Entrepôts : les marchés périphériques prennent le relais

Le marché de la logistique a été marqué sur les 9 premiers mois de 2013, par une baisse des volumes sur les marchés lyonnais et franciliens. Les marchés périphériques, eux, se tiennent plutôt bien.

C’est l’un des faits majeurs sur le marché de la logistique en cette année 2013 : les marchés majeurs de la dorsale nord-sud sont à la peine. La baisse est ainsi sensible en Ile de France et à Lyon où les m2 commercialisés ont été à la peine, avec une baisse de 33%.

Mais la baisse de ces marchés profite à d’autres marchés, qui ne sont traditionnellement pas des places fortes du marché de l’immobilier logistique. Ces marchés dits périphériques sont ainsi en hausse de 14% sur la même période. En région Pays de la Loire, le volume record de commercialisation atteint ainsi des records avec plus de 152 000 m² placés depuis le début de l’année, selon les chiffres de DTZ, qui note que « les grands projets en compte-propre ou en clé-en-main sont restés le principal moteur de l’activité ».

Pour Stéphane Croxo, directeur de la logistique chez DTZ, la ré-internalisation par les chargeurs de leur logistique tend à expliquer en partie ces mouvements. «Par ces temps de crise, les chargeurs ré internalisent leur logistique au détriment des prestataires. Il en résulte un phénomène d’éclatement géographique hors de la dorsale Nord-Sud, couplé à la réalisation de développements clés en main avec des prestations allant de plus en plus vers des systèmes de mécanisation. La mode est donc au sur-mesure», indique-t-il.

Les valeurs locatives restent solides

La part des grands projets en compte-propre ou en clé-en-main tend d’ailleurs à augmenter : ils représentaient 33% du marché l’an dernier, ils concentrent désormais 44% de l’activité en 2013. Parmi les volumes majeurs présents sur ce segment, on peut ainsi noter l’opération de 77 000 m² à Saint-Martin de Crau et celle de 74 100 m² à Sin-le-Noble pour GIFI.

Même si elle reste relativement abondante sur les marchés lyonnais et franciliens, le manque d’offre de qualité a des conséquences directes sur les valeurs locatives, lesquelles restent soutenues par cet état de fait.

L’investissement en retrait

Sur le front de l’investissement en immobilier logistique, celui-ci est en retrait de 7% sur un an. Mais c’est surtout la taille moyenne des opérations qui est en baisse. « Si le nombre de transactions reste comparable d’une année sur l’autre, la taille moyenne de celles-ci a baissé, passant de 33 millions d’euros en 2012 à 24 millions d’euros cette année ».

Le marché est animé par deux types d’acquéreurs : les anglo-saxons - comme l’américain Apollo,  acquéreur d’un portefeuille de 145 millions - et les investisseurs locaux. Ces derniers optent en général pour des actifs uniques, dont le montant dépasse rarement la barre des 20 millions d’euros.

Pour Magali Marton, la Directrice des Etudes CEMEA de DTZ  le ralentissement mécanique des investissements s’explique par le manque d’opportunités sur le marché. « En écho au changement de paradigme du marché des utilisateurs, les nouveaux bâtiments « sur mesure » cadrent plus difficilement avec la recherche par les investisseurs d’actifs moins marqués et donc plus banalisés  » note-t-elle.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le confinement a impacté la construction de locaux

Le service des données et études statistiques (SDES) du ministère de la Transition écologique a dévoilé ce mercredi ses chiffres d’autorisations à la construction et de mises en chantier de locaux non résidentiels.


Mauvais semestre pour l’immobilier logistique

La crise du coronavirus a eu un impact négatif sur la demande placée, a souligné Arthur Loyd Logistique.


Nette baisse de la demande placée en Ile-de-France au 1er semestre

La demande placée de bureaux en Ile-de-France est en repli de 40 % par rapport au premier semestre de l’année dernière, selon Immostat. Ce dernier a également fait part des chiffres de l’investissement et de l’immobilier logistique.


Volume record de 3,2 milliards d’euros d’externalisations en 2019

JLL a fait part de son analyse du marché des externalisations en Europe.


Vers l’accueil d’une importante plateforme logistique au nord de Saint-Etienne Métropole

Axtom acquiert un foncier de près de 16 hectares dans la zone Opera Parcs. ID Logistics va y construire un important projet immobilier représentant 80 millions d’euros d’investissement.


CIEL 2020 : la CMA s’associe à la CCI


La 2ème édition du « carrefour de l’immobilier d’entreprise à Lyon » associera cette année la Chambre de métiers et d’artisanat du Rhône, qui avait organisé l’an dernier la première édition de « l’Artisan et le Territoire ».


Renouvellement de partenariat entre Bjorg et Rhenus

Les deux acteurs ont renouvelé leur partenariat pour une durée de six ans.


BNP Paribas Real Estate va davantage intégrer la biodiversité


Le conseil a indiqué s’engager à l’intégrer dans toutes ses activités en Europe.


DCB Logistics réalisera un projet de 13.500 m² à Corbas

La filiale du groupe DCB International y assurera la réalisation d’un centre de distribution et de messagerie.


Une certification pour de nombreux bâtiments du groupe La Poste

Le groupe obtenu la certification ISO 50001 pour 26 bâtiments situés en région Auvergne Rhône-Alpes.


Forte baisse du marché immobilier logistique au 1er trimestre

La demande placée sur le segment a acté une forte baisse en France sur la période, en chutant à 382.000 m².


6ème Sens Immobilier cède un immeuble à Décines

null
Le groupe a vendu un actif mixte situé rue Emile Zola.


Repli de la demande placée au 1er trimestre en Ile-de-France

Immostat a fait part des chiffres de transaction des bureaux au 1er trimestre. Une baisse importante de la demande a été constatée sur la période, de l’ordre de 39% par rapport à la même période de 2019.


Immobilier tertiaire : BNP Paribas Real Estate évoque un marché au ralenti

BNP Paribas Real Estate a fait part d’une étude sur les conséquences du Coronavirus sur les divers marchés immobiliers.


Le PIPA compte 7.620 emplois, dont plus de 6.000 CDI

Le syndicat mixte du parc industriel de la plaine de l’Ain a dévoilé ce jour les enseignements de la nouvelle édition de son enquête annuelle sur l’emploi.