Les prix de l’immobilier en hausse de 2,6% en France, selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a fait part mardi de son point trimestriel sur le marché immobilier français.

Century 21 a publié mardi son point trimestriel sur le marché immobilier. Et pour le réseau d’agences franchisées, l’activité reste très soutenue. Selon lui, « jamais un 3ème trimestre n’a été aussi dynamique en termes de transactions réalisées ». Dans le réseau, au niveau national, le nombre de ventes a encore progressé de 1,3% par rapport au troisième trimestre 2017, qui constituait déjà, à l’époque, un point haut historique.

Selon le réseau, les prix n’augmentent toutefois pas de manière démesurée. Ceux-ci ont progressé de 2,6% dans l’ensemble du pays pour se situer aujourd’hui à 2.539€ le m2 en moyenne. Ils restent ainsi inférieurs aux plus hauts de 2011, quand le m² atteignait 2.621€ au 3e trimestre.

L’activité du marché immobilier ancien va « très bien »

L’activité du marché immobilier ancien va, selon le réseau, « très bien ». Les 30/40 ans se montrent ainsi les plus actifs, en profitant de taux d’intérêt incroyablement bas pour acheter leur résidence principale. Leur proportion augmente de 7,4%. Ils totalisent ainsi 26,2% des acquéreurs, ce qui porte à 46,1% la part des acheteurs de moins de 40 ans.

La hausse des prix ne conduit pas à une baisse importante des surfaces. Celle, moyenne, des acquisitions s’élève à 85,9 m², contre 86,7 m² il y a un an. Century 21 indique que le montant moyen d’une transaction s’établit à 209.042€, avec un chiffre de 224.412€ pour le segment des maisons et de 199.961€ pour les appartements. « La situation est saine et les délais de vente en sont un bon indicateur : ils raccourcissent d’une journée seulement et s’établissent aujourd’hui à 89 jours ; rien de frénétique donc », note le réseau.

« Le moteur du crédit est donc utilisé à plein régime, et sur la durée (qui s’allonge encore pour se situer à 20,7 ans en moyenne) et sur la quotité (80,8% du montant d’acquisition aujourd’hui, soit + 4,8% de plus par rapport au 3e trimestre 2017) », ajoute-t-il.

Forte demande en investissement locatif

La part des acquéreurs de 40/50 progresse, celle-ci réalisant notamment des achats à titre de placement pour se constituer un capital et sécuriser leur retraite. Cette tranche d’âge est ainsi à l’origine de la forte augmentation des achats à titre de placements, en hausse de 25,6% au niveau national. Chiffre qui est selon le réseau « du jamais vu ! ». Selon ses études, les investissements locatifs en France représentent 22,6% des transactions.

Côté prix, on notera que le prix moyen du m² parisien progresse de 6,6% par rapport au 3e trimestre 2017, à 9.621€ en moyenne, soit un nouveau record, et supérieur de 1.000€ à ce qu’il était il y a deux ans. Le volume de ventes en pâtit, avec un recul de 5,9% par rapport au 3ème trimestre 2017.

Le recul « vient toutefois cacher le fait que l’activité reste très dynamique et que le nombre de ventes réalisées dans la capitale dépasse le niveau des années précédentes à l’exception de 2017. Malgré ces prix élevés, les acquéreurs parisiens n’achètent pas moins grand, la superficie d’une acquisition augmente même légèrement de +0,8m2 pour se situer à 50,2m2 en moyenne. Evidemment, les montants d’acquisition peuvent être considérés par nombre de Français comme stratosphériques : 478 182€ en moyenne au 3e trimestre 2018 », précise le réseau. En Ile-de-France, le prix moyen au m2 est en hausse de 3,1% par rapport au 3e trimestre 2017, à 3.262€ le m².

Prix en hausse en Auvergne-Rhône- Alpes

En régions, une majorité d’entre elles voient leur prix au m2 grimper, comme c’est le cas en Auvergne-Rhône- Alpes. Bourgogne Franche-Comté, la Bretagne, Grand-Est, la Normandie, la Nouvelle-Aquitaine, l’Occitanie, Provence-Alpes-Côte-d’Azur sont dans cette situation. Le Centre-Val-de-Loire, les Hauts-de-France et les Pays-de-la-Loire enregistrent a contrario une baisse du prix moyen au m².

Côté prévisions, le réseau prévoit qu’à ce rythme, 2018 pourrait être une année record en termes de volumes de ventes, « le marché étant porté par des taux généralement bas dont profitent à fond les ménages pour concrétiser leur projet immobilier ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

De même qu’au senegal nous assistons au même phenomène depuis quelques années.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


LPI Seloger perçoit une reprise de l’activité avec la baisse des taux

Le baromètre fait état d’une hausse des ventes au niveau national sur trois mois.


Immobilier: la hausse des prix s’étend des métropoles aux campagnes

Le dernier baromètre bimestriel d’Immonot.com fait état d’une propagation de la hausse des prix à des secteurs plus éloignés.


Immobilier : le cap du million de ventes n’aura pas été franchi en 2018

La note de conjoncture du 4ème trimestre 2018 des Notaires de France publiée jeudi montre une stabilité des transactions par rapport à 2017. Les prix auront flambé à Lyon, qui affiche la plus forte hausse de prix au sein des grandes métropoles. Ils ont en revanche chuté à Grenoble.


La hausse des prix de l’immobilier ralentit, selon LPI Seloger

LPI Seloger a fait état, comme chaque mois, de son baromètre des prix de l’immobilier à Lyon et a niveau national.


Immobilier : hésitation en ce début d’année, selon les notaires

Immonot.com a, publié, comme tous les deux mois, son enquête nationale réalisée début janvier 2019.


Un volume de ventes inédit dans le Rhône et la Métropole en 2018

null
La Chambre du Rhône de la FNAIM a présenté lundi son bilan 2018 en matière d’immobilier dans la Métropole de Lyon.


Une activité immobilière encore au zénith en 2018, mais des craintes pour 2019

null
La FNAIM présentait ce mercredi son bilan sur l’année écoulée au niveau national sur le front de l’immobilier résidentiel. La hausse des prix est toujours aussi sensible à Lyon.


Immobilier : des prix enfin en hausse sur Saint-Étienne, flambée à Lyon

La dernière note de conjoncture des notaires de janvier fait état de hausses de prix majeures sur les deux métropoles, tandis que les prix baissent à Grenoble. La barre des 4.000 euros est atteinte dans l’ancien à Lyon.
» Auvergne-Rhône-Alpes : la part d’achats d’étrangers non résidents forte en Haute-Savoie


Des prix de l’immobilier en hausse de 3,5%, selon LPI-Seloger

Les prix sont notamment en forte hausse à Lyon et Clermont-Ferrand.


« Le marché marque le pas »

null
Laurent Vimont, président du réseau d’agences Century 21, présentait lundi son bilan 2018 en matière d’immobilier. Il prédit une année 2019 au mieux dans la continuité de l’année écoulée.
»
A Lyon, les prix de l’immobilier en assez nette hausse sur 12 mois
» Immobilier : record de transactions en 2018, mais le marché atteint un plafond de verre


A Lyon, les prix de l’immobilier en assez nette hausse sur 12 mois

Century 21 a, dans son point marché annuel, analysé le marché immobilier en région Auvergne-Rhône-Alpes et à Lyon.


Immobilier : des prix toujours en hausse à Lyon

null
LPI Seloger a communiqué il y a deux jours son traditionnel baromètre mensuel des prix de l’immobilier, au niveau national et à Lyon.


Immobilier : Bordeaux et Lyon enregistrent les plus fortes hausses de prix

null
Selon les statistiques délivrées par les notaires de France, les prix des appartements anciens restent nettement orientés à la hausse dans ces deux villes.


Lyon : les prix de l’immobilier en baisse sur 3 mois, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel de l’observatoire mesurant l’évolution des prix de l’immobilier a été publié fin octobre.


« Nous aurons un atterrissage fin 2018 en matière de hausse de prix»

Jean-Marc Torrollion est le président de la FNAIM. A l’occasion d’une récente réunion des adhérents à Clermont-Ferrand, Lyon Pôle Immo a évoqué avec lui la dynamique du marché immobilier au niveau national, mais aussi au niveau régional.