Les prix de l’immobilier toujours en hausse, selon Meilleursagents

Selon son baromètre mensuel des prix de l’immobilier résidentiel, la tendance reste contrastée avec des prix en hausse dans de nombre de villes, dont Lyon, mais avec des replis dans d’autres, dont Paris.

Meilleursagents.com publiait jeudi sa 96ème édition de son baromètre mensuel des prix de l’immobilier résidentiel à Paris, en Île-de- France et dans les dix et cinquante plus grandes villes de France. Celui-ci est un indicateur avancé de l’évolution des prix, étant basé sur des promesses de vente signées entre le 1er et le 30 octobre, lesquelles se transformeront en actes authentiques dans les 3 prochains mois.

Le site note qu’octobre a confirmé la tendance de la rentrée. « Les acheteurs ont décidé de prendre leur temps. Convaincus, à juste titre, que les taux d’intérêt resteront bas, les ménages à la recherche d’un logement préfèrent attendre que se précipiter. Les investisseurs marquent aussi une pause mais pour d’autres raisons », note le site.

Tendance contrastée dans les grandes villes de France

Selon lui, les seules incertitudes pèsent surtout sur les dispositifs d’incitations fiscaux les encouragent à reporter leurs achats voire à s’intéresser à d’autres classes d’actifs, sur l’encadrement des loyers à Lille et Paris, et sur l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI). Le site indique que la dynamique des prix s’en ressent.

La hausse des prix reste plutôt la règle dans les grandes villes de France, et notamment à Lyon (+0,7%). C’est également le cas à Toulouse (+0,2%), Montpellier (+0,4%), Nantes (+0,6%), Nice (+0,9%) et Bordeaux (+1,4%), où les prix poursuivent leur forte progression. La hausse des prix dans la préfecture de la région Nouvelle-Aquitaine atteint ainsi 16,9% sur un an, avec un prix moyen du m2 dans l’ancien s’élevant à 3.600€ et pouvant même atteindre 5.400€ dans certains secteurs. A l’inverse, Paris (-0.1%), Lille (-0,2%), Strasbourg (-0,5%) et Marseille (-0,8%) voient leurs prix diminuer.

L'indicateur de tension immobilière est, lui, en tension dans plusieurs villes, dont Nantes, Nice, Toulouse, Paris, et Bordeaux.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Immobilier : vers un volume de ventes historiquement élevé en 2021

null
La FNAIM a dévoilé mardi sa note de conjoncture immobilière.


Les grandes villes moins attractives

nullC’est ce que révèle une enquête Harris Interactive divulguée par Century 21.


Immobilier : hausse de la demande, offre en baisse, et prix en hausse

nullLe réseau d’agences franchisées Laforêt a fait un point sur le marché immobilier. Comme les autres acteurs du marché, il constate une forte activité, qui se traduit par une chute de l’offre.


Les prix de l’immobilier atteignent des records et freinent l’activité

Century 21 a fait part ce lundi de son point trimestriel sur le marché français.


La hausse des prix des logements anciens perdure

Au deuxième trimestre 2021, les prix des logements anciens ont enregistré une hausse de 1,6% par rapport au premier trimestre, selon les indices Notaires-Insee publiés ce jeudi. En Île-de-France, les prix sont quasi-stables.


Les villes moyennes toujours prisées, selon Orpi

nullLe réseau d’agences a tiré un bilan de la saison d’été sur le marché immobilier.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


L’habitat, plus que jamais au centre des préoccupations des ménages

nullBPCE faisait un point trimestriel complet sur le marché immobilier résidentiel en cette fin de premier semestre 2021.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.