Loi ALUR : l’enjeu majeur de la formation

TRIBUNE de Jean-François Buet, Président de la FNAIM.

Il faut reconnaître que les discours sur le projet de loi ALUR, très critiques sur plusieurs dispositions,  ont fini par faire oublier que le texte comportait des avancées de premier plan.  C'était inévitable pendant la période d'examen parlementaire, qui s'achève ces semaines-ci :  la FNAIM comme l'ensemble des institutions et des entreprises concernées par les évolutions du texte ont eu à cœur  de conduire gouvernement et parlement à améliorer la copie...  L'heure est venue de prendre de la hauteur, de s'attarder sur les dispositions de ce texte monumental,  et d'en mesurer l'impact favorable pour les consommateurs comme pour les professionnels.

Parmi les modifications imposées au cadre d'exercice de la transaction et de la gestion,  il en est une majeure, inspirée par notre organisation: l'obligation de formation continue pour tous les professionnels,  non seulement dirigeants mais encore collaborateurs, salariés comme non-salariés.  Pour la FNAIM, l'actualisation des compétences tout au long de la vie est un credo historique*.

Alors que seuls les membres de la FNAIM - suivie en cela par quelques grandes enseignes du métier –  s'imposaient cette discipline, toute la communauté professionnelle va désormais s'y plier.  Le bénéfice en sera considérable: pour le public, l'assurance de confier ses intérêts à des femmes et des hommes plus compétents,  qui leur apporteront plus de sécurité et de valeur ajoutée, et pour les agents immobiliers et les gestionnaires la satisfaction d'appartenir  à un corps professionnel exigeant envers chacun de ceux qui le constituent. Nous souffrions jusqu'à présent qu'une fraction de la profession,  toujours trop importante quand il s'agit de l'enjeu du logement des familles, altère l'image de ceux qui croient dans les vertus de la formation depuis la première heure.

En outre, le législateur a voulu, là encore inspiré par la FNAIM, que tout nouvel entrant dans la profession suive un stage de formation pour connaître  les fondamentaux du métier qu'il a choisi. Cette disposition marque un progrès considérable:  par la formation continue, c'est un véritable passeport compétence qui est instauré, et dont la régularité vaudra droit d'exercer.

Au demeurant, je n'hésite pas à parler d' "effort de formation" : un chef d'entreprise qui dépasse le court-termisme pour accepter  pour lui et ses collaborateurs de quitter, trois ou quatre jours par an, l'exploitation commerciale et de se consacrer à apprendre ou à réapprendre,  celui-là change de logique. Il entre dans une logique d'estime de son métier et de ses clients bien supérieure.  Effort encore lorsqu'il faudra prévoir le financement de la formation: les fonds collectés au titre des contributions obligatoires ne suffiront pas,  et nous devrons mettre la main à la poche. Un peu selon le principe de la psychanalyse,  je trouve heureux que les professionnels comprennent que la formation est un investissement, qui a un coût et donc un prix.

Pourtant, il faut que le public ait conscience que les agents immobiliers et les administrateurs de biens  s'engagent dans une réforme profonde.  Cette acquisition permanente de connaissances vient le garantir et le sécuriser.   Le combat pour la compétence, en passe d'être gagné avec l'aide du législateur, n'est autre que le combat pour la confiance.

Jean-François Buet






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


En marche… pour une société plus juste

TRIBUNE de Bernard Devert, président fondateur d’Habitat et Humanisme, mouvement de lutte contre le mal logement.


Immobilier : la nouvelle donne

EDITORIAL – Avec la remontée probable des taux de crédit immobilier, le marché du logement pourrait entrer dans un nouveau cycle.


L’explosion des impôts locaux, véritable enjeu fiscal pour le logement à l’approche des présidentielles

TRIBUNE de Jean-François BUET, Président de la FNAIM.


« Observer n’est pas encadrer »

TRIBUNE par Jean-François Buet, Président de la FNAIM.


Réflexion publique sur le logement : un heureux remue-méninges

TRIBUNE de Jean-François Buet, Président de la FNAIM.


« Un pompiste ne fait pas un bon maçon »

TRIBUNE de Jean-François Buet, Président de la FNAIM.


Révision des bases cadastrales : malgré le discours officiel, toujours plus d’impôts

TRIBUNE de Thibault de Saint-Vincent, Président de Barnes.


Réforme des aides personnelles à l’accession : une mesure à contresens

TRIBUNE de Philippe Taboret, Directeur Général Adjoint de Cafpi, sur cette réforme prévue dans le projet de loi de finances pour 2015.


Crise immobilière et crise du logement

TRIBUNE – Philippe Taboret, Directeur Général Adjoint de Cafpi propose des remèdes à l’asthénie du marché du logement.


La relance du logement par Francois Hollande : après le train de mesures … Cherchez l’action !

null
TRIBUNE
de François Gagnon, Président ERA Europe et ERA France.


« L’appel des architectes » pour les municipales 2014

TRIBUNE – L’ordre des architectes a ce mardi lancé un appel aux électeurs pour faire du logement pour tous une priorité nationale.


Loi ALUR : l’enjeu majeur de la formation

TRIBUNE de Jean-François Buet, Président de la FNAIM – Il faut reconnaître que les discours sur le projet de loi ALUR, très critiques sur plusieurs dispositions,  ont fini par faire oublier que le texte comportait des avancées de premier plan.


Encadrement des loyers : et une élucubration de plus !

TRIBUNE de Jean-François Buet, Président de la FNAIM. « L’encadrement des loyers tel qu’il est conçu dans le projet de loi sur le logement et l’urbanisme (ALUR)  est inopérant et peu efficace »


Le courage de la paix

TRIBUNE – par Jean-François Buet, Président de la FNAIM.


De la commission à l’honoraire: pour la réhabilitation des agents immobiliers

TRIBUNE – Jean-François Buet, Président de la FNAIM, souhaite que la profession applique les bons mots pour décrire le service rendu.