Crédit immobilier : les taux se stabilisent après une baisse en mai

CSA Crédit Logement et les intermédiaires en crédit ont fait état de leurs points et baromètres mensuels.

Les taux de crédit immobilier semblent se stabiliser en juin, au vu des derniers baromètres des courtiers en crédit immobilier. Cette tendance intervient après la publication de l'Observatoire CSA Crédit Logement, qui avait inversement fait état de taux baissiers. « Les taux des crédits ont encore baissé depuis le début de l’année. En mai 2018, ils sont revenus à leur niveau de février 2017, en dépit de l’allongement de la durée des crédits accordés. La reprise de l’inflation dont le rythme s’accélère depuis la fin de l’année dernière a ainsi comme conséquence que les taux d’intérêt réels n’ont jamais été aussi bas depuis le début des années 2000 », a indiqué l'observatoire CSA Crédit Logement.

Pour Emprunt Direct, « cette baisse de taux semble être la conséquence des derniers mouvements opérés sur les marchés obligataires, qui font face depuis quelques semaines à des pressions baissières sur les rendements, conséquence d’un retour du risque politique. Les banques ont ainsi appliqué en mai des mouvements baissiers sur certaines maturités et qualités de dossiers, pour stimuler leur production vis-à-vis de certains types de dossiers».

Stabilité en juin

Selon Vousfinancer, on assiste en effet « encore à des baisses de taux dans quelques banques, même si beaucoup ont fait le choix de la stabilité, après les avoir baissés en mai… Dans ce contexte, il semblerait que la remontée des taux de crédit ne soit pas pour tout de suite… ».

Les banques cherchent, selon le courtier, à « maintenir les taux à un niveau attractif pour ne pas casser la demande qui semble repartir, d’autant que certaines d’entre elles sont en léger retard sur leurs objectifs de production de crédit... Dans l’idée de rendre davantage accessible l’achat immobilier, une banque a même fortement baissé ses taux sur 25 et 30 ans qui atteignent un niveau record : 1,35 % ».

Pas de tendance

Meilleurtaux.com souligne pour sa part qu’en ce début du mois de juin, aucune tendance ne semble clairement se dessiner. « En effet, si la grande majorité des barèmes bancaires reçus sont stables, nous observons toutefois des baisses dans certains établissements et des baisses que nous pouvons qualifier d’importantes» observe Maël Bernier, directrice de la communication de l'intermédiaire.

Vousfinancer précise que si « la moitié des barèmes de taux reçus sont stables, l’autre moitié affiche des baisses de taux de 0,05 % à 0,10 % et même 0,30 % dans une banque régionale. Certaines banques n’appliquent ces nouvelles baisses que sur les plus beaux profils, mais d’autres baissent leurs taux pour tous les emprunteurs, y compris sur les durées longues. Une banque propose ainsi des taux en forte baisse, à 1,35 % sur 25 ans et même sur 30 ans pour les moins de 40 ans ! Du jamais vu ! », selon lui.

« Alors qu’on entend que certaines banques auraient la volonté de remonter leurs taux de crédit, dans les faits, il n’en est rien ! On ne voit poindre aucune remontée des taux, bien au contraire ! Dans le contexte de timide retour de la demande au 2ème trimestre et après un 1er trimestre marqué par l’attentisme, les banques ont bien conscience de la fragilité de cette reprise et de l’importance de continuer à proposer des taux bas dans un contexte de prix élevés. En outre, certaines sont en léger retard sur leurs objectifs de production de crédit ce qui les conduit à rester attractives pour prendre des parts de marché sur leurs concurrents… », analyse Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer.
Les taux moyens s’élèvent à 1,30% sur 15 ans, 1,50 % sur 20 ans et 1,70 % sur 25 ans mais avec des taux planchers négociés à 0,80 % sur 15 ans, 1,12 % sur 20 ans et 1,35 % sur 25 ans pour les meilleurs profils indique la structure.

Décotes

Mais certains courtiers insistent sur la possibilité d’appliquer des décotes sur certains dossiers. « Il est cependant important de rappeler que la tendance dans les établissements bancaires reste toujours à la décote pour concrétiser des dossiers » explique Maël Bernier. « En d’autres termes, les taux obtenus dans le réseau et par nos conseillers sont très souvent inférieurs de 0,15% à ce qui est affiché dans nos baromètres » ajoute-t-elle.

Cette possibilité également décrite par d’autres intermédiaires, tels qu'Empruntis. « Les barèmes perdent de plus en plus de leur pertinence, constate Cécile Roquelaure, Directrice des études et de la communication d'Empruntis. Les banques préfèrent aujourd'hui ne pas toucher aux barèmes mais se battent au cas par cas, selon le profil et le type de projet, mais aussi le niveau de la concurrence locale. On constate ainsi des niveaux de délégation significatifs dans les banques : ainsi, là où nous avions habituellement un siège décideur pour l'ensemble de son réseau, une délégation importante sera donnée pour s'aligner sur des propositions de confrères avec plus d'efficacité et de rapidité. Une très bonne nouvelle pour les emprunteurs qui profitent à plein de la concurrence » précise Cécile Roquelaure.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Une baisse des taux de crédit immobilier en juillet

CSA/Crédit Logement a publié ce mardi son dernier observatoire.


Un plus bas depuis 2 ans pour la production de crédit à l’habitat


La Banque de France a fait part ce lundi de sa traditionnelle étude mensuelle sur les crédits aux particuliers.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Crédit à l’habitat: un impact des recommandations du HSCF au 1er trimestre

Si les taux restent stables sur un trimestre, les conditions d’accès au crédit évoluent.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Césure


EDITORIAL
– Avec le Coronavirus, le marché immobilier est, à l’image de toute l’économie, à l’arrêt. L’année 2020 marque une rupture, tant du point de vue politique que du point de vue du coût du risque. Ce dernier a été réintégré de manière abrupte sur les marchés de taux.


Les recommandations du HCSF impactent déjà le marché immobilier


La FNAIM a publié ce mercredi son baromètre de la perception du marché par ses agents immobiliers et sa dernière note de conjoncture du marché immobilier.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.


Crédit immobilier : la hausse des taux se poursuit dans la région

Les taux continuent d’être réajustés à la hausse en Auvergne-Rhône-Alpes, selon le courtier en crédit immobilier Emprunt Direct.