SAFER: la FNAIM dénonce un « éloignement » de sa mission initiale

En plein salon de l’agriculture, la fédération a posé la question de la « nocivité » des SAFER vis-à-vis d’autres professions immobilières.

La FNAIM a profité de la tenue à Paris du salon de l’agriculture pour poser un certain nombre de questions sur le rôle des SAFER, sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural. Celle-ci est un organisme chargé de dynamiser l'agriculture et les espaces forestiers, de favoriser l'installation des jeunes, de protéger l’environnement, les paysages et les ressources naturelles et d'accompagner le développement de l’économie locale. Elle a fait l’objet d'un rapport de la « Mission d’information sur le foncier agricole » le 4 décembre dernier. À cette occasion, la FNAIM dénonce «son éloignement de sa mission initiale et pointe des cas avérés de concurrence déloyale au préjudice des notaires et des agences immobilières».

La fédération a rappelé quelques chiffres clés, issus du rapport d’activité 2016 des SAFER. 10.500 biens ont été acquis pour une surface de 93.800 ha et une valeur de 1.260 millions d’euros. 1.230 biens ont été acquis par préemption, soit 12% des biens acquis dans le cadre de sa mission tandis que 9 270 biens ont été acquis par intermédiations classique, soit 88% des biens acquis en dehors de son champ d’action. En tout, ont été notifiées par les notaires, cette année-là, 272.400 ventes d’immeubles agricoles.

« Des dérives que les agriculteurs eux-mêmes n’acceptent plus »

« Précieux auxiliaire des jeunes agriculteurs au moment de leur installation, ou conseiller patrimonial en optimisation fiscale ? La SAFER présente actuellement ce double visage. C’est pourquoi la FNAIM s’interroge publiquement sur son rôle. Au-delà de son utilité, la fédération pose même la question de la nocivité de la SAFER vis-à-vis d’autres professions immobilières. Malgré une démarche de concertation que la FNAIM salue, la publication du rapport de la Mission d’Information sur le Foncier Agricole, n’a pas été de nature à la rassurer », note la FNAIM dans un communiqué.

La fédération de l’immobilier note que la SAFER, qui a une mission de contrôle du marché foncier agricole, « se finance à travers son rôle d’opérateur de ce même marché foncier ». Aussi, « cette double casquette conduit à des dérives que les agriculteurs eux-mêmes n’acceptent plus. Ainsi, elle négocie de plus en plus avec des particuliers urbains en quête d’investissements ludiques et patrimoniaux et réalise des montages d’optimisations fiscales. Ce n’était pas son rôle initial et aucune raison ne justifie qu’elle bénéficie d’un monopole sur ces opérations qui relèvent davantage de l’activité d’un office notarial ou d’une agence immobilière », indique la FNAIM, qui dénonce des dérives entrainées par le mode de financement actuel de la SAFER.

Elle note en effet que la SAFER utilise le régime particulier dont elle bénéficie au titre du contrôle des structures pour intervenir dans des transactions et monnayer les autorisations d’exploiter, et qu’elle est devenue un véritable intermédiaire de transactions en zone rurale. La FNAIM ajoute qu’elle utilise les outils qui lui ont été accordés par la loi pour mener une concurrence déloyale envers les autres intermédiaires (notaires, agences, …) et qu’elle intervient dans des montages d’optimisations fiscales et sociales au détriment de l’intérêt public, et notamment les ventes en démembrement de propriété.

Le 1er acteur de la financiarisation de l’agriculture, selon la FNAIM

« Par ses actions et selon les chiffres présentés dans son rapport d’activité de 2016, la SAFER est sans conteste le premier acteur de la financiarisation de l’agriculture, ce qui peut avoir comme effet pervers de conduire à une augmentation des prix du foncier. Par les partenariats rémunérés passés avec les collectivités locales, elle est le premier opérateur de l’artificialisation du foncier. Elle prive chaque année les collectivités locales de plusieurs dizaines de millions d’euros de recettes fiscales. Sur la base de l’activité de la SAFER en 2016 de 1,260 millions d’euros, l’exonération de droits d’enregistrement de 5,80% représente 73 Millions d’euros de perte de recettes fiscales pour les collectivités locales. Un chiffre ayant certainement augmenté depuis » indique la fédération.

« Il est urgent de redéfinir le rôle de la SAFER qui, selon un récent rapport du Ministère de l’Agriculture, n’a jamais fait l’objet d’une réelle évaluation de son rôle et de son impact sur le marché agricole depuis sa création. La Cour des comptes avait aussi fait en 2014 un rapport accablant sur son fonctionnement » conclut dans son communiqué Jean-Marc Torrollion, président de la FNAIM.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

article qui reflète le vrai visage des SAFER: Une dictature du foncier agricole.
Le «  »conseiller foncier «  » est un marchand de biens, à l’affut de toutes les transactions agricoles. Une commission de 18% !!! Des dérives inacceptables Système mafieux, opaque. L’omerta. Clientélisme, favoritisme. Abus de pouvoir, de droits, de position dominante, de vice de consentement, de confiscation.
Je peux justifier mes écrits.
Simple citoyenne, je ne peux rien contre ce bastion dans le pouvoir

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Loi climat et résilience : l’impact sur l’immobilier et les transports

Après plusieurs mois d’examen et une commission mixte paritaire conclusive, les députés et les sénateurs ont adopté cette semaine ce projet de loi qui aura un impact important en matière de végétalisation, d’isolation des bâtiments ou sur la qualité de l’air via de nouvelles ZFE.


Lyon 6 : Foncière Valaura Investissements acquiert un immeuble

Cet immeuble mixte situé dans le 6e arrondissement de Lyon développe une superficie de 2.000 m².


La FNAIM a pris position sur le projet de loi «Climat et résilience»

La fédération de l’immobilier a évoqué vendredi le projet de loi, en appelant à engager les moyens nécessaires à la mise en œuvre des objectifs.


Reconfinement : les visites restent autorisées pour les résidences principales

null
Si les agences restent fermées dans les 16 départements concernés par le reconfinement, les pouvoirs publics ont décidé d’autoriser plus largement les visites que lors des premiers confinements.


L’État investit pour des habitations plus adaptées aux risques naturels

Dans le cadre du projet de loi Climat et Résilience, le ministère de la Transition écologique augmente les financements pour aider les territoires à s’adapter aux conséquences du dérèglement climatique.


La FNAIM juge le nouveau DPE « plus fiable et plus lisible »

La fédération de l’immobilier s’est félicitée du nouveau diagnostic de performance énergétique annoncé par les ministres de l’Ecologie et du Logement.


Barbara Pompili et Emmanuelle Wargon présentent le nouveau DPE

Ce nouveau diagnostic de performance énergétique des logements a pour but de lutter contre les passoires énergétiques.


La FNAIM alerte sur les agences immobilières de montagne

La fédération a sensibilisé le gouvernement sur la situation des agences immobilières de montagne.


Accord Century 21 / Action Logement pour le logement des jeunes

Les deux acteurs ont renouvelé leur partenariat visant à accompagner les jeunes actifs.


Square Habitat rejoint la FNAIM

null
Le réseau compte 510 agences et 3.200 collaborateurs.


Immobilier : vers une nouvelle baisse des ventes en 2021

C’est ce que prévoit la FNAIM, qui organisait ce mardi à Paris sa traditionnelle conférence de presse de début d’année.


2020, un tournant dans l’immobilier selon PAP

L’année a été marquée par la survenue de la crise sanitaire, impliquant de nouvelles pratiques comme le télétravail, qui ont eu des implications structurantes sur les recherches immobilières des français.


Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.


Soulagement des professionnels après les inflexions du HCSF

La FNAIM, la FFB, et les courtiers en crédits immobiliers ont salué les inflexions dans les recommandations adressées aux banques.


Front uni des acteurs de l’immobilier avant la réunion du HCSF

En amont de la réunion du Haut Conseil de stabilité financière, les principales fédération ont écrit une lette ouverte aux cabinets de Bruno Le Maire et d’Emmanuelle Wargon, de la DGT, de l’ACPR et du HCSF.