Pour Crédit Agricole, le marché immobilier n’est qu’en phase de rebond

L'économiste du groupe, Olivier Eluere, a publié hier sa note de conjoncture sur le marché immobilier français.

Les signaux ne sont pas encore tous au vert pour le marché immobilier français. L'économiste du groupe Crédit Agricole, Olivier Eluere, a publié hier sa traditionnelle étude trimestrielle sur le marché immobilier français. Si il prend acte au sein de celle-ci de signaux positifs, il reste toutefois prudent pour les mois à venir.

Il évoque une lettre reprise du marché de l’immobilier neuf, favorisé par une série de dispositifs: un PTZ élargi, et bien sûr le dispositif Pinel. Mais pour lui, il semble prématuré de parler d’une reprise durable du marché. “L’immobilier résidentiel reste affecté par des facteurs conjoncturels négatifs (croissance faible, chômage élevé, impact des mesures fiscales de 2012-2013, prix élevés et encore surévalués), même s’il bénéficie de fondamentaux favorables (démographie, effet retraite, valeur refuge, modèle de crédit prudent, bas niveau des créances douteuses)” indique l’économiste du Crédit Agricole.

Rebond plutôt que reprise

Aussi suggère-t-il de changer de sémantique. Au lieu de parler de reprise, il évoque plutôt un rebond. Il pense ainsi qu'une stabilisation, voire même qu'une petite baisse du marché pourrait se faire jour en 2016. Les volumes seront, pour lui, en baisse légère l'année prochaine. Pour l'année en cours, il pense que le marché devrait enregistrer une hausse des transactions de l'ordre de 10%.

L'un des facteurs ayant permis au marché de rebondir cette année a été le niveau des taux, extrêmement bas. Mais l'économiste ne voit pas cette situation durer ad vitam  eternam. “Les taux de crédit devraient remonter peu à peu au cours des prochains trimestres, ce qui pourrait entraîner un certain attentisme et un tassement des ventes dans l’ancien” précise l’expert.

Il distingue en outre la tendance du marché immobilier neuf et celle du marché immobilier ancien. Dans le neuf, il table sur une remontée des volumes de 17% en 2015 et de 8% en 2016. Dans l'ancien, il table sur une remontée de 10% des volumes cette année, et sur une baisse de 1% des prix par an.

Taux bas

L'économiste indique que deux facteurs expliquent la remontée du marché cette année: les taux de crédit habitat proche de leur plancher et le plan de soutien significatif annoncé l'année dernière pour le logement neuf. Mais les autres facteurs sont plus mitigés: la croissance économique reste faible et le chômage élevé. Les effets des mesures fiscales 2012-2013 continuent à peser négativement sur la demande, notamment celles concernant les plus-values immobilières. En outre, il considère toujours les prix de vente comme surévalués. Pour l'expert, ceux-ci étaient encore surévalués de l'ordre de 0 à 5%début 2015.

Pour l'économiste, les conditions d'une vraie reprise ne sont pas réunies. En observant les cycles immobiliers passé, 2 conditions sont nécessaires pour une reprise durable du marché. Il faut ainsi que les prix sont au plus bas, mais aussi que la croissance économique soit de retour. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.