Les prix de l’immobilier en forte hausse à Lyon, selon Seloger

Seloger a commenté les prix immobiliers lyonnais, qui sont en hausse de plus de 9% sur un an.

Seloger a fait un point ce mercredi sur les prix immobiliers lyonnais. À Lyon, les prix des appartements anciens s’élève ainsi, selon le site, de 4.361 € du m², contre 3.579 € en France. Les prix y progressent de plus en plus vite, avec une hausse de 9,1% en un an.

Le baromètre LPI-SeLoger fait notamment état d’une forte hausse des prix dans une très large majorité d’arrondissements. Le premier arrondissement est ainsi sur la première marche du podium avec les quartiers Croix-Paquet et Saint-Vincent qui enregistrent une poussée exceptionnelle. “De la place d’Albon à la rue Poteau, en passant par le quai André Lassagne, vous devez débourser 23,4 % de plus qu’il y a un an pour vous offrir un m². Les médailles d’argent et de bronze sont, quant à elles, décernées aux VIIe (+ 14,4 % / Gerland, Jean Macé) et VIe (+ 11,3 % / Bellecombe, Masséna) arrondissements de Lyon. Affiche également une hausse de ses prix immobiliers supérieure à 10 % le IIe lyonnais (Cordeliers, Bellecour)”, indique Seloger.

Les 2ème et 6ème arrondissements toujours très prisés

A l’inverse, le IVe arrondissement est orienté à la baisse. “En effet, du côté du plateau de la Croix-Rousse, ou encore des quartiers Serin-Gillet et du Gros Caillou, la tendance en termes de prix immobiliers est à la baisse, ce qui fait de cet arrondissement le seul (sur les neuf qui composent la capitale des Gaules !) à enregistrer un recul (- 5,8 %) des prix de ses logements anciens”, commente le site.

Parmi les arrondissements les plus prisés, on trouve bien sûr les 2ème (5.622 €) et 6ème (5.688 €), avec des prix supérieurs à 5.600 € du m². “Et au vu de la hausse annuelle que ces deux arrondissements ont enregistrée (+ 10,4 % pour le IIe et + 11,3 % pour le VIe), quelque chose nous dit qu’ils risquent de squatter les deux plus hautes marches du podium pendant un bon moment…”, parie Seloger.

Le IXe arrondissements reste quant à lui le moins cher, malgré une progression de 7,8 % en un an. “De la rue des Contrebandiers à l’avenue Rosa Parks, en passant par le boulevard de la Duchère, les prix des logements avoisinent, en moyenne, les 3.221 € du m²”, indique le site. “Pour un appartement à Lyon, la marge de négociation avoisine les 2,5 %”, précise enfin Seloger.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]


«On est en train de faire une région parisienne bis. Ce n’est pas notre modèle»


Renaud Payre, est le candidat de la Gauche Unie à la présidence de la Métropole de Lyon. Nous évoquons avec lui son programme, qui intègre des métros légers de surface, l’abandon de l’Anneau des sciences, de nouvelles relations avec les territoires environnants, mais aussi une coopérative pour la rénovation énergétique et l’encadrement des loyers.


Immobilier ancien : Guy Hoquet fait le bilan d’une année sous tension

Guy Hoquet l’Immobilier a fait un bilan de l’année 2019 en termes de prix et de ventes, au niveau national et dans les régions.


Immobilier : des tensions qui s’affirment sur les prix dans de nombreuses villes

LPI Seloger a publié cette semaine son baromètre des prix de l’immobilier.


Prix de l’immobilier en hausse dans plusieurs départements de la Région


Dans l’ex-région Rhône-Alpes, les volumes et les prix sont, selon les notaires, en forte hausse, notamment à Lyon et dans la circonscription départementale du Rhône.


Lyon : une année 2019 très dynamique dans l’immobilier ancien

La Chambre du Rhône a dévoilé des premiers chiffres à l’occasion de la présentation vendredi par le CECIM des chiffres du logement neuf dans la Métropole de Lyon.


« La demande est bien trop importante par rapport à l’offre »

Nicolas Bouscasse est le président de la Chambre du Rhône de la FNAIM. Nous évoquons avec lui les chiffres de l’année 2019 en matière d’immobilier résidentiel à Lyon.


L’activité du marché immobilier à des sommets en 2019 dans le Rhône et à Lyon


Les prix des appartements ont progressé, l’an dernier, de 5,7% à Lyon et de 6,8% dans le Rhône.


La hausse des prix de l’immobilier se renforce sur Lyon, selon LPI-Seloger

La hausse des prix accélère dans de nombreuses villes périphériques des métropoles. Dans la Métropole de Lyon, le phénomène est perceptible dans certaines villes, mais aussi dans la ville centre.