« Les données sont toutes, aujourd’hui, exhaustives »

Eric Verrax est le président du CECIM. Nous évoquons avec lui l’histoire de l’observatoire, et ses récentes évolutions.

Comment s’est créé le CECIM ?

Dans les années 65 à 70, la fédération nationale des promoteurs constructeurs réfléchit sur un problème de méventes. Or, il n’y a, à l’époque, pas de chiffres, tout est au doigt mouillé… Quand on veut en parler avec la municipalité, chacun a son avis, et on a pas d’élément. Ils vont donc créer un bureau de conjoncture au sein de la FNPC et ça tourne pendant quelques années, avec un homme remarquable, Georges Cotton. Et lorsque la FNPC va créer, avec la FNAIM et d’autres, le CECIM, on va nommer Georges Cotton président de celui-ci.

Il y a une longue période de rodage, au cours de laquelle on se demande quels éléments on demande. En revanche, dès le départ, les principes sont là, à savoir l’enquête auprès des adhérents, qui sont ceux de la fédération. Les adhérents donnent les informations et le CECIM rend les informations avec très peu de commentaires. C’est de la donnée brute très peu commentée, pas du tout interpolée.

Ce sont les premiers pas du CECIM dans les années 70… Comment va évoluer ensuite le CECIM ?

Ce qui va rester, c’est le système associatif, le système adhérents, données brutes, et le lien avec les promoteurs et la fédération. Ensuite, il y a quelques dates importantes jusqu’à aujourd’hui. A un moment donné, il va y avoir un rapprochement en termes de mesures avec la FNAIM Entreprises, pour connaître le marché de l’immobilier d’entreprise lyonnais et grand-lyonnais. Cela va se faire à plusieurs reprises, notamment à partir du début des années 2000, par un travail spécifique avec le Grand Lyon, pour connaître non seulement les flux, mais aussi le stock. Nous sommes le seul organisme, pour la FNAIM Entreprises, qui connaît le stock physique des bureaux, des locaux, des entrepôts logistiques.

La deuxième grande évolution, c’est le passage à l’informatique. Jusqu’à la fin des années 90, nous travaillions sur du papier millimétré… L’informatique a donc marqué un grand changement, tout comme l’arrivée de l’intranet, qui a permis aux professionnels de renvoyer directement leurs chiffres.

La troisième époque marquante a été la fin des années 2000, lorsque la fédération des promoteurs immobiliers a souhaité disposer, sur l’ensemble du territoire, d’observatoires. A partir de ce moment-là, une partie va être réalisée par Adéquation, une partie va être en lien avec la fédération nationale, notamment à Marseille et Nice, et une autre partie va être réalisée par le CECIM, notamment dans le quart nord-est de la France et le sillon alpin : Strasbourg, Lille, Besançon, Nancy, Reims, Dijon, Grenoble.

La dernière date assez importante, c’est en 2017. Lorsque je suis arrivé à la tête du CECIM, le principal reproche qui lui était fait était de ne pas être exhaustif. Nous sommes donc passés à l’exhaustivité : tous les territoires que nous observons, nous les faisons toujours à partir des adhérents - ce qui constitue à mon avis le socle le plus sécurisé d’information - mais nous le complétons avec le scraping, les information sur le permis, le téléphone.

Les données sont aujourd’hui exhaustives ?

Les données sont toutes, aujourd’hui, exhaustives. Nous avons mis en place l’exhaustivité en 2017, nous étions déjà exhaustifs en 2018, et on communique dessus en 2019.

Vous vous mettez donc en quelque sorte par ce biais à niveau par rapport aux autres observatoires…

En termes de méthodologie, c’est plutôt plus fort, parce que le fait d’être adhérent associatif crée un lien de fidélité, d’intégrité, que ne peut pas avoir un autre système. Les promoteurs en sont d’ailleurs conscients. 80% à 85% sont des chiffres adhérents. L’exhaustivité porte juste sur les 10 % à 15 % qui manquaient…

Vous travaillez également, pour la FNAIM, à la production de chiffres pour l’immobilier ancien. C’est une autre évolution ?

C’est une autre évolution, mais nous ne l’avons pas encore produite. Nous mettons en place l’observatoire et à partir de 2020, on devrait avoir des chiffres consacrés à l’immobilier ancien sur la Métropole de Lyon et Vienne.

L’objectif est d’avoir, sur ce territoire, des données fiables par secteur…

Oui, c’est ça. C’est le même système que celui utilisé pour les promoteurs. On peut ainsi tracer un périmètre, savoir ce qui s’est vendu, quand, combien, la surface et l’étage. Ça ne remplace pas le professionnel, et ça ne le remplacera sans doute jamais. Mais ça étaye et ça permet d’objectiver ce que celui-ci avait souvent compris.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


« De fortes disparités dans l’arc alpin »

Olivier Gallais est le président de la région Alpes de la fédération des promoteurs immobiliers (FPI).


De l’OFS à l’OFL, pour promouvoir l’offre de logements abordables

La proposition de loi portée Jean-Luc Lagleize a été adoptée en 1ère lecture jeudi à l’Assemblée nationale. Elle vise à élargir le principe des organismes de foncier solidaire à l’ensemble des logements grâce à la création d’offices fonciers libres.


Philippe Lansard, nouveau président de la FFB AURA


Le dirigeant va succéder à Gilles Courteix à la tête de la fédération française du bâtiment Auvergne-Rhône-Alpes.


Nouvelle baisse des mises en chantier de logements

Les logements mis en en construction reculent à la fois sur trois mois et sur un an, selon les dernières données du SDES. La baisse est particulièrement sensible en Auvergne-Rhône-Alpes.


« Les prix de production sont sous tension »

null
Hervé Simon est le président de la fédération des promoteurs immobiliers (FPI) en région lyonnaise. Nous évoquons avec lui les récents chiffres de l’observatoire de la FPI, qui faisaient à la fois état d’un rebond des mises en vente et d’une hausse des prix en région lyonnaise.


Capelli attend un chiffre d’affaires en croissance d’environ 30%

Le groupe a fait part ce mercredi d’une dynamique commerciale très soutenue, en ligne avec les nouveaux objectifs du Groupe à moyen terme.


VIlleurbanne: le groupe scolaire Berthelot rénové a été inauguré

La rénovation du groupe scolaire réalisée depuis 2014 a été inaugurée vendredi dernier par les élus de la Ville et l’inspecteur d’académie.


BTP : baisse des heures travaillées sur les chantiers du BTP au T2

Au deuxième trimestre, les heures totales travaillées sur les chantiers du BTP du deuxième trimestre 2019 sont en retrait de 3,3% par rapport à la même période de l’année dernière.


Petite baisse des ventes de logements neufs au troisième trimestre

null
Le SDES des ministères de la Cohésion des territoires et de la Transition écologique et solidaire, a publié ce vendredi son étude trimestrielle sur la commercialisation des logements neufs.


Net rebond des mises en vente dans la Métropole de Lyon

Malgré une forte hausse des mises en vente, les prix des logements neufs à Lyon s’avèrent être en hausse de 6%.


Le manque d’offre grippe le marché des logements neufs


Le nombre de logements en projet continue de baisser drastiquement en France, selon la FPI. Les prix de l’immobilier neuf continuent, eux, de progresser drastiquement, à Lyon comme au niveau national.
» Net rebond des mises en vente dans la Métropole de Lyon


La construction bois adoptée dans les lycées d’Auvergne-Rhône-Alpes

La vice-présidente de la Région était vendredi à Villefranche-sur-Saône aux côtés de Fibois 69 et de nombreux professionnels du secteur.


Un rapport de l’IGF et du CGEDD plaide pour une suppression du PTZ

La fédération française du bâtiment a immédiatement indiqué que les justifications mises en avant pour cette suppression relevaient d’un « véritable aveuglement ».


« Un rythme de construction d’une centaine de logements par an »


Paul Minssieux est maire de Brignais. Nous évoquons l’opération « Sakura », mais aussi la politique de l’habitat de cette ville de l’ouest lyonnais, avec son nouveau PLU.


Brignais: Vinci Immobilier et CDC Habitat ont récemment inauguré «Sakura»

Les deux acteurs de l’immobilier ont inauguré cette résidence de 36 logements sociaux développée dans cette commune située dans le département du Rhône.