Le Front national veut une Région Auvergne-Rhône-Alpes allégée

Christophe Boudot , tête de la liste Front National en Auvergne-Rhône-Alpes ( photo Front National)

Christophe Boudot, tête de la liste Front National en Auvergne-Rhône-Alpes (photo Front National)

Réduction du budget régional, réduction de la fiscalité sur le carburant et la carte grise, maîtrise des effectifs, Christophe Boudot, tête de liste du Front national aux élections régionales des 6 et 13 décembre entend rééquilibrer l’utilisation de la voiture et du train, renoncer au Lyon Turin et laisser davantage de liberté en matière de foncier.

Il est question de proposer un poste de vice-président délégué : le proposerez-vous ?

Non, car nous sommes contre l’inflation du nombre des postes et donc des dépenses de fonctionnement.

On peut légitimement penser que depuis l’annonce de la réforme territoriale par l’exécutif, vous avez une idée très précise de la manière dont vous allez gérer la réorganisation du fonctionnement de la région, mais aussi l’évolution des moyens humains et de la masse financière. Quelles sont les évolutions budgétaires qui seront soumises au vote pour le budget 2016 ?

En cas de victoire du Front National aux élections régionales, nous nous engageons à baisser les dépenses de fonctionnement au profit de l’investissement. Concrètement, nous ne licencierons aucun agent territorial rhônalpin ou auvergnat, mais l’inflation du nombre des postes sera stoppée. Par ailleurs, nous baisserons le budget de 60 M€ dès la première année. Nous baisserons également de 10% les taxes sur les carburants (TICPE) et de 10% les taxes sur la carte grise des véhicules. Nous financerons ces baisses en mettant fin aux dépenses clientélistes actuelles et en recentrant la politique régionale sur les compétences propres de la Région : le système actuel des subventions en matière de politique de la ville, de relations internationales, de culture et de développement durable sera mis à plat.

Quelle valorisation pour le parc immobilier de la région, et notamment celle visant les deux actuels sièges des Régions Auvergne et Rhône-Alpes ?

Nous déplorons le manque de vision et de cohérence de la politique de la gauche qui a pour résultat deux sièges flambants neufs pour une seule et même future Région. Pour limiter les dépenses publiques et pour augmenter l’efficacité politique, nous pensons qu’il n’y a pas d’autre choix que d’organiser les Assemblées plénières, commissions et Commissions permanentes à Lyon, siège de la future grande Région. Mais pourquoi ne pas déconcentrer certains services dans le siège à Clermont-Ferrand ?

Quelles relations comptez-vous entretenir avec les métropoles de Lyon et de Grenoble? Craignez-vous que la naissance de cette nouvelle entité diminue le poids de la région ?

Nous aurions préféré que la loi NOTRe permette de diminuer le mille-feuille administratif, de baisser les dépenses publiques, de clarifier les compétences des uns et des autres, et de rapprocher les Français de leurs institutions. Or, actuellement, c’est le contraire. En attendant la grande réforme territoriale initiée par Marine Le Pen et le Front National après 2017, nous entretiendrons de bonnes relations coopératives avec les métropoles.

Quelle seraient vos préconisations en matière de TER ? Doivent-ils se limiter aux trains ?

Selon les résultats d’une enquête initiée par l’Exécutif rhônalpin de gauche sur les déplacements 2012-2014, seuls 6% de la population de plus de 11 ans utilise les TER (essentiellement ferroviaires) pour une portée moyenne de seulement 5,9 km. Pour rendre justice au reste des 94% de la population, nous voulons proposer des alternatives au « tout ferroviaire » : nous accorderons autant d’attention aux automobilistes qu’aux TER, sans négliger l’un ou l’autre.

Quelle ligne directrice comptez-vous appliquer en matière de transports ?

Notre ligne directrice sera : développer les transports ferroviaires, proposer des alternatives au « tout ferroviaire » (fluvial, routier), corriger les erreurs de la gauche.

Quelle est la position de votre liste sur l’A45 ?

S’il n’y avait pas un taux de chômage très élevé à Saint-Etienne, cette question ne se poserait pas, et les Stéphanois travailleraient chez eux et non à Lyon. Mais ce n’est pas le cas. L’actuelle A47 entre Lyon et Saint-Etienne présente donc un trafic très élevé. Elle n’a plus les capacités de garantir un trafic fluide et les bouchons sont donc quotidiens. Le trafic TER entre les deux villes est également saturé et ne permettra plus de soulager significativement l’A47. De plus, elle est très dangereuse. La construction de l’A45 est donc incontournable.

Quelle sont vos orientations en matière de Fret ferroviaire ?

Nous voulons que le projet pharaonique du Lyon-Turin soit abandonné. De plus, nous travaillerons à l’élimination de la saturation du Nœud ferroviaire lyonnais , élément premier pour résoudre tous les autres problèmes du réseau ferré régional et rendre la fluidité aux flux Nord-Sud. D’où, entre autres, notre soutien au contournement ferroviaire de l’agglomération lyonnaise (CFAL), à la ligne à grande vitesse (LGV) Rhin-Rhône jumelée dans le sud à la LGV Lyon-Valence. D’autre part, nous soutiendrons le développement des outils multimodaux.

Comment dynamiser l’agriculture et l’élevage en Rhône-Alpes, notamment en zone montagnarde ?

En attendant le remplacement de la Politique agricole commune (PAC) par la Politique agricole française (PAF), initiée par Marine Le Pen et le Front National après 2017, voici nos propositions : le maintien de la paysannerie en zone montagnarde sera soutenu par une politique de revitalisation du tissu rural. Les agriculteurs et éleveurs seront au centre de ce dispositif et non pas seulement considérés comme simples producteurs de nourriture : leur contribution à la sauvegarde du patrimoine, des traditions montagnardes, des activités touristiques et de l’environnement sera reconnue. Nous multiplierons par trois le budget régional qui leur est consacré. De plus, nous valoriserons les filières de proximité.

Quelle place la Région doit-elle avoir en matière de politique foncière ? Jugez-vous la politique actuelle en la matière adaptée aux situations diverses que peuvent rencontrer les territoires?

La politique régionale actuelle en matière foncière n’est adaptée ni aux collectivités locales ni aux habitants qui la rejettent en grande majorité. Nous proposons de lever les restrictions foncières existantes qui se font en dépit du bon sens. Dans les territoires ruraux notamment, nous refuserons la réduction drastique du nombre de terres constructibles. Nous ne dicterons plus ni aux agriculteurs, ni aux entrepreneurs, ni aux maires, les règles de bonne gestion de leurs territoires.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Oudara Outhabong, nouveau directeur national développement de Pitch Promotion

Il occupe ce poste depuis le 1er janvier 2021.


Alexandre Vincendet reste président de la fédération LR du Rhône

Les adhérents Les Républicains élisaient ce lundi leur nouveau président départemental et leurs représentants aux diverses instances. Ils ont réélu le président sortant, maire de Rillieux-la-Pape.


Nominations chez Capelli

Le promoteur annonce l’arrivée de Damien Borne, Marion Baur et Ivan Ugidos.


La Fondation Abbé Pierre a livré son éclairage régional annuel

A cette occasion la fondation est revenue sur les actions menées en Auvergne-Rhône-Alpes depuis le début de la crise sanitaire, il y a un an.


La Région veut accompagner Railcoop pour recréer la ligne Montluçon-Lyon

La Région propose de céder des rames à Railcoop pour l’accompagner dans son projet visant à terme à recréer la ligne voyageurs Bordeaux-Lyon en juin 2022.


QPV : Gaël Perdriau veut plus de moyens pour l’inclusion des jeunes

Le maire de Saint-Étienne demande au Premier ministre, face à l’émergence de violences urbaines, davantage de moyens pour l’inclusion des jeunes.


Vénissieux accueillera la cité internationale des arts du cirque

Ce nouveau lieu de la création circassienne unique à l’échelle nationale, européenne et internationale sera implanté dans le quartier du Grand Parilly, a indiqué la Métropole de Lyon.


L’offre TCL s’adapte au reconfinement

Le SYTRAL adapte une fois de plus son offre au regard de l’évolution de la situation sanitaire.


Covid-19 : Auvergne-Rhône-Alpes, 2e région en termes de surmortalité

Après l’Île-de-France, la région est celle où la surmortalité est la plus élevée sur un an.


Villeurbanne : extension du stationnement payant

Le conseil municipal a adopté une délibération sur l’extension du stationnement payant à l’ensemble de la rue Léon Blum et à certaines rues du Carré de Soie.


Villeurbanne sera « capitale francaise de la culture » en 2022

nullLa ministre de la culture, Roselyne Bachelot, a attribué le label « capitale francaise de la culture » à la ville pour l’année prochaine.


Ouverture de la Clermont Innovation Week

Clermont Auvergne Métropole organise de nouveau cet évènement cette année. Prévue initialement au printemps 2020, la 3e édition n’avait pas pu se tenir du fait du confinement.


Le prolongement de la ligne T2 à Confluence a été mis en service

nullLe Sytral renforce par ce biais la desserte de ce quartier du deuxième arrondissement de Lyon.


Villeurbanne : réunion publique sur la 3ème tranche du cours Emile-Zola le 30 mars

Cette réunion sur le réaménagement de la troisième tranche du cours Émile-Zola, mais aussi sur le projet Liberté-Faÿs, se tiendra en visioconférence.


Pierre Taillardat, président du directoire du fonds souverain Auvergne-Rhône-Alpes

Le dirigeant, qui possède a été recruté par Siparex, qui assure la gestion du nouveau fonds présenté lundi par le président de la collectivité, Laurent Wauquiez.