Immobilier: les ventes ont repris en 2015, selon Guy Hoquet

Le réseau a fait état d’une augmentation du nombre de transactions de 11.5%.

Le réseau Guy Hoquet l'immobilier est l’un des premiers réseaux à faire part, en ce lundi, de ses chiffres de l’année 2015. Il a notamment évoqué une hausse du nombre de transactions, qui progresse de 11.5%. Des chiffres qui ravissent Fabrice Abraham, le président du réseau. « Tous les signaux de reprise sont au vert : le marché immobilier nous le confirme, avec une année 2015 qui marque une embellie de +11.5% en volumes de ventes », constate-t-il. « Des taux de crédit qui sont restés bas, des prix sur une tendance baissière, même légère, tout au long de l’année, et des acheteurs qui ont compris qu’il était temps d’acter, sont autant de paramètres qui expliquent cette situation » ajoute le dirigeant.

Les attentats de novembre semblent toutefois avoir eu un impact sur le marché. Le réseau note en effet « un pic de baisse d’activité avec une baisse de 20% du nombre de transactions durant la seconde moitié de novembre, et un allongement des délais de vente sur le dernier trimestre ».

Les primo-accédants ne sont pas de retour selon Guy Hoquet L’immobilier, même si, ils sont plus nombreux qu’en 2013. De 30% du marché cette année-là, ce type d’acquéreurs a représenté en 2015 36% des acquéreurs. « La nouvelle formule du PTZ, si elle est très intéressante pour les acheteurs dans le neuf, n’a peu ou pas d’incidence sur le marché de l’ancien, en ce qu’elle comporte une obligation d’effectuer des travaux à hauteur de 25% du prix d’achat, ce qui est un élément bloquant pour l’acquéreur », précise Fabrice Abraham dans le communiqué.

Les investisseurs à l’écart du marché

Si les primo-accédants sont de retour, les investisseurs dans l’ancien restent, pour leur part, à l’écart du marché ne représentant plus que 9% du marché de l’immobilier en 2015, contre 25% en 2011. Ces derniers ont notamment été échaudés par les mesures « peu engageantes du gouvernement, et notamment à la mise en place de l’encadrement des loyers parisiens » indique le réseau. « Les ventes de petites surfaces parisiennes sont très fortement impactées depuis la rentrée 2015, date d’entrée en vigueur de cette mesure », note Fabrice Abraham. Les investisseurs sont désormais plus enclins à privilégier la proche banlieue à Paris.

Les prix sont en légère baisse de 0.5% en France sur un an, et de 0.8% en Ile-de-France. Ils sont même en baisse de 1.5% dans la capitale. « Les acquéreurs se reportent en effet plus nombreux sur l’Ile-de-France que sur Paris intramuros, et préfèrent les maisons aux appartements : ces dernières voient leurs prix augmenter de 1.4% en France contre une baisse de 2,7% pour les appartements » note le réseau.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.