Deux « marchands de sommeil » condamnés à Lyon

L’Etat s’est félicité de la condamnation de deux propriétaires à de lourdes peines d’amende, assorties de peines de prison.

L’Etat s’est félicité hier, dans un communiqué, de la condamnation de deux « marchands de sommeil » à de lourdes peines d’amende allant jusqu’à 30 000 € assorties de peines de prison. Ceux-ci faisaient partie de 6 propriétaires condamnés sur l’agglomération lyonnaise grâce à un partenariat efficace entre l’État et de ses partenaires, réunis à travers le Pôle Départemental de Lutte contre l’Habitat Indigne (PDLH). « Ce sont les rapports circonstanciés de l’État, transmis au Tribunal de Grande Instance de Lyon, qui ont permis la condamnation des deux « marchands de sommeil » convoqués devant le TGI en mai et en juin 2017 » précise la préfecture de Région dans son communiqué.

31 «logements» dans un entrepôt

La condamnation portait notamment sur la mise en œuvre de 31 «logements» dans un entrepôt. Le propriétaire a été condamné à un an de prison ferme et à 30 000 euros d’amende. Ce local industriel avait en effet été transformé en 31 locaux d’habitation, avec la création d’un étage, sans autorisation d’urbanisme. Surtout, ces locaux mis en location ne répondaient pas aux critères d’habitabilité.

Mais la cupidité du propriétaire ne s’arrêtait pas à cette seule vocation de logement : le rez-de-chaussée avait lui aussi une vocation « économique », avec des box loués à des entreprises entreposant des matériaux, dont des produits inflammables. « Les locaux aménagés à l’étage se situaient sous des verrières, rendant la température intérieure très sujette à la météo. Les espaces communs, avec des poutres métalliques entravant les circulations et des escaliers sans paliers, présentaient un danger, tout particulièrement en cas d’évacuation. Les locataires étaient des personnes vulnérables ou en situation irrégulière sur le territoire national », précise l’Etat.

La situation de cette irrégularité avait a été réalisée lors d’une demande de logement formulée par l’un des occupants auprès d’une association. Après une visite, effectuée en présence des services de la ville, de l’Agence Régionale de Santé et des pompiers, les locaux avaient été immédiatement évacués. Le « marchand de sommeil » a été condamné à 1 an de prison ferme et 30 000 € d’amende.

Une remise en location d’un local déclaré impropre à l’habitation

L’autre propriétaire condamné avait lui remis en location un local sous combles, interdit définitivement à l’habitation depuis 1996. Celui-ci avait été qualifié de « local impropre à l’habitation » depuis cette date, ne répondant pas aux critères d’habitabilité compte tenu de la hauteur sous plafond, de la superficie des pièces, du manque d’aération, de ventilation...

De la même façon que le premier cas susmentionné, c’est lors d’une visite des services de la ville réalisée suite à une plainte des locataires de ce local sous combles, qu’avait été mis en évidence cette relocation, réalisée sous arrêté interdisant la mise à disposition même à titre gratuit. Un procès-verbal a été dressé à l’encontre du propriétaire qui a été condamné à 3 mois de prison avec sursis et à 1.500 € d’amende.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


L’Unis se veut médiateur entre commerçants et bailleurs

null
L’Union veut soutenir les indépendants dans leurs difficultés. Les professionnels veulent réaliser une médiation au cas par cas avec leurs clients propriétaires bailleurs.


Un marché locatif tendu à Lyon, anticipations sur l’encadrement

En deux ans, les loyers des nouveaux baux ont nettement augmenté sur Lyon et la Métropole. L’anticipation de l’encadrement des loyers par les propriétaires pousserait notamment ceux-ci à la hausse.


Encadrement des loyers : la candidature de Lyon et Villeurbanne est actée

Le ministère en charge du logement a communiqué ce mardi sur 8 intercommunalités et métropoles ayant manifesté leur volonté de rejoindre l’expérimentation d’encadrement des loyers.


48% des propriétaires veulent se couvrir contre les impayés de loyer

C’est le résultat d’une étude de Seloger, qui montre que cette proportion est encore plus importante en région parisienne.


Première réunion pour l’observatoire des impayés de loyers et de charges

Celui-ci s’est réuni pour la première fois ce lundi.


«Il ne se passe plus rien, on a posé les stylos»

Nicolas Bouscasse est le président de la Chambre du Rhône de la FNAIM. Il évoque avec Lyon Pôle Immo l’impact du second confinement sur le marché immobilier, en l’absence de possibilité de visites.


Des mesures pour prévenir le risque de loyer impayé

Le ministère en charge du logement a dévoilé vendredi des mesures visant à prévenir le risque de loyers impayés en cette période de crise sanitaire.


Aide au logement prolongée pour les saisonniers agricoles


C’est ce qu’ont indiqué dans un communiqué commun le ministère de l’Agriculture et Action Logement.


Orpi s’insurge contre la perspective d’un encadrement des loyers


Opac du Rhône : Xavier Inglebert succède à Michel Micoulaz


Suite au départ à la retraite de Michel Micoulaz, celui qui avait été préfet délégué à l’égalité des chances dans le département du Rhône devient le nouveau directeur général de l’office public de l’habitat.


Les loyers pourront augmenter de 0,46%


L’indice de référence des loyers, qui régit la révision des loyers en cours de bail, progresse légèrement, mais dans des proportions bien moindres qu’en 2019.


L’UNIS souhaite un observatoire des charges de copropriété

Relations partenariales avec les professionnels et les élus, encadrement des loyers, éco-rénovation : les sujets sont nombreux dans les prochains mois pour l’UNIS Lyon-Rhône.


«L’encadrement des loyers ne réglera pas le problème du manque de logements»


Patrick Lozano est le président de l’UNIS-Lyon-Rhône. Nous évoquons, avec celui qui a récemment été réélu pour trois ans à la tête de l’Union locale, la question de l’encadrement des loyers à Lyon et Villeurbanne.


Patrick Lozano réélu président de l’UNIS

Celui qui était déjà président de l’Union des syndicats de l’immobilier Lyon-Rhône a été renouvelé pour un mandat de 3 ans.


L’encadrement des loyers au centre d’intenses débats à la Métropole

Le conseil de la métropole de ce lundi a mis en lumière d’importantes divisions en matière de vision sur le logement entre les différents groupes politiques.