Crédit Foncier table sur une nouvelle année record pour l’immobilier

Le directeur général de l’établissement, Bruno Deletré, faisait mardi un point sur les perspectives du marché immobilier sur l’ensemble de l’année 2017.

Au terme du premier semestre 2017, le Crédit Foncier faisait mardi un point sur la situation du marché immobilier français. Le directeur général du Crédit Foncier, Bruno Deletré, a livré, à l’occasion de cette conférence de presse, les perspectives de l’établissement sur l’ensemble de l’année 2017.

Le marché immobilier français reste toujours bien orienté, dans un contexte de taux d’intérêt toujours très bas pour les prêts immobiliers, et de dispositifs publics de soutien à l’achat désormais clairement identifiés par les ménages, au premier rang desquels on trouve le PTZ et le dispositif Pinel.

Côté immobilier neuf, selon la banque, « près de 410 000 logements devraient être construits en 2017 », contre 384 000 en 2016. Ceci représente une progression attendue de 6% du marché du neuf. « La hausse du segment du logement locatif privé devrait être de 17 % et celle de l’accession de 7% » prédit-elle.

Une prévision de 880 000 transactions dans l’ancien

Le Crédit Foncier prévoit une nouvelle hausse des transactions dans l’ancien, avec au moins 880 000 transactions attendues sur l’année, soit une progression de 4% par rapport à 2016, et de 27 % sur 3 ans (2014-2017). Ceci devrait se traduire par une hausse différenciée des prix des logements. « Ainsi, pour un appartement ancien de trois pièces standard, la hausse est comprise entre 4 % et 8 % dans les grandes agglomérations telles que Paris, Lille, Lyon, Bordeaux et Toulouse, tandis qu’elle peut dépasser les 8 % dans certaines agglomérations de moindre taille comme Reims, Besançon, Tours et Le Mans, qui bénéficient d’un phénomène de rattrapage après des années de plus faible activité », analyse l’établissement.

L’établissement note au passage que la durée de recherche est désormais de 4,4 mois, contre 7 mois en 2014. « 71 % des ménages signent un compromis en moins de douze mois de recherche (contre seulement 53 % en 2014) », précise la banque.

Un volume de crédits à l’habitat attendu en hausse

Cette bonne tenue du marché se constate aussi du point de vue du financement. Le volume de crédits immobiliers devrait continuer de progresser, avec 170 milliards d’euros distribués en 2017 au titre des crédits à l’habitat, contre 157 milliards d’euros en 2016, soit une hausse de l’ordre de 8 % sur un an et de 42 % sur trois ans (2014-2017). Un montant qui ne comprend pas les rachats de crédit.

Bonne tenue du marché immobilier tertiaire francilien

L’acteur bancaire a également évoqué le marché de l’immobilier d’entreprise, en évoquant la bonne tenue du marché locatif tertiaire en Ile-de-France s’est bien tenue avec près de 664 000 m² placés au 1er trimestre 2017, soit une hausse de 27 % par rapport au 1er trimestre 2016. Le Crédit Foncier anticipe, pour l’année 2017, un volume prévisionnel de 2,4 millions de m² placés, soit un niveau stable par rapport à 2016.

Sur le front de l’investissement en immobilier d’entreprise, la région Ile-de-France, et plus spécifiquement Paris-Quartier central des affaires (Paris-QCA), est toujours très convoitée, indique la banque, qui s’attend à un total de 24 milliards d’euros investis en 2017, en dépit d’un premier trimestre en-deçà des attentes (3,1 milliards d’euros investis).

« La prime de risque immobilier s’élève à 203 points de base pour les produits de qualité (Paris-QCA) contre 254 points de base fin 2016. Le taux prime pour les bureaux à Paris-QCA devrait s’élever à plus de 3 % fin 2017 », indique Crédit Foncier.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Un marché de l’immobilier ancien «en mode pause», selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées décrit un marché à l’arrêt depuis le début du confinement, après un début d’année dynamique.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]