Fiscalité immobilière : Lyon et Paris mieux placées que Marseille et Bordeaux

Le courtier Meilleurtaux.com a réalisé une étude sur le poids de la fiscalité locale.

Le courtier Meilleurtaux.com a fait le point mercredi sur le poids de la fiscalité locale. L’intermédiaire a en effet procédé à la réalisation d’une étude visant à mesurer l’impact de la fiscalité locale dans le financement d’un bien immobilier type, de 70m², financé sur 20 ans au taux moyen consenti dans la ville donnée, avec les montants des taxes locales (taxe foncière et taxe d’habitation) en vigueur en 2015 pour un couple avec deux enfants. Celle-ci permet de mesurer cette fiscalité à la fois en euros réels mensuels, en nombre de mensualités supplémentaires sur une année de remboursement et en équivalent de taux d’intérêt.

La porte-parole et Directrice de la communication de Meilleurtaux.com, Maël Bernier, a indiqué qu’« en moyenne, pour les 10 grandes métropoles françaises, la fiscalité locale représentait 167 euros de plus par mois à acquitter». Particulièrement touchées par ce phénomène, 3 villes: Montpellier en tête avec 216€ de plus par mois, Bordeaux 207€ de plus et Marseille 182€ de plus. « Cela signifie donc qu’un Bordelais qui finance un 70m² ne va pas payer 1185€ tous les mois mais en réalité 1392€ », ajoute Maël Bernier. « Quand on sait que Montpellier et Bordeaux figurent régulièrement dans le top trois des villes où il fait bon vivre et où les Français rêvent de vivre, cela prête à sourire », ajoute-t-elle.

Paris et Lyon mieux placées

Les grandes villes sont en revanche plutôt bien placées, comme Paris et Lyon. Grâce à la fiscalité locale la plus légère des 10 grandes villes de France, Paris voit en effet sa note mensuelle s’alourdir de « seulement » 93€.

Le courtier a mesuré l’impact en équivalent en ajoutant les différentes taxes (taxe foncière et d’habitation) de manière mensualisée. La mensualité de crédit ainsi calculée comprend donc les impôts. Ce qui permet dans un second temps de déterminer le taux d’intérêt réel correspondant à des mensualités « fiscalité comprise ».

Maël Bernier constate, en effectuant ce calcul « que les taux ‘fiscalité locale comprise’, assumés par les particuliers dans la plupart des grandes agglomérations, sont clairement très au dessus des taux du seul crédit bancaire».

Des taux "impôts compris" qui grimpent

Le taux d’intérêt réel correspondant à des mensualités « fiscalité comprise » calculé par l’intermédiaire est instructif. Le taux moyen communiqué par les banques sur 20 ans se situe autour de 1,70% (hors assurance). Mais le poids de la fiscalité locale mensualisée à Montpellier et Marseille fait passer ce taux d’emprunt pour les acheteurs montpelliérains et marseillais à respectivement 4,05% et 3,80%. Il passe de la même façon à 3,40% à Toulouse, 3,35% à Bordeaux et Nantes, 3,20% à Strasbourg, et 3,05% à Lille et Nice. Dans les villes centres des deux plus grandes agglomérations de France, la situation est inverse, avec une fiscalité locale qui fait passer le taux à 2,80% à Lyon, et à 2,05% à Paris.

Pour Maël Bernier, « la conclusion est sans appel, la fiscalité locale fait grimper le taux de peu ou prou 2 points de % dans la moitié des grandes villes de France comme l’an passé ». « Les prix de l’immobilier ayant recommencé souvent à augmenter dans les grandes villes et la fiscalité également en parallèle, il est clair que les communes ont vu leurs recettes liées aux transactions immobilières grimper par transaction réalisée », ajoute Hervé Hatt, Président de Meilleurtaux.com.

La fiscalité représente ainsi près de 3 mensualités supplémentaires pour Montpellier, plus de 2 pour Marseille, Bordeaux, Toulouse et Nantes, plus d’1 mois pour Strasbourg, Lille, Nice et Lyon et moins d’1/2 mois pour Paris. « L’impact de la fiscalité locale revient à dire que l’on paye non pas 12 mensualités pour son logement, mais 13, 14 ou 15 dans certaines villes», indique en conclusion Maël Bernier.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Renouvellement du Conseil d’administration de CNCEF Crédit

L’association professionnelle des IOBSP l’a élu le 6 juillet.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Déception après le maintien de la position du HCSF

Le Haut Conseil de stabilité financière se réunissait ce jeudi. Il a réitéré ses recommandations émises en décembre, au grand dam des intermédiaires en crédit.


La part des primo-accédants en hausse, selon Cafpi

Selon l’intermédiaire en crédit, une progression de la part des primo-accédants a été notée en mai. L’emprunt moyen de ces derniers est également en hausse en mai par rapport au mois précédent.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Cafpi alerte sur la baisse de la part des primo-accédants

Cette part est en forte baisse selon l’intermédiaire en crédit.


Les porteurs d’un projet immobilier souhaitent le poursuivre

Selon Empruntis, une majeure partie de ses clients souhaite poursuivre les projets immobiliers initiés avant le confinement.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Crédit immobilier : l’APIC appelle à des mesures de soutien

L’association professionnelle des intermédiaires en crédit a rédigé une lettre ouverte au gouvernement.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.