Promotion immobilière: vers un passage sous les 100.000 ventes

Le cabinet d’études Adéquation a présenté mardi dernier ses perspectives sur l’évolution du marché de la promotion immobilière en 2019 et 2020.

Adéquation a délivré mardi ses perspectives sur l’évolution du marché de la promotion immobilière en 2019 et 2020. Le bureau d’études prévoit un retour vers les volumes d’activité de l’année 2015, sous l’effet de prix élevés et de la faiblesse probable du renouvellement de l’offre.

« Nous pensons qu’en 2019-2020, sur la moyenne des deux années, nous serons en dessous de 100.000 (ventes)». Pour expliquer cette prévision, Xavier Longin cite un affaissement des mises en vente dans des marchés pourtant demandeurs. Deux éléments principaux vont impact l’activité dans les deux prochaines années. «Les secteurs aménagés sont un peu moins nombreux qu’à une époque ou sont un peu retardés. La deuxième raison, c’est qu’en 2020, il y a des élections. Certains maires ont déjà commencé à bloquer un certain nombre de permis », explique le directeur général associé.

Des segments resteront en progression

Des facteurs secondaires vont également impacter l’activité, comme les taux ou encore le niveau élevé des prix. « Ça a un impact auprès des propriétaires occupants, en termes de solvabilisation. Ça a un impact auprès de l’investissement locatif pour les mêmes raisons, et puis en termes de rentabilité locative ». Xavier Longin note en effet que des villes comme Toulouse ont, du fait de prix moins élevés, une meilleure rentabilité locative.

Outre la prévision de 98.000 unités de la promotion au détail, les autres segments du logement neuf devraient aussi baisser. C’est notamment le cas du locatif social en maitrise d’ouvrage directe (prévision de 43.300 contre 49.000 en 2018) et en vente en bloc (prévision de 36.700 contre 41.600 en 2018).

Mais Adéquation prévoit que d’autres segments devraient en revanche progresser, comme le locatif intermédiaire (prévision d’un moyenne de 15.700 en 2019-2020, contre 11.200 en 2018), le locatif institutionnel (prévision de 5.500 contre 3.800 en 2018), ou encore les résidences gérées (prévision de 16.000 contre 12.700 en 2018). « Finalement quand on voit la totalité (du marché), il y a une baisse, mais beaucoup moins marquée que pour la promotion immobilière. Certainement des segments de diversification de vos activités à venir dans les prochaines années… », lance Xavier Longin aux professionnels.

Encore des baisses de ventes en 2019 et 2020

Concernant les prévisions au niveau local, Adéquation prévoit dans le premier marché régional, à savoir la métropole du Grand Lyon environ 5.300 ventes au détail au terme des 4 trimestres 2018, dont 2.300 à Lyon et Villeurbanne. C’est bien moins que ce qu’avait initialement prévu Adéquation, qui tablait sur 6.400-6.600 ventes en début d’année, mais le cabinet d’analyse avait mal intégré l’impact, dans ses prévisions du début d’année, de la révision du PLU-H de la Métropole.

Pour 2019, Adéquation prévoit pour sa part 4.500 ventes au détail, soit un repli de 15% par rapport aux 5.300 de 2018. « La chute constatée est importante, et elle va continuer d’être importante. Le PLU-H est un facteur bloquant - en tout cas de non lisibilité – très fort. On a une faiblesse de la mise en place des grands secteurs aménagés qui arrivent à leur fin, et qui permettaient de réguler les prix. Le tarissement de l’offre foncière est évidente. La Métropole avait offert un énorme gâteau qu’on pouvait manger en plusieurs années, sauf qu’on l’a consommé ‘ultra-vite’ ». Elle note enfin qu’avec la fin du plan 3A, « les gammes abordables et intermédiaires sont en train de disparaître ». Coralie Costet décèle malgré tout des réserves de croissance intéressantes dans la Métrople, avec la mise en œuvre de grands projets comme la Part-Dieu, la Saulaie à Oullins, ou encore les secteurs du NPNRU.

Baisse dans le franco-genevois

Outre la Métropole qui concentre 50 % de l’activité des grandes métropoles de la région Auvergne-Rhône-Alpes, les autres marchés devraient aussi connaître une année plus difficile. Le deuxième marché régional, le franco-genevois, devrait aussi connaître un repli d’activité un peu moins prononcé de l’ordre de 7 % à 2.500 ventes. C’est, selon elle, « un marché haussier, avec des charges foncières importantes. C’est le marché le plus cher en termes de prix de vente au m² ». Coralie Costet note en outre sur ce marché « une baisse de disponibilité du foncier, et des gammes intermédiaires qui décrochent ». Selon, il n’y a par ailleurs « pas la culture du secteur aménagé de type ZAC. On est plutôt sur des formats PUP, qui font aussi renchérir parfois de manière importante les charges foncières ».

Sur le secteur Annecy / deux Savoie, les ventes dans la promotion immobilière devraient en 2019-2020, reculer de 13%, passant de 2.315 en 2018 à 2.000 ventes en moyenne sur la période 2019-2020. « On a une activité qui est baissière avec une baisse qui va s’accélérer. La cherté du foncier reste importante, et les marges de manœuvre de foncier maitrisé sont très faibles. Le stock d’offre nous montre que l’on est dans une situation de pénurie ».

Même décrue sur Saint-Etienne et Clermont

Sur Saint-Etienne Métropole, le marché reste assez restreint, avec 390 ventes en 2017, une prévision de 250 réservations en 2018, et une baisse de 12 % de celles-ci projetée en 2019-2020 avec 220 ventes en moyenne sur ces deux années. Concernant les prix, ceux-ci sont haussiers par rapport à un prix de l’ancien qui demeure très faible. Le stock d’offre commerciale est de 21 mois, et le prix de vente au m² qui se creuse, avec un écart entre ancien et le neuf. « C’est un marché qui souffre de son zonage B2, qui va rendre impossible la fiscalité Pinel », note Xavier Longin.

Clermont Auvergne Métropole est, lui, le seul marché où les ventes auront progressé au cours de cette année 2018 par rapport à 2017, avec 780 ventes prévues contre 740 en 2017. Adéquation prévoit néanmoins une décrue importante à 550 ventes, soit un repli de 29 %. « On est sur un marché qui se structure. On voit bien une ‘perdurence’ de gamme. On a des effets de spécialisation de ce marché, notamment sur un volume très important de logements haut de gamme, qui renchérit les prix généraux ». Elle note en outre des volumes de programmes très importants, « avec un positionnement sur des galettes foncières très larges. Il faut pouvoir sortir ces gros programmes. Et pour les sortir, ça va devenir compliqué », note Coralie Costet.

Sur Grenoble, le marché est saturé, avec un stock commercial de 18 mois de vente. Les ventes sont en baisse de l’ordre de 3% en 2018, avec 1.060 ventes contre 1.100 en 2017. « On prédit une accélération de cette chute », prédit Coralie Costet. Elles devraient diminuer à 900 en 2019-2020, soit un repli de 15 %.

Prix stables ou en hausse suivant les zones en 2019-2020

Suite à cette présentation des marchés différents marchés de la région, Xavier Longin a répondu aux diverses interrogations des participants, notamment sur les prix. Concernant ceux-ci, Adéquation prévoit une stabilité sur les villes moyennes et sur le reste du territoire hors des grandes métropoles. Mais pour ces dernières, le directeur général associé d’Adéquation ne voit « pas de raison, sur les deux prochaines années, à ce que ce les prix ne continuent pas leur évolution. Dans quelles proportions ? C’est difficile à dire ». Reste que la tendance haussière ne devrait, en tout cas, pas se démentir dans ces marchés majeurs...






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


L’appel du président de BTP Rhône & Métropole à un dialogue entre élus

nullPar la voix de Samuel Minot, la fédération s’interroge sur l’avenir pour la construction de logements dans le Rhône.


Palmarès BBCA 2021 : Nexity et Woodeum-WO2 se distinguent

Au palmarès des maîtres d’ouvrage immobilier bas carbone français, les deux groupes se partagent la pôle position.


Clermont Auvergne Métropole : vers un record des mises en ventes en 2021

L’OEIL a présenté le 17 novembre dernier les chiffres du 3e trimestre du marché du logement neuf en Auvergne.


« Réunion de chantier », une web-série sur la RE2020

La FFB a lancé celle-ci pour accompagner pour les professionnels.


Val d’Azergues : une nouvelle installation à l’usine Lafarge

Une installation de chargement de trains a été réalisée, avec le soutien financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.


Le logement neuf toujours à l’écart de la reprise


La fédération des promoteurs immobiliers présentait jeudi dernier ses chiffres du 3e trimestre. Le regain des ventes constaté au 1e semestre par rapport à un 1e semestre 2020 très faible ne se confirme pas sur la période. Au contraire, les ventes baissent de nouveau, faute d’une offre suffisante. Et la construction de logements collectifs stagne.


Filière à responsabilité élargie des producteurs : un décret bientôt publié

Le gouvernement a précisé ce jour les modalités de mise en œuvre de la nouvelle filière pour les produits et matériaux de construction du secteur du bâtiment.


Les ventes de logements neufs baissent, mais les mises en vente rebondissent

Le SDES a fait part ce mardi des chiffres de commercialisation de logements neufs au titre du troisième trimestre 2021.


La CAPEB Auvergne-Rhône-Alpes alerte sur la pénurie de main d’œuvre

L’artisanat du bâtiment en Auvergne-Rhône-Alpes a fait part de son étude de conjoncture du 3e trimestre 2021. Celle-ci fait état d’une activité dynamique sur un marché toujours en tension.


« Tout outil qui me permet de réguler, je le prends »

null
Renaud Payre est le vice-président de la Métropole de Lyon en charge du logement. Nous évoquons avec lui la politique de la collectivité en la matière, et échangeons sur les grandes évolutions de l’habitat dans la ville.


Seyssuel : pose de la première pierre d’ «Esprit Village»

Au sein de ce programme développé par le promoteur viennois Biens Surs, Advivo a acheté en VEFA 25 logements collectifs


Vicat : croissance du chiffre d’affaires 9 mois

Le cimentier basé à L’Isle d’Abeau a fait part de chiffre en croissance sur le 3e trimestre, mais également sur 9 mois.


La croissance de l’artisanat du bâtiment dopée par l’entretien-amélioration

La CAPEB, qui a présente les chiffres de l’activité du secteur, a fait part d’une croissance de 4 % au troisième trimestre. La rénovation énergétique des logements est notamment portée par le dispositif MaPrimeRénov’.


LP Promotion s’implante à Lyon

Le groupe dit ambitionner « un développement fort, notamment sur le marché des résidences gérées ».


Rebond des mises en chantier et des permis de construire dans la région

null
En France, le nombre de logements autorisés est désormais assez nettement supérieur à son niveau précédant la crise sanitaire. La hausse est également sensible en Auvergne-Rhône-Alpes.