Deux « marchands de sommeil » condamnés à Lyon

L’Etat s’est félicité de la condamnation de deux propriétaires à de lourdes peines d’amende, assorties de peines de prison.

L’Etat s’est félicité hier, dans un communiqué, de la condamnation de deux « marchands de sommeil » à de lourdes peines d’amende allant jusqu’à 30 000 € assorties de peines de prison. Ceux-ci faisaient partie de 6 propriétaires condamnés sur l’agglomération lyonnaise grâce à un partenariat efficace entre l’État et de ses partenaires, réunis à travers le Pôle Départemental de Lutte contre l’Habitat Indigne (PDLH). « Ce sont les rapports circonstanciés de l’État, transmis au Tribunal de Grande Instance de Lyon, qui ont permis la condamnation des deux « marchands de sommeil » convoqués devant le TGI en mai et en juin 2017 » précise la préfecture de Région dans son communiqué.

31 «logements» dans un entrepôt

La condamnation portait notamment sur la mise en œuvre de 31 «logements» dans un entrepôt. Le propriétaire a été condamné à un an de prison ferme et à 30 000 euros d’amende. Ce local industriel avait en effet été transformé en 31 locaux d’habitation, avec la création d’un étage, sans autorisation d’urbanisme. Surtout, ces locaux mis en location ne répondaient pas aux critères d’habitabilité.

Mais la cupidité du propriétaire ne s’arrêtait pas à cette seule vocation de logement : le rez-de-chaussée avait lui aussi une vocation « économique », avec des box loués à des entreprises entreposant des matériaux, dont des produits inflammables. « Les locaux aménagés à l’étage se situaient sous des verrières, rendant la température intérieure très sujette à la météo. Les espaces communs, avec des poutres métalliques entravant les circulations et des escaliers sans paliers, présentaient un danger, tout particulièrement en cas d’évacuation. Les locataires étaient des personnes vulnérables ou en situation irrégulière sur le territoire national », précise l’Etat.

La situation de cette irrégularité avait a été réalisée lors d’une demande de logement formulée par l’un des occupants auprès d’une association. Après une visite, effectuée en présence des services de la ville, de l’Agence Régionale de Santé et des pompiers, les locaux avaient été immédiatement évacués. Le « marchand de sommeil » a été condamné à 1 an de prison ferme et 30 000 € d’amende.

Une remise en location d’un local déclaré impropre à l’habitation

L’autre propriétaire condamné avait lui remis en location un local sous combles, interdit définitivement à l’habitation depuis 1996. Celui-ci avait été qualifié de « local impropre à l’habitation » depuis cette date, ne répondant pas aux critères d’habitabilité compte tenu de la hauteur sous plafond, de la superficie des pièces, du manque d’aération, de ventilation...

De la même façon que le premier cas susmentionné, c’est lors d’une visite des services de la ville réalisée suite à une plainte des locataires de ce local sous combles, qu’avait été mis en évidence cette relocation, réalisée sous arrêté interdisant la mise à disposition même à titre gratuit. Un procès-verbal a été dressé à l’encontre du propriétaire qui a été condamné à 3 mois de prison avec sursis et à 1.500 € d’amende.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le marché locatif se rééquilibre


La crise du coronavirus a eu pour effet de rééquilibrer le marché locatif, auparavant perturbé par les locations de courte durée de type Aibnb. C’est ce que montre une récente étude du groupe Seloger.


La réforme des APL sera mise en œuvre au 1er janvier 2021

La ministre déléguée au Logement, Emmanuelle Wargon, l’a confirmé dans le journal « Le Parisien ». Elle a également évoqué d’autres mesures, notamment en faveur de la rénovation énergétique.


Les loyers ont continué de grimper à Paris, en dépit de l’encadrement

L’observatoire des loyers de l’agglomération parisienne a publié en fin de semaine dernière les résultats définitifs de son enquête annuelle.


Une première opération «Action Coeur de Ville» livrée à Roanne

Localisée non loin de la gare, celle-ci a été inaugurée à la mi-juillet par le maire de Roanne, le sous-préfet et les représentants d’Action Logement.


Michèle Picard ne prendra pas d’arrêtés contre les expulsions locatives

Pour la première fois depuis 10 ans, l’édile vénissiane ne prendra pas d’arrêté en ce sens, les procédures d’expulsions locatives devant être adossées à des possibilités de relogement.


Fin de la trêve hivernale

Avant la fin de la trêve hivernale induite par la fin de l’urgence sanitaire, la nouvelle ministre déléguée au logement, Emmanuelle Wargon, a reçu jeudi les associations du secteur de l’hébergement d’urgence et du logement adapté.


La CGL s’inquiète de la séparation entre les ministères du Logement et celui de la Ville

Le fait que le logement soit désormais séparé de la politique de la ville inquiète profondément la Confédération Générale du Logement.


Encadrement des loyers : l’un des sujets phare du mandat en matière de logement

La mesure figurait en bonne place dans le programme des écologistes, mais aussi de la « Gauche unie ».


Trêve hivernale : l’UNPI prend acte de l’interdiction des expulsions

Christophe Demerson, le président de l’UNPI, a indiqué prendre acte du choix du ministre du Logement, Julien Denormandie, d’interdire les expulsions jusqu’à fin de la prochaine trêve hivernale.


Une nouvelle aide pour les salariés fragilisés par la crise

Le ministère chargé de la Ville et du Logement et Action Logement proposent aux salariés fragilisés par la crise une aide pour payer leur loyer ou leur crédit immobilier.


La FNAIM dévoile ses pistes pour un « plan de relance du logement »

La fédération de l’immobilier a listé ce mercredi ses 8 propositions visant à soutenir le secteur du logement.


La Métropole crée un fonds d’urgence pour les impayés de loyers


Ce dispositif, doté de 1,3 millions d’euros, doit permettre à la collectivité de prendre en charge 50% à 100% d’un loyer ou d’échéances impayés pour les ménages modestes, locataires ou propriétaires.


Cécile Mazaud, présidente de l’Association Foncière Logement

Les membres du conseil d’administration ont élu jeudi, à l’unanimité, la présidente de l’entreprise générale de bâtiment Mazaud, à la présidence de la structure.


Vacances : un guide pour les professionnels de la location

La FNAIM a édité un guide de préconisations sanitaires pour tous les professionnels réglementés.


Le report de la trêve hivernale adopté par l’Assemblée nationale

Ce report a été adopté par les députés ce vendredi.