marseille, réservé aux primo-accédants et basé sur une négociation de la municipalité avec les banques pour obtenir des taux préférentiels, un plafond d’aide sur le prix au m2 et une aide.

Pour le groupe de droite, la copie n’est pas correcte du fait de sa limitation dans le temps et en nombre d’attributions (1100 premiers demandeurs). En outre, indique-t-elle, le montant est tellement faible qu’il aura du mal à susciter l’intérêt. « Les conditions posées aujourd’hui sont bien trop restrictives et pas assez ambitieuses pour assurer une réelle efficacité » déplore-t-elle... tout en indiquant que son groupe votera tout de même pour la délibération, celle-ci allant malgré tout, selon le groupe, dans la bonne direction.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]


«On est en train de faire une région parisienne bis. Ce n’est pas notre modèle»


Renaud Payre, est le candidat de la Gauche Unie à la présidence de la Métropole de Lyon. Nous évoquons avec lui son programme, qui intègre des métros légers de surface, l’abandon de l’Anneau des sciences, de nouvelles relations avec les territoires environnants, mais aussi une coopérative pour la rénovation énergétique et l’encadrement des loyers.