Lyon, 1ère ville française du classement Spotahome

Celui-ci classe les villes les plus saines en France et à l'international. 

C’est un nouveau classement flatteur pour la Métropole de Lyon. L’agglomération a en effet été classée au 27ème rang des villes les plus saines dans le monde dans le  classement mondial des villes les plus saines publié par la plateforme de logement Spotahome, et au premier rang en France. Elle devance ainsi Marseille, Paris et Lille. 

La Métropole rappelle dans un communiqué que le classement repose sur “une dizaine de critères, comme la qualité de l’air et de l’eau mais aussi le nombre d’espaces verts ou celui de bornes de recharges pour voitures électriques”.

Le président de la collectivité, David Kimelfeld, s’est félicité de cette bonne place dans le classement. « C’est naturellement une bonne nouvelle, surtout après les épisodes de canicule qui ont montré comment notre collectivité luttait contre les îlots de chaleur. Ce classement récompense la politique que nous menons pour construire une métropole équilibrée, à la fois dynamique sur le plan économique mais pleinement engagée dans la lutte contre le réchauffement climatique et désireuse d’offrir à ses habitants un cadre de vie agréable. Nous allons poursuivre cette politique car nous avons conscience de la nécessité d’agir encore plus fort pour préserver ce cadre de vie. C’est aussi en agissant sur ces questions d’environnement que nous attirons un nombre toujours plus important d’entreprises françaises et étrangères. Cette première place nous satisfait mais nous engage à poursuivre nos efforts pour une métropole toujours plus attractive et agréable à vivre». 

On notera que Lyon est la seule grande ville de France à avoir obtenu la 4e fleur du label “Villes et villages fleuris” pour distinguer son action en faveur d’un environnement propice à la qualité de vie des habitants et à l'accueil des visiteurs.

Une stratégie santé-environnement

La Métropole rappelle également sa stratégie santé-environnement visant à renforcer tous les leviers favorables à l’amélioration de la santé des habitants du territoire. Celle-ci se traduira “par un plan d’actions concerté entre les services de la Métropole et des représentants d’acteurs du territoire avec pour objectif de développer la connaissance, réduire les sources de pollution et les facteurs environnementaux altérants la santé des habitants et accompagner les changements de comportements”. Elle verra le jour “d’ici début 2019” et “positionnera la Métropole comme chef de file de la santé environnementale de l’agglomération lyonnaise”.

En matière de plantation d’arbres, 3.000 arbres ont été plantés chaque année sur le territoire métropolitain et un plan canopée a été adopté pour inciter les autres propriétaires de « sol urbain », comme les hôpitaux, les bailleurs, les administrations, ou les armées à planter des arbres.

Expérimentations 

“Dans un contexte où Lyon pourrait avoir, à la fin du siècle, la température moyenne de Madrid ou d’Alger selon les scénarios de réchauffement climatique, les arbres mais aussi l’eau sont des alliés précieux pour rafraîchir les habitants”, rappelle l’institution. Des expérimentations en matière d’urbanisme ont eu lieux, afin de rendre la ville plus perméable aux eaux de pluie, plus végétale, et dotée de revêtements plus clairs pour limiter l’échauffement. 

Dans l’aménagement, il existe au sein du territoire des exigences de qualité depuis la conception jusqu’à la réalisation, en passant par l’entretien quotidien, comme ce fut le cas des grands projets urbains des 20 dernières années, à la Confluence, à la Part-Dieu, ou encore dans le quartier de la Duchère.

1.800 hectares de nature

Sur la Ville de Lyon, 1.800 hectares de nature sont dénombrés, au fil des deux fleuves qui la parcourent. “Cette trame verte et bleue comprend 500 hectares d’espaces verts publics, 300 parcs, squares et jardins”, note la Métropole. Elle a en outre été pionnière de la stratégie “zéro produits phytosanitaires” pour ses faire de ses espaces verts une réserve de biodiversité.

18 projets d’espace nature vont, d’ici à 2020, sortir de terre, comme la future “Forêt d’Asie” au parc de la Tête d’Or. Le nouveau “parc Zénith” dans le 3ème arrondissement de Lyon, récemment inauguré, a pour sa part fait l’objet d’une étude d’impact sur la santé. 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

– « On notera que Lyon est la seule grande ville de France à avoir obtenu la 4e fleur du label “Villes et villages fleuris” (…) »

Non. La ville d’Angers notamment possède cette 4e fleur et est, selon les dénominations de l’INSEE, une « grande ville ». En revanche Lyon fait partie de ce que l’on appelle les « métropoles » donc il aurait été plus judicieux de choisir les bons termes ;).

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


PPRT de la vallée de la chimie: la préfecture fait un point après l’annulation

null
Le secrétaire général de la préfecture du Rhône, Emmanuel Aubry, a réuni fin mars l’ensemble des collectivités et des industriels impliqués dans la mise en œuvre du plan.


Aménagement de la place Grandclément : reprise de la concertation

Des ateliers sont programmés entre le 5 avril et le 3 mai autour des fonctions et usages de la place.


Métropole de Lyon : les élus LR inquiets pour l’Anneau des sciences

null
Les élus « Les Républicains et Apparentés » ont mercredi rappelé dans un communiqué leur attachement au bouclage du périphérique de Lyon, qui serait selon eux, « otage du conflit Collomb/Kimelfeld ».


Place Saint-Nizier : les travaux ont débuté

C’est en ce début de semaine que les travaux d’aménagement de cette place – qui s’inscrivent dans le cadre du projet des Terrasses de la Presqu’île – ont débuté. Ils dureront jusqu’à fin septembre.


Les professionnels de l’immobilier prudents pour 2019

A l’occasion de l’inauguration du salon de l’immobilier de Lyon, les professionnels ont exprimé leurs inquiétudes et espoirs pour 2019.


Signature de la convention NPNRU de Saint-Etienne Metropole

Gaël Perdriau et les représentants de l’ANRU ont procédé jeudi à la signature de la convention portant sur les projets métropolitains compris au sein du nouveau programme national de renouvellement urbain.


Ycone clôt la première phase de la Confluence


L’immeuble, conçu par Jean Nouvel sur le dernier terrain de la première phase de la Confluence, a été inauguré ce jeudi.
» Ycone : des logements vendus de 4.500€ à 10.000€ le m²


Bron : les architectes de « La Clairière » désignés

Lyon Métropole Habitat a annoncé les architectes sélectionnés pour les premiers programmes de l’ancienne caserne Raby. Nexity, la Sier et Icade opèrent sur ce site.


Vaulx-en-Velin : nouvelle phase dans la rénovation urbaine

Le ministre du logement, Julien Denormandie, était en visite à Vaulx-en-Velin lundi. Il a signé la déclaration d’engagement pour le renouvellement urbain du quartier d’intérêt national Vaulx-en-Velin Grande Ile.


Le ministre chargé de la Ville et du Logement était à Lyon lundi

null
Julien Denormandie a signé lundi une déclaration d’engagement pour le renouvellement urbain du quartier Vaulx-en-Velin Grande Ile et la convention NPNRU du projet Mermoz-sud. Il s’est rendu dans ces deux villes en présence du président de la Métropole.


La Métropole de Lyon va lancer un plan d’urgence pour l’accès au logement

null
Après Michel Le Faou, le président de la Métropole, David Kimelfeld, a exprimé lundi lors du déplacement du ministre du logement, Julien Denormandie, sa volonté de mettre rapidement en place un office foncier solidaire, outil créé par la loi ALUR.


Julien Denormandie sera à Lyon et Vaulx-en-Velin lundi

Le ministre chargé de la Ville et du Logement y évoquera la thématique de la rénovation urbaine.
»
Julien Denormandie : « L’État et les bailleurs sociaux avancent dans le même sens »


Immobilier neuf : nette baisse des ventes à Lyon en 2018

null
Les ventes de logements neufs sont élevées à 5.370 unités l’an dernier, en recul par rapport à 2017 . La faute notamment à un recul des ventes à investisseur et au renouvellement insuffisant de l’offre.


Foncier, construction : la Métropole se veut rassurante

Selon le vice-président de la Métropole de Lyon, l’opposabilité du PLU-H en juin va permettre à certaines opérations de sortir de terre.


«Nous ne sommes plus dans une réalité de marché raisonnable»

null
Cédric Van Styvendael est le directeur général d’Est Métropole Habitat. Nous évoquons avec lui la réflexion sur l’évolution à venir des offices publics de l’habitat métropolitains, les conséquences de la RLS sur les offices, et les évolutions du prix du foncier.
» La RLS a coûté 2,9M€ à Est Métropole Habitat en 2018