« Les données sont toutes, aujourd’hui, exhaustives »

Eric Verrax est le président du CECIM. Nous évoquons avec lui l’histoire de l’observatoire, et ses récentes évolutions.

Comment s’est créé le CECIM ?

Dans les années 65 à 70, la fédération nationale des promoteurs constructeurs réfléchit sur un problème de méventes. Or, il n’y a, à l’époque, pas de chiffres, tout est au doigt mouillé… Quand on veut en parler avec la municipalité, chacun a son avis, et on a pas d’élément. Ils vont donc créer un bureau de conjoncture au sein de la FNPC et ça tourne pendant quelques années, avec un homme remarquable, Georges Cotton. Et lorsque la FNPC va créer, avec la FNAIM et d’autres, le CECIM, on va nommer Georges Cotton président de celui-ci.

Il y a une longue période de rodage, au cours de laquelle on se demande quels éléments on demande. En revanche, dès le départ, les principes sont là, à savoir l’enquête auprès des adhérents, qui sont ceux de la fédération. Les adhérents donnent les informations et le CECIM rend les informations avec très peu de commentaires. C’est de la donnée brute très peu commentée, pas du tout interpolée.

Ce sont les premiers pas du CECIM dans les années 70… Comment va évoluer ensuite le CECIM ?

Ce qui va rester, c’est le système associatif, le système adhérents, données brutes, et le lien avec les promoteurs et la fédération. Ensuite, il y a quelques dates importantes jusqu’à aujourd’hui. A un moment donné, il va y avoir un rapprochement en termes de mesures avec la FNAIM Entreprises, pour connaître le marché de l’immobilier d’entreprise lyonnais et grand-lyonnais. Cela va se faire à plusieurs reprises, notamment à partir du début des années 2000, par un travail spécifique avec le Grand Lyon, pour connaître non seulement les flux, mais aussi le stock. Nous sommes le seul organisme, pour la FNAIM Entreprises, qui connaît le stock physique des bureaux, des locaux, des entrepôts logistiques.

La deuxième grande évolution, c’est le passage à l’informatique. Jusqu’à la fin des années 90, nous travaillions sur du papier millimétré… L’informatique a donc marqué un grand changement, tout comme l’arrivée de l’intranet, qui a permis aux professionnels de renvoyer directement leurs chiffres.

La troisième époque marquante a été la fin des années 2000, lorsque la fédération des promoteurs immobiliers a souhaité disposer, sur l’ensemble du territoire, d’observatoires. A partir de ce moment-là, une partie va être réalisée par Adéquation, une partie va être en lien avec la fédération nationale, notamment à Marseille et Nice, et une autre partie va être réalisée par le CECIM, notamment dans le quart nord-est de la France et le sillon alpin : Strasbourg, Lille, Besançon, Nancy, Reims, Dijon, Grenoble.

La dernière date assez importante, c’est en 2017. Lorsque je suis arrivé à la tête du CECIM, le principal reproche qui lui était fait était de ne pas être exhaustif. Nous sommes donc passés à l’exhaustivité : tous les territoires que nous observons, nous les faisons toujours à partir des adhérents - ce qui constitue à mon avis le socle le plus sécurisé d’information - mais nous le complétons avec le scraping, les information sur le permis, le téléphone.

Les données sont aujourd’hui exhaustives ?

Les données sont toutes, aujourd’hui, exhaustives. Nous avons mis en place l’exhaustivité en 2017, nous étions déjà exhaustifs en 2018, et on communique dessus en 2019.

Vous vous mettez donc en quelque sorte par ce biais à niveau par rapport aux autres observatoires…

En termes de méthodologie, c’est plutôt plus fort, parce que le fait d’être adhérent associatif crée un lien de fidélité, d’intégrité, que ne peut pas avoir un autre système. Les promoteurs en sont d’ailleurs conscients. 80% à 85% sont des chiffres adhérents. L’exhaustivité porte juste sur les 10 % à 15 % qui manquaient…

Vous travaillez également, pour la FNAIM, à la production de chiffres pour l’immobilier ancien. C’est une autre évolution ?

C’est une autre évolution, mais nous ne l’avons pas encore produite. Nous mettons en place l’observatoire et à partir de 2020, on devrait avoir des chiffres consacrés à l’immobilier ancien sur la Métropole de Lyon et Vienne.

L’objectif est d’avoir, sur ce territoire, des données fiables par secteur…

Oui, c’est ça. C’est le même système que celui utilisé pour les promoteurs. On peut ainsi tracer un périmètre, savoir ce qui s’est vendu, quand, combien, la surface et l’étage. Ça ne remplace pas le professionnel, et ça ne le remplacera sans doute jamais. Mais ça étaye et ça permet d’objectiver ce que celui-ci avait souvent compris.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon 7 : les travaux du futur campus d’EMLyon démarrent

nullCogedim Grand Lyon a annoncé le démarrage des travaux de ce site, situé dans le quartier de Gerland.


Un appel à projets pour l’industrie du bois de construction

La ministre chargée du logement, Emmanuelle Wargon, a lancé un appel à projets doté de 50 millions d’euros pour l’«industrialisation de produits et systèmes constructifs bois et autres biosourcés».


L’OPCO de la construction en suspens

La décision du tribunal administratif de Paris du 29 juin a annulé l’arrêté d’agrément de Constructys, l’opérateur de compétences de la construction. La FFB réaffirme être en faveur d’un OPCO.


«Le Moulin » a été inauguré dans le 7e arrondissement de Lyon


Cette coopérative d’habitants avait repris il y a six ans un projet initié en 2009. Cet immeuble de 6 logements a été inauguré en amont des rencontres nationales de l’habitat participatif.


L’habitat participatif a tenu ses rencontres à Lyon

null
Lyon accueillait en fin de semaine les rencontres nationales de l’habitat participatif. L’occasion pour les élus de faire un point sur le développement de ce type d’habitat en France et dans la Métropole.


Les 6èmes rencontres nationales de l’habitat participatif ont ouvert à Lyon

Celles-ci se tiennent sur 4 jours, du 8 au 11 Juillet 2021.


Cogedim Grand Lyon vend un immeuble de 6.000 m² à Villeurbanne

Le promoteur a officialisé la vente en VEFA au SYTRAL d’un immeuble de bureau de 6.000 m².


La FPI veut promouvoir l’acte de construire


La fédération des promoteurs immobiliers organisait ce mardi sa conférence de presse trimestrielle, au cours de laquelle Pascal Boulanger, nouveau président de l’organisation, a dévoilé les enjeux de son mandat.


Amélioration sur le front de la construction de logements

Le service des données des études statistiques (SDES) du ministère de la Transition écologique a fait part ce mardi de ses statistiques mensuelles.


Karine Druguet, nouvelle présidente des « Groupes femmes » de la FFB AURA

Ces groupes visent à intégrer les femmes dans l’organisation professionnelle, et favoriser la féminisation des métiers et de la profession.


Des besoins de main-d’œuvre chez les géomètres-experts

L ’Ordre des géomètres-experts a communiqué ce jour sur l’enquête annuelle « besoins en main-d’œuvre » de Pôle Emploi, qui pointe les besoins de recrutement de la filière.


Le climat des affaires et l’opinion des entrepreneurs du bâtiment s’améliorent

nullL’INSEE a fait part ce matin de son indicateur sur le climat des affaires, et de son enquête de conjoncture dans l’industrie du bâtiment.


La FPI et la SBA créent le « Urban eLab »

Ce « think et do tank » sera présenté lors de Bimworld le 23 juin prochain.


Villeurbanne : la Métropole dévoile ses ambitions pour le quartier Gratte-Ciel


Préalablement à la réunion publique organisée en visioconférence ce jeudi, une visite du site était organisée ce mardi pour présenter les nouvelles orientations prises au sein de cette ZAC


La FFB et la ministre chargée du logement satisfaites du succès de Maprimerénov’

nullEmmanuelle Wargon a, lors du congrès national de la FFB, évoqué les derniers chiffres très positifs du dispositif, et les ambitions du gouvernement en matière de rénovation. Elle a également appelé qu’un nouvel accompagnement allait arriver en 2022.