A45 : les acteurs régionaux ont rencontré Elisabeth Borne

Les représentants de la Métropole de Lyon, de la communauté urbaine de Saint-Etienne, et du département de la Loire, ont rencontré la ministre des transports.

L’ensemble des représentants des collectivités concernées par le projet d’autoroute A45 entre Saint Etienne et Lyon se sont rencontrées mercredi en fin d’après-midi en présence d’Elisabeth Borne, Ministre des Transports.

Si Gaël Perdriau, président de Saint-Etienne Métropole, était présent, le président de la Métropole de Lyon, David Kimelfeld, n’était lui, pas présent. Il était représenté par Jean-Luc Da Passano, vice-président de la Métropole de Lyon en charge des grandes infrastructures. Etaient également présents Christophe Guilloteau, président du Conseil départemental du Rhône, Bernard Bonne, président du Conseil départemental de la Loire et Dino Cinieri, conseiller régional de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Jean-Luc da Passano a pu réaffirmer l’intérêt de la Métropole de Lyon à améliorer les relations routières et ferroviaires avec Saint Etienne, notamment en raison de l’état très dégradé de l’A47. Mais celle-ci a toutefois réaffirmé une position bien plus timide que celle de sa voisine ligérienne. Elle a en effet indiqué n’être pas opposé sur le principe au projet d’A45 « mais qu’elle émettait les plus grandes réserves sur les conditions de son arrivée dans l’agglomération lyonnaise, sur une A450 déjà complètement saturée aux heures de pointe ».

Nécessité d’une amélioration de la desserte autoroutière

Saint-Etienne Métropole, le département de la Loire et la Région Auvergne-Rhône-Alpes, ont, eux, souhaité retenir que la pause annoncée début juillet dans les constructions de nouvelles infrastructures « ne veut pas pour autant dire une remise en cause de ces projets ».

« La ministre a également indiqué qu’elle comprenait toute la nécessité d’une amélioration de la desserte autoroutière entre Lyon et Saint-Etienne et que cette amélioration ne peut s’envisager que par la construction d’une nouvelle infrastructure », ont-ils rappelé dans un communiqué.

« La ministre a, par ailleurs, mis en avant l’attitude irresponsable du précédent gouvernement qui a engagé l’État sur des projets dont le volume financier est bien supérieur aux capacités budgétaires qu’il peut assumer, et a compris notre sentiment de trahison », notent-ils.

Vers une loi de programmation

Ils ont par ailleurs relevé que l’Etat présenterait au parlement une loi de programmation d’ici la fin de l’année 2017 dans laquelle figureront les investissements, et donc les opérations, qui seront retenus par l’Etat.

« Cette période sera mise à profit pour rechercher une solution technique et financière au débouché de l’A45 à son arrivée dans la région lyonnaise. Si les déclarations de madame Borne nous semblent aller dans le bon sens, il n’en demeure pas moins qu’elles ne sont pas rassurantes sur la volonté de l’État de voir aboutir l’A45 dans la mesure où l’hypothèque financière du projet n’est pas levée et qu’un texte législatif devra intervenir. Pour notre part, et dans la mesure où il ne manque plus aujourd’hui que la signature du gouvernement sur le contrat de concession de l’A45, nous ne pouvons nous satisfaire de propos qui se veulent optimistes mais qui n’apportent aucune réponse concrète au dossier A45. Il serait incompréhensible que des contraintes budgétaires soient le prétexte de son abandon, au moment où le gouvernement a heureusement annoncé la relance du Lyon-Turin et du canal Seine- Nord Europe, autrement plus coûteux pour l’État, lesquels contribuent eux aussi à la structuration des déplacements dans ces régions au même titre que le ferait l’A45 en Auvergne-Rhône-Alpes », ont indiqué Saint-Etienne Métropole, le département de la Loire et la Région Auvergne-Rhône-Alpes dans un communiqué.

Ces derniers souhaitent mettre la pression en mettant en avant ce que traduirait un échec du dossier. « Si tel était le cas, le Gouvernement porterait l'immense responsabilité d'empêcher tout développement dans nos territoires, sans compter celle du reniement de la parole donnée. Nous sommes donc, plus que jamais, déterminés à poursuivre ce combat et à le faire aboutir. Le Gouvernement se doit de faire le choix de répondre aux enjeux de l’aire économique stéphanoise (2ème bassin de PME – TPE de France) permettant ainsi de relever l’ensemble des défis liés à l’aire métropolitaine lyonnaise. Nous demandons à tous les acteurs concernés de poursuivre leur mobilisation ».

Ceux-ci proposent ainsi de signer la pétition « l’A45 moi je la veux » qui permet « à chaque habitant d’exprimer sa volonté ferme de voir le Gouvernement tenir les engagements pris ». Selon eux, le temps est venu « de faire montre d’audace, de fermeté et d’ambition pour Saint-Etienne, sa Métropole, le département de la Loire et la région Auvergne-Rhône-Alpes. Il est urgent de ne plus attendre. »






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Retour à la normale

EDITO –  Le marché du crédit immobilier semble revenir dans un profil saisonnier moins atypique qu’il n’avait été en 2017, les banques réalisant de nouveau des efforts en ce mois d’avril. Mais ceux-ci seront-t-il suffisants pour redonner du souffle au marché ?


La CAPEB du Rhône déménagera dans un nouveau siège en 2019

L’immeuble sera situé à quelques pas de son siège actuel, situé rue de Saint-Cyr, dans le neuvième arrondissement de Lyon. Celui-ci vise à assurer le développement de la confédération.


Immobilier neuf : les prix affichés toujours en hausse

Trouver-un-logement-neuf.com a fait part ce lundi son baromètre des prix des logements neufs. Lyon reste sur le podium, derrière Paris et Bordeaux.


Hébergement : une fermeture « progressive » des structures

La préfecture du Rhône a indiqué, au terme d’une réunion entre élus et acteurs étatiques et associatifs, qu’il n’y aurait pas de remise à la rue sans examen social et administratif individuel.


Lyon 2: inauguration de « République Grôlée Carnot »

Firce Capital inaugurait vendredi cette nouvelle marque, qui vise à revaloriser et affermir la nouvelle identité de ce quartier.


La LCA-FFB interpelle Julien Denormandie

La LCA-FFB organisait ce jeudi sa convention nationale. Celle-ci a, à cette occasion, alerté le secrétaire d’État à la Cohésion des territoires, Julien Denormandie.


La Métropole de Lyon promeut à Paris sa stratégie « Industrie du futur »

Le président de la Métropole de Lyon, David Kimelfeld, s’est rendu mardi sur le Salon Global Industrie à Paris nord Villepinte.


La colline de Fourvière veut devenir un “Grand Site de France”

Le président de la Métropole, David Kimelfeld, et le maire de Lyon, Georges Képénékian, organisaient ce lundi une conférence de presse pour présenter le projet de labellisation de la colline de Fourvière.


Affluence stable pour le salon de l’immobilier de Lyon


Le visitorat du salon organisé du 16 au 18 mars à la cité internationale a été stable par rapport à 2017. A Saint-Etienne, la fréquentation a connu un record.


Le calendrier des fermetures du périphérique nord de Lyon en avril

La Métropole de Lyon a fait part en fin de semaine dernière du calendrier de fermeture du boulevard périphérique nord de Lyon (BPNL) en avril. La fin des travaux sur cette infrastructure approche.


Travaux de requalification des rues Longchamp et Sainte Famille à Villeurbanne

La ville veut créer un espace plus fonctionnel aménagé en zone 30.


Le salon de l’immobilier de Lyon ouvre ses portes ce vendredi

null
Pendant trois jours, le salon annuel se tient au centre des congrès, à la Cité internationale.


Nature en ville : Lyon récompensé

La Ville a reçu sa 4ème fleur du label “Villes et Villages fleuris”. Lyon est ainsi la plus grande ville et la seule métropole française à pouvoir se prévaloir de cette distinction.


Les taux en légère baisse en février, selon Crédit Logement

Les taux de crédit immobilier ont encore reculé le mois dernier selon le spécialiste du cautionnement. Celui-ci précise que le ralentissement de la demande s’est confirmé depuis le début de l’année 2018, entrainant un recul de la production.


Le secteur des matériaux impacté en janvier par la météo et l’effet de base

L’UNICEM a fait part en cours de semaine dernière de sea lettre mensuelle de conjoncture.