Immobilier: la hausse des prix s’étend des métropoles aux campagnes

Le dernier baromètre bimestriel d'Immonot.com fait état d’une propagation de la hausse des prix à des secteurs plus éloignés.

Immonot.com a fait part comme tous les deux mois, de son baromètre des prix issus des notaires. Et selon celui-ci, « petit à petit, la vigueur immobilière des grandes métropoles se propage jusque dans les secteurs plus éloignés », à la faveur d’une nette poussée des ventes et d’un arrêt de l’érosion des prix. « Avec cette nouvelle tendance, les notaires espèrent que les acheteurs et les vendeurs percevront les fruits de ce fertile marché printanier », indique la note réalisée par le professeur Bernard Thion pour Immonot.com.

Nouveau dynamisme

Selon cette note, « le dynamisme du marché immobilier qui était surtout l’apanage des grandes villes commence à se diffuser dans les régions plus rurales ». Début 2019, les pessimistes et optimistes étaient à égalité au sein des négociateurs. A la fin mars, « 37 % d’entre eux ont observé une amélioration de leur activité alors que 23 % en ressentaient le déclin et 40 % la stabilité ».

Ceci permet d’afficher « un net sursaut dans les prévisions pour les deux mois à venir et cette remontée en flèche que l’on voit sur le graphique ». Selon une étude de Honfleur citée dans l’analyse, « le volume des transactions est à la hausse alors que les prix restent stables ». L’amélioration de l’activité ne se traduit ainsi pas forcément par une inflexion très positive des prix.

Retournement

Reste que la tendance au niveau des prix des terrains et des logements « apparaît sous un jour plus prometteur ». Selon Immonot, le marché est « en train de sortir de l’ornière dans laquelle se trouvait depuis près d’un an le marché immobilier dans nos campagnes ».

Le professeur Thion cite en outre, comme cause possible de ce retournement, le plan « Action cœur des villes » qui prévoyait il y a un an d’affecter 5 milliards d’euros sur cinq ans pour redynamiser les centres-villes des agglomérations de taille moyenne. Il n’est selon lui « pas impossible » qu’il « commence à produire quelques effets ». « Ainsi, la proportion de nos correspondants prévoyant une hausse des prix des logements s’élève à 21 % fin mars contre 5 % en janvier. Seule ombre au tableau, les prix des petits commerces qui, dans les villes moyennes, demeurent à des niveaux trop faibles », indique la note.

Selon Immonot, l’amélioration prévisible « n’est pas de nature à modifier sérieusement les conseils que peuvent prodiguer nos correspondants à leur clientèle. Bien que leur proportion ait légèrement diminué, ils sont toujours 82 % à conseiller de profiter des conditions actuelles pour vendre d’abord un logement avant d’en racheter un autre ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


L’habitat, plus que jamais au centre des préoccupations des ménages

nullBPCE faisait un point trimestriel complet sur le marché immobilier résidentiel en cette fin de premier semestre 2021.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.


La hausse des prix de l’immobilier se poursuit en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon LPI-Seloger, la progression des prix des logements reste rapide, tant au niveau national que local, et ce en dépit d’un nouvel affaiblissement provoqué par le troisième confinement.


Des hausses de prix de l’immobilier sensibles à Lyon et Valence

Selon le dernier baromètre mensuel des prix LPI-Seloger, les hausses de prix approchent de 10 % à Saint-Etienne, Lyon, Clermont-Ferrand, Villeurbanne et Chambéry. La hausse atteint 15% dans la préfecture de la Drôme.


Dans 5 arrondissements sur 9 à Lyon, la hausse de prix de l’immobilier dépasse 10%

C’est ce que révèle le dernier baromètre LPI-Seloger, publié il y a quelques jours.


Immobilier : le réseau Guy Hoquet évoque une année 2021 record

nullLe premier trimestre 2021 a confirmé, selon le réseau Guy Hoquet la résilience de l’immobilier face à la crise sanitaire. Les volumes de transactions sont quasiment historiques.


Selon Century 21, l’activité immobilière s’est accélérée au 1er trimestre

Century 21 a fait part, mercredi, de chiffres de ventes dépassant les niveaux enregistrés en 2019, année jusque-là considérée comme exceptionnelle.


« Le principe de réalité est en train de peser sur nous »

Henry Buzy-Cazaux est le président de l’Institut du management des services immobiliers (IMSI). Nous évoquons avec lui la remontée des taux et son impact sur le marché immobilier, ainsi que les autres éléments qui pourraient affecter ce dernier.


Hausse des prix de l’immobilier dans les départements de Rhône-Alpes

Les notaires de Rhône-Alpes ont fait état de leur note de conjoncture trimestrielle.


Immobilier: des prix en hausse à Lyon dans 8 arrondissements sur 9

Le dernier baromètre LPI-Seloger a fait part d’une accélération de la hausse des prix dans l’ancien.


A Lyon, des hausses de prix de 11,3% en 2020, selon LPI-Seloger

Selon le baromètre, le m² dans la capitale des Gaules atteint 5.707€ le m² en moyenne dans l’immobilier ancien, et flirte avec les 7.000€ le m² dans certains arrondissements.


Petite baisse des prix à Lyon, selon Meilleurs Agents

nullMeilleurs Agents a fait part de son baromètre national mensuel.