« Le Celia » : une construction au long cours

Le 21 juillet dernier, Grand Lyon Habitat inaugurait cette résidence de 24 logements, longtemps en gestation dans le 5ème arrondissement de Lyon.

L’ensemble immobilier « Célia » situé au 1 rue Appian, dans le 5ème arrondissement de Lyon, a été inauguré le 21 juillet dernier par GrandLyon Habitat. Outre les partenaires et les habitants de la résidence, étaient présents la présidente de l’office, Catherine Panassier, mais aussi Michel Le Faou, vice-président de la Métropole et adjoint au maire de Lyon, Xavier Inglebert, préfet délégué à l’égalité des chances, ainsi que le député, Thomas Rudigoz, qui était encore, le jour de l’inauguration, maire du 5e arrondissement.

24 logements

L’immeuble neuf comprend en tout 24 logements proposés à la location par l’office public de l’habitat, dont 7 T2, 8 T3 mais aussi 5 T4 (dont un duplex) et 4 T5 (dont 3 duplex). Ceux-ci sont répartis sur 3 bâtiments de 4 niveaux. « Ces derniers sont reliés par des passerelles et habillent l’angle de la rue Appian et la rue des Fossés de Trion. La résidence est labellisée BBC Effinergie. 17 logements ont bénéficié de financement PLUS et 7 d’un financement PLAI », indique GrandLyon Habitat.

L’immeuble dispose de jardins partagés et des espaces de rencontres et d’échanges entre voisins. « Un pommier et un cerisier ont également été plantés en partenariat avec le Foyer Notre Dame des Sans-Abri », souligne l’office.

Un dossier au long cours

Mais l’une des particularités de cette résidence réside dans la durée de construction à ce bâtiment. Car sur la parcelle de terrain sur laquelle a été édifié l’immeuble, existait une bâtisse du XIXe siècle de 6 logements et 3 niveaux, construit en pisé et en pierre.

Michel le Faou, Xavier Inglebert, Catherine Panassier, et Thomas Rudigoz (SDH/LPI)

« Ce projet a été très long à sortir. Il date de 1997 », a rappelé Thomas Rudigoz. « Le bâtiment était à protéger. Il fallait, normalement, que l’on restaure dans son intégrité, son enveloppe. Or, lorsque les travaux ont commencé, la structure bougeait, il a fallu consolider, protéger ce bâtiment majoritairement en pisé, donc très fragile… ». Par la suite, les porteurs du projet se sont posé un certain nombre de questions sur cette réhabilitation très lourde... « Le restaurer représentait, par rapport au potentiel de logements, un coût de réalisation ramené au logement qui était beaucoup trop élevé. Il y a donc eu un permis de construire déposé en 1998 qui est resté au mur de cette bâtisse pendant près de 20 ans. De 1998 à 2015, il ne s’est rien passé, et tout le monde s’en émouvait », a-t-il indiqué.

Des volumes respectés

Mais le dossier a évolué en 2015, lorsqu’un accord a été trouvé entre les porteurs du projet et les architectes des bâtiments de France et les services de la Métropole En accord avec l’Architecte des Bâtiments de France, il a ainsi été décidé de le reconstruire à l’identique en termes de volumes. L’identité de l’ancienne construction a ainsi été préservée et elle reste le point d’ancrage de la nouvelle composition de l’îlot. Le bâtiment est donc sorti de terre, et les logements ont donc pu être livrés cette année. Dans certains des appartements de l’immeuble, on peut ainsi constater d’imposantes hauteurs sous plafonds, du fait du respect de l’ancienne volumétrie.

Outre cette reconstruction quasiment à l’identique en termes de volumes, l’exploration de la parcelle en termes archéologiques a permis la découverte d’un ensemble de sépultures, d’une nécropole chrétienne ou à la jonction entre les ères païennes et chrétiennes. « Certaines dalles recouvrant les sarcophages funéraires, trouvés pendant les fouilles, ont été réutilisés dans le jardin de la résidence, à la manière de pas japonais, afin de baliser le chemin jusqu’à l’espace de convivialité », met en avant l’office. On notera d’ailleurs que le nom de la résidence, « Célia », provient d’une inscription retrouvée sur une dalle, « Coelia ».

Ténacité

Michel le Faou a insisté sur le fait que cela démontrait « toute la difficulté que l’on peut avoir à sortir des opérations qui peuvent paraitre simples. On est ici dans un milieu urbain ordinaire. Et lorsque l’on veut sortir une opération, et qui plus est de logement social, cela peut être compliqué. Cette opération en est le parfait exemple... Il faut avoir de la ténacité pour sortir un dossier de ce type-là », a souligné l’élu. Il a également rappelé l’effort fait par l’arrondissement en termes de logement social, ce dernier ayant vu sa proportion passer de 11.35% en 2001 à 14% aujourd’hui. Le vice-président de la Métropole a également fait allusion à l’un des projets importants de l’arrondissement, à savoir celui qui va se développer sur le tènement de l’ancienne clinique de Champvert. Celui-ci combinera logements aidés et logement en accession.

Xavier Inglebert a, pour sa part, salué le travail collectif ayant permis la finalisation de l’opération. Il a rappelé le partenariat financier qui a permis cette «édification qui reprend les dessins du passé ». « L’Etat soutient la politique du logement par des financements, par les investissements », a indiqué le représentant de l’Etat. « Derrière la construction matérielle de ce bâtiment, il y a d’autres enjeux : la mixité sociale, la capacité que nous avons, habitants d’un même espace, à vivre ensemble, à construire ensemble, à faire ensemble que nos dynamiques se répondent les unes aux autres pour construire cette république au jour le jour ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


« Jazz » a été bien accueilli aux Minguettes

null
Lyon Métropole Habitat, office public de l’habitat métropolitain, a lancé le week-end dernier son nouveau programme d’accession sociale à la propriété dans ce secteur de Vénissieux.


Alila déçu par le plan de relance

Le groupe présidé par Hervé Legros a regretté un « manque total d’ambition » du plan de relance pour sortir de la crise du logement.


Une première opération «Action Coeur de Ville» livrée à Roanne

Localisée non loin de la gare, celle-ci a été inaugurée à la mi-juillet par le maire de Roanne, le sous-préfet et les représentants d’Action Logement.


«La crise ne remet pas en cause l’idée de développer le tram, les télécabines et les bus»

Béatrice Vessiller est la nouvelle vice-présidente de la Métropole de Lyon en charge de l’urbanisme et du cadre de vie. Nous évoquons avec elle les transports, le renouvellement urbain, et les changements à venir dans le quartier de la Part-Dieu.


Une nouvelle résidence seniors à la Croix-Rousse

Lyon Métropole Habitat a ouvert cette résidence qui a accueilli ses locataires ce mercredi.


L’Autre Soie : début de la pose des habitats modulaires


Ces derniers sont destinés à accueillir les familles hébergées au centre d’hébergement d’urgence.


Fin de la trêve hivernale

Avant la fin de la trêve hivernale induite par la fin de l’urgence sanitaire, la nouvelle ministre déléguée au logement, Emmanuelle Wargon, a reçu jeudi les associations du secteur de l’hébergement d’urgence et du logement adapté.


La CGL s’inquiète de la séparation entre les ministères du Logement et celui de la Ville

Le fait que le logement soit désormais séparé de la politique de la ville inquiète profondément la Confédération Générale du Logement.


Cédric Van Styvendael, nouveau maire de Villeurbanne


Le nouveau conseil municipal de la ville se réunissait ce samedi.


Convention entre Est Métropole Habitat et APF France handicap


Ce partenariat porte sur la future résidence Anatole France.


Action Logement lance Enéal, une foncière dédiée aux EHPAD

Cette initiative s’inscrit dans le cadre du plan d’investissement volontaire conçu au printemps 2019.


Alila a réalisé 611 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2019

Le groupe a fait part de ses résultats financiers annuels. 7.519 logements ont réservés l’an dernier.


Une nouvelle aide pour les salariés fragilisés par la crise

Le ministère chargé de la Ville et du Logement et Action Logement proposent aux salariés fragilisés par la crise une aide pour payer leur loyer ou leur crédit immobilier.


Crédit Logement garantit désormais le bail réel solidaire


Le spécialiste de la garantie du prêt immobilier soutient l’accession à la propriété en étendant désormais la garantie du BRS, outil de l’accession abordable via la dissociation du foncier et du bâti.


La Métropole crée un fonds d’urgence pour les impayés de loyers


Ce dispositif, doté de 1,3 millions d’euros, doit permettre à la collectivité de prendre en charge 50% à 100% d’un loyer ou d’échéances impayés pour les ménages modestes, locataires ou propriétaires.