Selon Immonot, « les prix devraient commencer à s’étioler »

L’arrivée des vacances devrait se traduire par une forte baisse de l’activité.

Immonot a publié ce mercredi sa traditionnelle note qui fait part tous les deux mois de la tendance du marché immobilier. Selon cette étude, une forte baisse de l’activité devrait intervenir pour les 2 mois à venir, du fait de l’arrivée des vacances, après une période stable au niveau des prix et des transactions.

« Avec l’arrivée des vacances, l’activité s’est mise en berne dans bien des localités. Il est donc logique que les prévisions à fin août soient plutôt pessimistes. Graphiquement, elles apparaissent même inférieures à celles de l’an passé à la même époque », note Immonot, qui précise toutefois que le volume annuel des transactions pour l’ensemble de la France avait atteint en 2017 un niveau considérable, légèrement supérieur à 950 000 ventes, avec une augmentation de 100 000 logements anciens par rapport à l’année précédente.

Vers une baisse des prix

Selon Immonot, « les prix devraient commencer à s’étioler dès ce mois d’août et dans la plupart des régions. En effet, au niveau des logements, 29 % de nos correspondants contre 14 % en avril prévoient maintenant une baisse des prix. En revanche, pour les terrains à bâtir cette évolution s’avère beaucoup moins prononcée, la part des pessimistes passant de 8 à 13 %, compensée en grande partie par une augmentation des optimistes dont la proportion passe de 6 à 11 % ».

Mais les notaires tempèrent en notant qu’il faut différencier les prix des biens urbains et ruraux. « Le prix des habitations urbaines peut être de deux à cinq fois plus élevé que celui des propriétés situées dans des localités éloignées des grands centres urbains, et leur nombre souvent plus restreint. Or si un quart des logements ayant un prix deux fois supérieur augmente de 10 % tandis que les trois quarts baissent de 5% l’ensemble aura pour résultat une augmentation de 1,25 % alors que la majorité des ventes se font à la baisse », explique Immonot.

A plus long terme, une large majorité des correspondants notaires (87 %) de la structure estime que les prix devraient reculer. Ceux-ci conseillent à leurs clients « de vendre d’abord le logement dont ils souhaitent se défaire avant d’en racheter un autre ».

Concernant les terrains, ils sont beaucoup plus nuancés. « Il est vrai que les dispositions prises par le gouvernement en matière de construction sociale, ou présentée comme telle, avantagent la construction de logements neufs et par contrecoup, celle du prix des terrains », explique Immonot.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Un marché de l’immobilier ancien «en mode pause», selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées décrit un marché à l’arrêt depuis le début du confinement, après un début d’année dynamique.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]