Entrepôts : les marchés périphériques prennent le relais

Le marché de la logistique a été marqué sur les 9 premiers mois de 2013, par une baisse des volumes sur les marchés lyonnais et franciliens. Les marchés périphériques, eux, se tiennent plutôt bien.

C’est l’un des faits majeurs sur le marché de la logistique en cette année 2013 : les marchés majeurs de la dorsale nord-sud sont à la peine. La baisse est ainsi sensible en Ile de France et à Lyon où les m2 commercialisés ont été à la peine, avec une baisse de 33%.

Mais la baisse de ces marchés profite à d’autres marchés, qui ne sont traditionnellement pas des places fortes du marché de l’immobilier logistique. Ces marchés dits périphériques sont ainsi en hausse de 14% sur la même période. En région Pays de la Loire, le volume record de commercialisation atteint ainsi des records avec plus de 152 000 m² placés depuis le début de l’année, selon les chiffres de DTZ, qui note que « les grands projets en compte-propre ou en clé-en-main sont restés le principal moteur de l’activité ».

Pour Stéphane Croxo, directeur de la logistique chez DTZ, la ré-internalisation par les chargeurs de leur logistique tend à expliquer en partie ces mouvements. «Par ces temps de crise, les chargeurs ré internalisent leur logistique au détriment des prestataires. Il en résulte un phénomène d’éclatement géographique hors de la dorsale Nord-Sud, couplé à la réalisation de développements clés en main avec des prestations allant de plus en plus vers des systèmes de mécanisation. La mode est donc au sur-mesure», indique-t-il.

Les valeurs locatives restent solides

La part des grands projets en compte-propre ou en clé-en-main tend d’ailleurs à augmenter : ils représentaient 33% du marché l’an dernier, ils concentrent désormais 44% de l’activité en 2013. Parmi les volumes majeurs présents sur ce segment, on peut ainsi noter l’opération de 77 000 m² à Saint-Martin de Crau et celle de 74 100 m² à Sin-le-Noble pour GIFI.

Même si elle reste relativement abondante sur les marchés lyonnais et franciliens, le manque d’offre de qualité a des conséquences directes sur les valeurs locatives, lesquelles restent soutenues par cet état de fait.

L’investissement en retrait

Sur le front de l’investissement en immobilier logistique, celui-ci est en retrait de 7% sur un an. Mais c’est surtout la taille moyenne des opérations qui est en baisse. « Si le nombre de transactions reste comparable d’une année sur l’autre, la taille moyenne de celles-ci a baissé, passant de 33 millions d’euros en 2012 à 24 millions d’euros cette année ».

Le marché est animé par deux types d’acquéreurs : les anglo-saxons - comme l’américain Apollo,  acquéreur d’un portefeuille de 145 millions - et les investisseurs locaux. Ces derniers optent en général pour des actifs uniques, dont le montant dépasse rarement la barre des 20 millions d’euros.

Pour Magali Marton, la Directrice des Etudes CEMEA de DTZ  le ralentissement mécanique des investissements s’explique par le manque d’opportunités sur le marché. « En écho au changement de paradigme du marché des utilisateurs, les nouveaux bâtiments « sur mesure » cadrent plus difficilement avec la recherche par les investisseurs d’actifs moins marqués et donc plus banalisés  » note-t-elle.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Corbas : DCB Logistics développe une messagerie sur deux étages

nullValoris Real Estate est en charge de la commercialisation de ce nouveau projet.


Un département logistique urbaine créé chez Arthur Loyd Logistique

Erick Schiller va prendre la direction de cette nouvelle équipe.


« Une certaine résilience de l’immobilier tertiaire à Lyon »

Benoît de Fougeroux est le président de la FNAIM Entreprises de Lyon. Nous évoquons avec lui les grandes tendances du premier trimestre en matière d’immobilier d’entreprise. Si le marché des bureaux est stable par rapport au premier trimestre 2020, l’industriel affiche pour sa part une certaine dynamique.


200.000 m² disponibles à 6 mois dans la région, selon EOL

Le spécialiste a fait un point sur l’immobilier logistique en région Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier logistique : demande placée en hausse logique au 1er trimestre

Arthur Loyd Logistique a fait état d’un rattrapage de la demande placée, après un premier trimestre 2020 affecté par la crise sanitaire.


Corbas : prise à bail d’une plateforme logistique par le groupe La Poste

La transaction a été finalisée par le département industriel & logistique de Cushman & Wakefield.


Wide : la plateforme qui veut accélérer les transactions

nullBelge de naissance et lyonnaise de cœur, Justine Petit Bramon a travaillé douze comme commercialisatrice chez CBRE et JLL avant de créer son entreprise. Cette entreprise, c’est Wide, une plateforme Web dont l’objectif est de partager le plus largement possible les offres afin d’accélérer les ventes.


Malgré la crise, le PIPA a accueilli davantage de salariés en 2020


Malgré la crise sanitaire, les entreprises du parc industriel de la plaine de l’Ain ont accueilli près de 400 salariés supplémentaires l’an dernier.


Logistique : «Track» vendu à un des clients de CBRE Global Investors

6e Sens Immobilier a vendu cette plateforme située à Villette d’Anthon.


Gauthier Denys à la tête du pôle activités et logistique de Valoris Real Estate

null
La société a annoncé restructurer son service activités et logistique, et l’arrivée de deux nouveaux collaborateurs, pour répondre à sa croissance.


Matias Jérôme rejoint BNP Paribas Real Estate Transaction à Lyon

nullIl vient étoffer l’équipe investissement de l’entité lyonnaise.


Investissement immobilier à Lyon : 2020, deuxième meilleure année de tous les temps

Malgré la crise sanitaire, le volume d’investissement en immobilier d’entreprise a atteint un niveau élevé, de 1,6 milliard d’euros dans la Métropole de Lyon.


Immobilier logistique: une bonne année 2020 en région lyonnaise

A la faveur de nombreuses transactions émanant de prestataires logistiques, l’année dernière a vu une progression du segment par rapport à 2019.


Légère baisse de la demande placée en immobilier logistique

Immostat, le GIE des quatre grands conseils en immobilier d’entreprise (BNP Paribas Real Estate, CBRE, JLL et Cushman & Wakefield) a présenté ce vendredi les chiffres des grands indicateurs du marché de l’immobilier logistique en Île-de-France et en France.


La demande placée de bureaux s’est effondrée en 2020 en Île-de-France

Immostat a publié ce vendredi ses principaux chiffres de l’immobilier de bureaux dans la région. La crise sanitaire a poussé les acteurs à l’attentisme.