Crédit immobilier : pour Meilleurtaux.com, 2018 sera un bon cru

Meilleurtaux.com a présenté ce mardi son 27ème observatoire du crédit immobilier.

Meilleurtaux.com a publié ce mardi son 27ème observatoire du crédit immobilier. L’intermédiaire prévoit qu’après deux années exceptionnelles, 2018 « devrait finalement être un bon cru », à la faveur d’une baisse des taux, qui atteignent leurs précédents plus bas. « Après un début d’année relativement stable, les taux des crédits ont baissé légèrement à partir du mois de juin permettant d’atteindre les précédents records d’octobre 2016. Cependant, force est de constater que les marges des banques se resserrent et qu’à mi-octobre, les banques sont plus en ligne avec leurs objectifs commerciaux qu’elles ne l’étaient durant l’été », note Maël Bernier, directrice de la communication et porte-parole de Meilleurtaux.com. « Aussi, elles consentent toujours des efforts notables sur les taux avec des décotes importantes mais clairement plus pour les meilleurs profils », ajoute-t-elle.

La demande reste active, avec, lors des 9 premiers mois de l’année, une hausse de 21% de dossiers de crédits immobiliers déposés (« chauds » et « froids »). Mais les demandes avec compromis signé sont toutefois en baisse de 10% par rapport à la même période l’an passé, indique l’intermédiaire.

Les conditions d’octroi restent pour leur part globalement inchangées. « La braderie sur les taux continue », souligne Meilleurtaux. Cependant, si les banques sont toujours prêtes à faire des efforts, le spécialiste note qu’il est aujourd’hui difficile pour elles de « descendre plus bas » et les fortes décotes sont plus concentrées sur des profils plus ciblés.

Un point haut pour la capacité d’emprunt

« La capacité d’emprunt a retrouvé son point le plus haut. Pour un même emprunt, les revenus nécessaires ont diminué de 30% en 10 ans. La capacité d’emprunt n’a presque jamais été aussi élevée, exception faite d’octobre 2016 », note le président de Meilleurtaux.com, Hervé Hatt. « En 10 ans, les revenus nécessaires ont, pour un emprunt de 200 000€, baissé de plus de 1000€ ! », note Maël Bernier.

La structure note qu’il est par ailleurs « important de noter que cette situation exceptionnelle de financement à bas coût a relancé la demande des renégociations de crédit qui est à nouveau en forte progression avec +50% en septembre 2018 par rapport à septembre 2017. Cela concerne 22% des demandes en 2018 et le gain moyen sur le coût du crédit s’élève à 16 000€ ».

Côté assurance emprunteur, le raz-de-marée « Bourquin » n’a pas eu lieu. « Nous constatons aujourd’hui un faible niveau de demandes : celles relatives à la résiliation ne représentent que 20% des demandes d’assurance et sont même en recul par rapport au 1er trimestre 2018 », note Hervé Hatt, le président de Meilleurtaux.com. Maël Bernier explique ce fait par « la méconnaissance encore forte du dispositif par les détenteurs d’un crédit », et par le fait qu’il y a finalement « peu de traitement médiatique depuis l’effet d’annonce en janvier ». Enfin, les banques n’ont pas réellement intérêt à informer leurs clients, et « le flou sur la date anniversaire ne permet pas aux détenteurs d’un crédit de savoir facilement quand débuter les démarches », indique la spécialiste.

Disparité dans l’attractivité des villes

L’intermédiaire note une disparité dans l’attractivité des villes, avec des progressions disparates. La demande de financement dans les grandes villes progresse de 19% par rapport à la même période l’an dernier. 30% de la demande est concentrée sur Paris, tandis que Marseille arrive en seconde position avec 11% des demandes, suivie de Lyon (8%), Toulouse (7%), Montpellier (6%) et Nantes (5%). Bordeaux n’arrive que 8ème du classement avec 4% des demandes « grandes villes ».

Les villes moyennes aux prix encore peu élevés augmentent fortement, tandis que les grandes villes se maintiennent, sauf Bordeaux pour laquelle le phénomène semble s’essouffler. C’est ainsi la seule ville où la demande reste stable par rapport à l’année 2017, selon l’intermédiaire.

Selon le courtier, 2018 restera un bon cru, les conditions d’emprunt exceptionnelles ayant très nettement contribué à soutenir la demande. Les décotes et les produits longs notamment 25 ans ont été multipliés, les banques ayant consenti de gros efforts. « Rappelons-le : un emprunteur capté aujourd’hui via son crédit immobilier, sera ensuite engagé pour plusieurs années de vie bancaire », souligne Hervé Hatt. L’intermédiaire table sur un marché qui va conserver son dynamisme, le marché restant sain, notamment en régions et dans les villes moyennes. L’achat se rentabilise très vite au regard de la location. Selon Maël Bernier, « les taux devraient donc rester sous la barre des 2% jusqu’à la fin du premier trimestre 2019, et s’ils venaient à remonter, cela serait progressif ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les recommandations du HCSF deviendront une norme contraignantes en 2022

Le Haut Conseil de stabilité financière se réunissait ce mardi. Il a adopté une décision juridiquement contraignante, comme il l’avait annoncé en décembre dernier.


Crédit immobilier : taux stables et production record

nullEmprunt Direct a fait part de son baromètre des taux en Auvergne-Rhône-Alpes. Vousfinancer a pour sa part commenté les derniers chiffres de production de crédit en France.


Crédit immobilier : des taux au plus bas, une production au plus haut

La Banque de France a fait état ce mardi de son traditionnel point mensuel sur les crédits aux particuliers.


Les taux restent stables en juin en Auvergne-Rhône-Alpes

nullAucune évolution majeure n’a été constatée ce mois-ci sur le front des taux de crédit immobilier dans la grande région.


Des taux de crédit immobilier stables en Auvergne- Rhône-Alpes

C’est ce que révèlent plusieurs courtiers en crédit immobilier.


La production de crédit immobilier rebondit

nullLa Banque de France a fait état de son étude mensuelle sur les crédits aux particuliers portant sur le mois de mars. Crédit Logement a lui fait part de son observatoire portant sur le mois d’avril, qui confirme la tendance.


Vousfinancer alerte sur des délais de traitement plus longs dans les banques

Face à cet allongement des délais, l’intermédiaire prône l’anticipation.


Auvergne-Rhône-Alpes : quasi stabilité des taux selon Empruntis

null
L’intermédiaire en crédit immobilier a fait état de son baromètre des taux régionaux.
» Vousfinancer alerte sur des délais de traitement plus longs dans les banques


Des taux stables, mais une production de crédit en net repli

La Banque de France a fait état ce matin de son étude mensuelle sur le crédit aux particuliers. Plusieurs courtiers, comme Vousfinancer et Emprunt Direct, ont en outre récemment communiqué sur les grandes tendances du marché.


« Le principe de réalité est en train de peser sur nous »

Henry Buzy-Cazaux est le président de l’Institut du management des services immobiliers (IMSI). Nous évoquons avec lui la remontée des taux et son impact sur le marché immobilier, ainsi que les autres éléments qui pourraient affecter ce dernier.


Crédit immobilier : pour Capfi, les taux devraient rester bas

Selon l’intermédiaire, les taux pratiqués en février chez Cafpi ont été stables.


«On est loin d’une remontée généralisée»

Sandrine Allonier est directrice de la communication et porte-parole de Vousfinancer. Nous évoquons avec elle la remontée des taux des emprunts d’État et son impact sur les taux de crédit immobilier.


Nouvelle baisse des taux de crédit immobilier en février

L’observatoire CSA/Crédit Logement a fait état d’une baisse du taux moyen en février. Celui-ci revient à proximité de ses niveaux les plus bas observés à fin 2019/début 2020. Mais des hausses sont déjà observées en mars, selon Emprunt Direct.


L’évolution des marchés de taux, un« nuage noir » à surveiller

nullEmprunt Direct a fait état de son baromètre mensuel sur Auvergne-Rhône-Alpes. S’il observe une stabilisation des taux de crédit immobilier, les contraintes prudentielles et l’évolution des marchés de taux sont, pour lui, deux éléments à scruter.


Crédit immobilier : les taux en nette baisse en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon Emprunt Direct, les banques ont fait part de baisses de l’ordre de 5 à 25 points de base.