Pour un Grenelle du logement

TRIBUNE - Jean-François Buet, Président de la FNAIM, plaide pour une concertation entre les acteurs du secteur.

Une fois de plus, un brouhaha entoure la vraie politique. Cette fois, le logement en fait les frais: le ministre de la Cohésion des territoires, en charge du dossier logement au gouvernement, est dans la tourmente à cause d'une affaire immobilière renvoyant à son passé de dirigeant de société. Dès lors on ne parle plus du programme du candidat Macron sur le logement, pourtant substantiel, ni de son engagement pour qu'une loi d'ampleur soit votée avant la fin de l'année 2017. Tous les esprits se concentrent sur l'anecdote, certains observant que les embarras de Monsieur Ferrand sont paradoxalement liés à un secteur d'activité dont il est aujourd'hui responsable.

Presque tous les esprits. Les corps intermédiaires ont gardé la réserve sur ce sujet et seule la justice est à même de statuer. En revanche, nous attendons que le gouvernement travaille à marches forcées pour le logement et le fasse selon la bonne méthode. Les gouvernements passés, quelle que soit leur couleur, ont négligé la concertation et la réflexion. A l'arrivée, tant en matière civile que fiscale, trop de textes, mal ajustés, souvent inapplicables, qu'il faut reprendre et corriger, répondant à des objectifs contradictoires, sans souffle, sans inspiration. Il faut un Grenelle du logement, vertueux pour quatre raisons majeures.

D'abord, le principe qui prévaut à la démarche du Grenelle est le respect des parties prenantes et la conviction que chaque famille professionnelle ou associative reconnue est porteuse d'une part de vérité. La concertation n'enlève rien au pouvoir de décision, ni à l'autorité de l'exécutif: à l'inverse, elle témoigne qu'il ne craint pas l'échange parce qu'il a des convictions et des compétences. Il faut remonter à 1992 pour trouver un ministre – Jean-Louis Bianco- qui avait initié, avec pour bras armé le Plan, des Entretiens du logement, qui s'étaient tenus pendant trois jours symboliquement au Conseil économique et social (il n'était pas encore environnemental). Un quart de siècle plus tard, il est temps de rouvrir le plus large débat.

Le Grenelle, c'est aussi un rempart contre le risque de court-termisme et la tentation de favoriser tel ou tel maillon de la chaîne du logement. Analyser, écouter, fonder les choix stratégiques, dépasser la tactique et les égards du moment au profit du neuf aujourd'hui, de l'existant demain, des HLM souvent, renoncer aux à-coups et mesurer la valeur du temps pour mettre en œuvre des actions efficaces, voilà ce que le Grenelle rendrait possible.

Et puis cela éviterait l'écueil qui consiste à trouver que le logement va mieux que jamais et qu'il suffit de ne rien changer pour que ça dure. Des questions de fond se posent : pourquoi les prix augmentent-ils de nouveau en zone tendue ? Continuera-t-on longtemps à inventer des aides qui compensent la distance entre la charge du logement et les revenus des ménages ? Pourquoi la part du terrain dans le coût de production du logement ne cesse-t-elle de croître ? S'accommodera-t-on définitivement que des familles soient sans abri dans un pays comme la France ?

Enfin, il est vrai que la communauté du logement a nourri des inquiétudes en ne voyant pas de ministère dédié à sa cause dans l'organigramme. Les propos de Richard Ferrand sur sa feuille de route ont immédiatement rassuré. Plus encore, le concept d'un grand ministère intégrant l'aménagement du territoire, le dialogue avec les collectivités locales, la ville et le logement a montré l'importance que le Premier ministre et le Président de la République accordaient à l'habitat. Un Grenelle accomplirait simplement cette vision panoramique et exigeante, en n'écartant aucun aspect, aucune dimension, pour écrire une belle histoire pour le logement des cinq prochaines années et au-delà.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Trottinettes électriques en libre-service : Dott et Tier désignés à Lyon

Un appel à projet avait été lancé en mai pour proposer un droit exclusif à deux entreprises d’opérer à Lyon.


La Métropole de Lyon réunit son deuxième Conseil

Le nouveau conseil de la Métropole de Lyon se réunit notamment pour un plan de soutien exceptionnel au secteur médico-social, la cité internationale de la gastronomie de Lyon et la ZFE.


Perte de 15.800 emplois dans le secteur privé en juin, selon ADP

Le rapport national sur l’emploi en France d’ADP® montre que le commerce, les services aux entreprises et l’industrie sont les secteurs les plus touchés.


Les dépenses dans la construction ont stagné en Suisse en 2019

L’office fédéral de la statistique a publié ce matin les résultats provisoires de l’enquête suisse sur la statistique de la construction en 2019.


L’Epora a accompagné la reprise des chantiers

Les actions de l’établissement pour accompagner la reprise ont été présentées il y a une semaine au conseil d’administration.


Emmanuelle Wargon en visite à Lyon

La ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique en charge du Logement est à Lyon pour visiter des solutions d’hébergement et de relogement.


Une première émission obligataire durable réussie pour l’AFL

La banque des collectivités locales a levé 500 millions d’euros sur les marchés en lançant cette première émission obligataire.


Chute de la demande placée d’immobilier de bureaux à Lyon au 1er semestre

Conséquence directe de la crise du Covid-19 : moins de 100.000 m² ont été placés au titre du premier semestre, contre 223.000 m² l’an dernier.


Lyon-Turin: un contrat de 220 millions d’euros pour Vinci

Le groupe va réaliser 4 puits de ventilation de 500 mètres de profondeur chacun, de galeries et de 7 cavernes.


Un vœu de l’exécutif régional pour un soutien au Lyon-Turin

La Région a adopté ce vœu de l’exécutif « appelant à la responsabilité pour soutenir largement le projet ».


Béatrice Vessiller devient vice-présidente de la Métropole en charge de l’urbanisme


Les délégations des vice-présidents de la Métropole de Lyon ont été dévoilées ce jour. Renaud Payre est lui délégué à l’Habitat, au Logement social et à la Politique de la ville.


Gaël Perdriau reste président de Saint-Etienne Métropole

Celui qui a été réélu maire de Saint-Étienne il y a quelques jours a également été réélu président de la métropole stéphanoise. Celle-ci comptera 19 vice-présidents.


La FFB presse le nouveau gouvernement pour un plan de relance

La fédération française du bâtiment a appelé à un plan de relance « au plus vite » pour le secteur.


La Cité de la gastronomie de Lyon ne rouvrira pas


Implantée dans le grand Hôtel-Dieu de Lyon, celle-ci n’a pas pu se relever de la fermeture liée à l’épidémie de Covid-19.


Emmanuelle Wargon, nouvelle ministre en charge du Logement

Julien Denormandie quitte le ministère du Logement pour prendre le portefeuille de l’agriculture.