Pourquoi les taux de crédits immobiliers n’augmenteront pas

TRIBUNE - par Pascal Beuvelet, président fondateur d'In&Fi Crédits. Après plus d’un an de baisse constante, les taux des crédits immobiliers ont atteint un plus bas historique cet été. A ce stade plancher, la perspective d’une remontée des taux apparait logiquement comme la situation la plus envisageable. Cependant, les conditions économiques actuelles rendent très peu vraisemblable une hausse significative dans les mois à venir.
Le dernier Observatoire Crédit Logement / CSA le confirme. Depuis juillet, les taux remontent doucement (+ 11 points de base en trois mois) mais ils restent inférieurs à 3%.
Ces dernières semaines, plusieurs confrères courtiers expliquaient que « la perte du triple A n’avait finalement pas eu d’influence sur les taux immobiliers ». C’est évidemment vrai puisque qu’il n’y a aucune corrélation entre la notation d’un l’Etat, les taux auxquels il emprunte (OAT pour la France) et les taux immobiliers. La notation impacte directement, en fonction des positions d’offre et de demande arbitrées par les marchés, le niveau des taux des OAT émises par l'Agence France Trésor (AFT) pour le financement de la dette.
Il faut être cohérent, si les notations affectaient directement les taux immobiliers, les ménages et les entreprises du Portugal, Irlande, Espagne et Grèce etc…emprunteraient à des taux prohibitifs donc confiscatoires. Or ce n’est pas le cas.
Dans la réalité, les taux des financements, dont les crédits immobiliers, sont gouvernés par :
- Les taux de refinancement des banques entre elles. Aujourd’hui, les relations interbancaires sont toujours bloquées. Les banques n’ont pas confiance entre elles, ne se prêtent pas, de peur de ne pas être remboursées et placent leurs fonds excédentaires à la BCE.
- Les conditions de refinancement des banques auprès de cette même BCE, dont le principal taux directeur a été abaissé à 0.5% en mai dernier. Il s’agit d’un taux historiquement bas mais pas nécessairement un « taux plancher » selon précisé Mario Draghi le 4 juillet 2013. Face à cette situation économique et financière désastreuse la BCE a opté pour la contrainte son taux directeur à hauteur de 0.5%. 2013.
- La rémunération des dépôts à 1.25% pour le Livret A.
- Les stratégies des établissements de crédits pour faire coexister la création de capital nécessaire à leur recapitalisation (diminution du risque et augmentation des marges).
- Enfin, et ce n’est pas le moindre des arguments en faveur d’une maitrise de la hausse des taux des crédits immobiliers, il faut prendre en compte le caractère excessivement concurrentiel du secteur bancaire. Cette concurrence commerciale permanente est régulée à la baisse avec la montée en puissance des courtiers en crédits qui assurent désormais 25% de la distribution des crédits immobiliers. Une part qui progresse de plus de 10% par an.
Dans cette configuration d’une abondance de liquidité à bon marche, la période est propice au financement des projets immobiliers des particuliers. Il n’existe aucune raison technique qui permette aux établissements de crédit de ne pas maintenir le taux des prêts immobiliers à leur niveau actuel. Gageons également que ces derniers arbitreront utilement entre l’achat de dettes d’état et leur aide à l’économie par le financement des ménages et des entreprises, nécessaire pour stimuler la croissance économique.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Bien entendu ce monsieur confond son souhait intéressé et la réalité.Les taux ne peuvent qu’augmenter et ce, proportionnellement, voire plus, à la baisse des prix qui va s’intensifier.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Crédit immobilier : les taux ont baissé en août

Le taux des crédits à l’habitat s’est élevé à 1,24 % en moyenne en août contre 1.25% en juillet, selon CSA/Crédit Logement. Le taux moyen a reculé de 4 points depuis juin.


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Renouvellement du Conseil d’administration de CNCEF Crédit

L’association professionnelle des IOBSP l’a élu le 6 juillet.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Déception après le maintien de la position du HCSF

Le Haut Conseil de stabilité financière se réunissait ce jeudi. Il a réitéré ses recommandations émises en décembre, au grand dam des intermédiaires en crédit.


La part des primo-accédants en hausse, selon Cafpi

Selon l’intermédiaire en crédit, une progression de la part des primo-accédants a été notée en mai. L’emprunt moyen de ces derniers est également en hausse en mai par rapport au mois précédent.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Cafpi alerte sur la baisse de la part des primo-accédants

Cette part est en forte baisse selon l’intermédiaire en crédit.


Les porteurs d’un projet immobilier souhaitent le poursuivre

Selon Empruntis, une majeure partie de ses clients souhaite poursuivre les projets immobiliers initiés avant le confinement.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Crédit immobilier : l’APIC appelle à des mesures de soutien

L’association professionnelle des intermédiaires en crédit a rédigé une lettre ouverte au gouvernement.