Fiscalité immobilière : Lyon et Paris mieux placées que Marseille et Bordeaux

Le courtier Meilleurtaux.com a réalisé une étude sur le poids de la fiscalité locale.

Le courtier Meilleurtaux.com a fait le point mercredi sur le poids de la fiscalité locale. L’intermédiaire a en effet procédé à la réalisation d’une étude visant à mesurer l’impact de la fiscalité locale dans le financement d’un bien immobilier type, de 70m², financé sur 20 ans au taux moyen consenti dans la ville donnée, avec les montants des taxes locales (taxe foncière et taxe d’habitation) en vigueur en 2015 pour un couple avec deux enfants. Celle-ci permet de mesurer cette fiscalité à la fois en euros réels mensuels, en nombre de mensualités supplémentaires sur une année de remboursement et en équivalent de taux d’intérêt.

La porte-parole et Directrice de la communication de Meilleurtaux.com, Maël Bernier, a indiqué qu’« en moyenne, pour les 10 grandes métropoles françaises, la fiscalité locale représentait 167 euros de plus par mois à acquitter». Particulièrement touchées par ce phénomène, 3 villes: Montpellier en tête avec 216€ de plus par mois, Bordeaux 207€ de plus et Marseille 182€ de plus. « Cela signifie donc qu’un Bordelais qui finance un 70m² ne va pas payer 1185€ tous les mois mais en réalité 1392€ », ajoute Maël Bernier. « Quand on sait que Montpellier et Bordeaux figurent régulièrement dans le top trois des villes où il fait bon vivre et où les Français rêvent de vivre, cela prête à sourire », ajoute-t-elle.

Paris et Lyon mieux placées

Les grandes villes sont en revanche plutôt bien placées, comme Paris et Lyon. Grâce à la fiscalité locale la plus légère des 10 grandes villes de France, Paris voit en effet sa note mensuelle s’alourdir de « seulement » 93€.

Le courtier a mesuré l’impact en équivalent en ajoutant les différentes taxes (taxe foncière et d’habitation) de manière mensualisée. La mensualité de crédit ainsi calculée comprend donc les impôts. Ce qui permet dans un second temps de déterminer le taux d’intérêt réel correspondant à des mensualités « fiscalité comprise ».

Maël Bernier constate, en effectuant ce calcul « que les taux ‘fiscalité locale comprise’, assumés par les particuliers dans la plupart des grandes agglomérations, sont clairement très au dessus des taux du seul crédit bancaire».

Des taux "impôts compris" qui grimpent

Le taux d’intérêt réel correspondant à des mensualités « fiscalité comprise » calculé par l’intermédiaire est instructif. Le taux moyen communiqué par les banques sur 20 ans se situe autour de 1,70% (hors assurance). Mais le poids de la fiscalité locale mensualisée à Montpellier et Marseille fait passer ce taux d’emprunt pour les acheteurs montpelliérains et marseillais à respectivement 4,05% et 3,80%. Il passe de la même façon à 3,40% à Toulouse, 3,35% à Bordeaux et Nantes, 3,20% à Strasbourg, et 3,05% à Lille et Nice. Dans les villes centres des deux plus grandes agglomérations de France, la situation est inverse, avec une fiscalité locale qui fait passer le taux à 2,80% à Lyon, et à 2,05% à Paris.

Pour Maël Bernier, « la conclusion est sans appel, la fiscalité locale fait grimper le taux de peu ou prou 2 points de % dans la moitié des grandes villes de France comme l’an passé ». « Les prix de l’immobilier ayant recommencé souvent à augmenter dans les grandes villes et la fiscalité également en parallèle, il est clair que les communes ont vu leurs recettes liées aux transactions immobilières grimper par transaction réalisée », ajoute Hervé Hatt, Président de Meilleurtaux.com.

La fiscalité représente ainsi près de 3 mensualités supplémentaires pour Montpellier, plus de 2 pour Marseille, Bordeaux, Toulouse et Nantes, plus d’1 mois pour Strasbourg, Lille, Nice et Lyon et moins d’1/2 mois pour Paris. « L’impact de la fiscalité locale revient à dire que l’on paye non pas 12 mensualités pour son logement, mais 13, 14 ou 15 dans certaines villes», indique en conclusion Maël Bernier.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


2021 commence avec des taux de crédit immobilier en baisse

C’est ce qu’ont indiqué plusieurs courtiers, dont Empruntis, Vousfinancer et Emprunt Direct.


Soulagement des professionnels après les inflexions du HCSF

La FNAIM, la FFB, et les courtiers en crédits immobiliers ont salué les inflexions dans les recommandations adressées aux banques.


Crédit immobilier : le HCSF lâche du lest

Le Haut Conseil de stabilité financière a décidé d’assouplir une partie des recommandations qu’il avait émises il y a un an.


Front uni des acteurs de l’immobilier avant la réunion du HCSF

En amont de la réunion du Haut Conseil de stabilité financière, les principales fédération ont écrit une lette ouverte aux cabinets de Bruno Le Maire et d’Emmanuelle Wargon, de la DGT, de l’ACPR et du HCSF.


Chute de la part des primo-accédants, selon Cafpi

Le courtier en crédit immobilier a fait part des dernières tendances sur l’évolution de sa clientèle.


Assurance emprunteur : la résiliation infra-annuelle attendra


Le Conseil constitutionnel a retoqué ce qui avait été voté fin octobre.


Malgré un net rebond, les acteurs du crédit à l’habitat inquiets pour la production

La production mensuelle, corrigée des variations saisonnières, de crédits à l’habitat s’est élevée à 23,4 milliards d’euros.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


Taux de crédit immobilier : pas de changement en Auvergne-Rhône-Alpes

C’est ce qu’a indiqué Emprunt Direct dans son dernier baromètre régional.


Des taux de crédit immobilier stables en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon Emprunt Direct, les taux n’ont pas bougé en cette rentrée par rapport à la période estivale. Dans les prochains mois, les taux d’usure vont remonter, ce qui pourrait améliorer le financement des emprunteurs modestes.


Crédit immobilier : les taux ont baissé en août

Le taux des crédits à l’habitat s’est élevé à 1,24 % en moyenne en août contre 1.25% en juillet, selon CSA/Crédit Logement. Le taux moyen a reculé de 4 points depuis juin.


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Renouvellement du Conseil d’administration de CNCEF Crédit

L’association professionnelle des IOBSP l’a élu le 6 juillet.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.