A45 : les acteurs régionaux ont rencontré Elisabeth Borne

Les représentants de la Métropole de Lyon, de la communauté urbaine de Saint-Etienne, et du département de la Loire, ont rencontré la ministre des transports.

L’ensemble des représentants des collectivités concernées par le projet d’autoroute A45 entre Saint Etienne et Lyon se sont rencontrées mercredi en fin d’après-midi en présence d’Elisabeth Borne, Ministre des Transports.

Si Gaël Perdriau, président de Saint-Etienne Métropole, était présent, le président de la Métropole de Lyon, David Kimelfeld, n’était lui, pas présent. Il était représenté par Jean-Luc Da Passano, vice-président de la Métropole de Lyon en charge des grandes infrastructures. Etaient également présents Christophe Guilloteau, président du Conseil départemental du Rhône, Bernard Bonne, président du Conseil départemental de la Loire et Dino Cinieri, conseiller régional de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Jean-Luc da Passano a pu réaffirmer l’intérêt de la Métropole de Lyon à améliorer les relations routières et ferroviaires avec Saint Etienne, notamment en raison de l’état très dégradé de l’A47. Mais celle-ci a toutefois réaffirmé une position bien plus timide que celle de sa voisine ligérienne. Elle a en effet indiqué n’être pas opposé sur le principe au projet d’A45 « mais qu’elle émettait les plus grandes réserves sur les conditions de son arrivée dans l’agglomération lyonnaise, sur une A450 déjà complètement saturée aux heures de pointe ».

Nécessité d’une amélioration de la desserte autoroutière

Saint-Etienne Métropole, le département de la Loire et la Région Auvergne-Rhône-Alpes, ont, eux, souhaité retenir que la pause annoncée début juillet dans les constructions de nouvelles infrastructures « ne veut pas pour autant dire une remise en cause de ces projets ».

« La ministre a également indiqué qu’elle comprenait toute la nécessité d’une amélioration de la desserte autoroutière entre Lyon et Saint-Etienne et que cette amélioration ne peut s’envisager que par la construction d’une nouvelle infrastructure », ont-ils rappelé dans un communiqué.

« La ministre a, par ailleurs, mis en avant l’attitude irresponsable du précédent gouvernement qui a engagé l’État sur des projets dont le volume financier est bien supérieur aux capacités budgétaires qu’il peut assumer, et a compris notre sentiment de trahison », notent-ils.

Vers une loi de programmation

Ils ont par ailleurs relevé que l’Etat présenterait au parlement une loi de programmation d’ici la fin de l’année 2017 dans laquelle figureront les investissements, et donc les opérations, qui seront retenus par l’Etat.

« Cette période sera mise à profit pour rechercher une solution technique et financière au débouché de l’A45 à son arrivée dans la région lyonnaise. Si les déclarations de madame Borne nous semblent aller dans le bon sens, il n’en demeure pas moins qu’elles ne sont pas rassurantes sur la volonté de l’État de voir aboutir l’A45 dans la mesure où l’hypothèque financière du projet n’est pas levée et qu’un texte législatif devra intervenir. Pour notre part, et dans la mesure où il ne manque plus aujourd’hui que la signature du gouvernement sur le contrat de concession de l’A45, nous ne pouvons nous satisfaire de propos qui se veulent optimistes mais qui n’apportent aucune réponse concrète au dossier A45. Il serait incompréhensible que des contraintes budgétaires soient le prétexte de son abandon, au moment où le gouvernement a heureusement annoncé la relance du Lyon-Turin et du canal Seine- Nord Europe, autrement plus coûteux pour l’État, lesquels contribuent eux aussi à la structuration des déplacements dans ces régions au même titre que le ferait l’A45 en Auvergne-Rhône-Alpes », ont indiqué Saint-Etienne Métropole, le département de la Loire et la Région Auvergne-Rhône-Alpes dans un communiqué.

Ces derniers souhaitent mettre la pression en mettant en avant ce que traduirait un échec du dossier. « Si tel était le cas, le Gouvernement porterait l'immense responsabilité d'empêcher tout développement dans nos territoires, sans compter celle du reniement de la parole donnée. Nous sommes donc, plus que jamais, déterminés à poursuivre ce combat et à le faire aboutir. Le Gouvernement se doit de faire le choix de répondre aux enjeux de l’aire économique stéphanoise (2ème bassin de PME – TPE de France) permettant ainsi de relever l’ensemble des défis liés à l’aire métropolitaine lyonnaise. Nous demandons à tous les acteurs concernés de poursuivre leur mobilisation ».

Ceux-ci proposent ainsi de signer la pétition « l’A45 moi je la veux » qui permet « à chaque habitant d’exprimer sa volonté ferme de voir le Gouvernement tenir les engagements pris ». Selon eux, le temps est venu « de faire montre d’audace, de fermeté et d’ambition pour Saint-Etienne, sa Métropole, le département de la Loire et la région Auvergne-Rhône-Alpes. Il est urgent de ne plus attendre. »






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Fabien Bagnon, nouveau président de LPA

Le 13ème vice-président de la Métropole de Lyon chargé des mobilités actives été élu PDG de l’entreprise par le conseil d’administration de la SEM.


La commission permanente adopte des mesures face à la crise sanitaire

La commission permanente s’est réunie et a adopté une série de délibérations pour faire face à la crise sanitaire du Covid- 19.


Avec l’usage croissant du vélo, la mortalité des cyclistes augmente

Avec le passage du tour de France à Lyon, la préfecture a tenu à sensibiliser les usagers.


Les zones d’emploi des Métropoles regroupent la moitié de l’emploi de la région

L’Insee Auvergne-Rhône-Alpes a publié une étude, réalisée avec la Direccte, sur les nouvelles zones d’emploi de la région.


Le salon pour le logement des jeunes moins fréquenté du fait de la Covid


Cet événement qui se tient chaque année en septembre a pu être organisé en seulement quelques jours au sein de l’Hôtel de Ville de Lyon, suite à l’autorisation de la municipalité.


Rencontre prévue entre Eric Piolle et la majorité de Villeurbanne pour un partage d’expérience

Celle-ci aura lieu ce samedi.


En Auvergne-Rhône-Alpes, la population regroupée sur un dixième du territoire

Une récente étude de l’INSEE montré que les deux tiers de la population d’Auvergne-Rhône-Alpes se trouvaient, en 2016, localisés sur 11 % du territoire.


La centrale de production de froid de Dalkia opérationnelle à la Part-Dieu

Celle-ci amène une climatisation économe en énergie dans le quartier et participe à la climatisation de 70 bâtiments du quartier, dont la tour Part-Dieu, Silex, Sky56, ou encore le Campus Orange.


Travaux en cours pour le prolongement de la ligne de tramway T2

Dans l’optique de relier au printemps prochain Saint-Priest Bel-Air à Confluence, le SYTRAL démarre les travaux d’infrastructure.


La droite critique le cumul des mandats de Bruno Bernard


Le rassemblement de la droite et du centre à la Métropole de Lyon s’est fendu d’un communiqué critique suite à l’élection de Bruno Bernard en tant que président du Sytral.


Après la présentation du plan de relance, la FRTP veut des actes


Suite à la présentation de« France Relance », la fédération des travaux publics a salué « de réelles ambitions qui doivent se traduire en actes ».
» 6,7 milliards d’euros pour la rénovation énergétique au coeur du plan de relance


12ème salon du logement pour les jeunes à Lyon

Cet évènement, organisé par le CLLAJ de Lyon en partenariat avec le service logement de la mission locale de Vénissieux, se tiendra ce mercredi, dans l’atrium de l’Hôtel de Ville de Lyon.


La ministre de la Ville se rend ce vendredi à Vaulx-en-Velin

Nadia Hai se rendra se rendra dans la ville pour une visite sur le thème de la rentrée scolaire dans les quartiers prioritaires de la ville.


Une journée dédiée aux modes de déplacement actifs à Villeurbanne

Cette journée se tiendra le 19 septembre à Villeurbanne avenue Henri-Barbusse.


Immobilier : Saint-Étienne sur le podium des villes les plus rentables

La préfecture de la Loire est, avec Limoges et Perpignan en tête du Top 10 des villes les plus rentables pour investir dans l’immobilier.