Universités de Lyon et Saint-Etienne: Perdriau demande du temps pour la fusion

Le maire de Saint-Etienne et président de la Métropole veut prendre « un peu de temps », afin de dissiper certaines inquiétudes. Selon lui, il est indispensable de surseoir à l’adoption de la fusion.

Gaël Perdriau, le maire de Saint-Etienne et président de Saint-Etienne Métropole, a adressé un courrier aux présidents des universités de Saint-Etienne et Lyon, Michèle Cottier et Khaled Bouabdallah, afin de leur indiquer qu’il était en l'état actuel, indispensable de surseoir à l’adoption de la fusion des universités.

Le maire note que l'Université de Saint-Etienne constitue un atout majeur du développement territorial de la métropole stéphanoise. « La qualité de ses enseignements, ainsi que sa variété, permettent d'attirer, chaque année, de plus en plus d'étudiants, aujourd’hui au nombre de 26.000 », constate l’élu. « Elle constitue aussi, pour l'ensemble des acteurs socio-économiques privés et publics, un véritable pôle d'excellence avec lequel ils ont développé, au fil du temps, des liens de collaboration forts et vivaces », souligne-t-il.

L'IDEX, opportunité majeure

Selon lui, le projet IDEX présente pour elle une opportunité majeure, celle de donner naissance à un pôle universitaire de niveau mondial, clairement identifié, offrant une gamme étendue de formations.

« Vous avez pu mesurer, dans ce contexte, tout le soutien de Saint-Etienne Métropole quant à la création de l’université cible qu’il prévoit, et je vous suis reconnaissant d'avoir tout mis tout en œuvre pour construire ce projet avec l'ensemble des acteurs concernés. Aujourd'hui, nous entrons dans une phase de finalisation qui vient clore ce long processus où les services de tous les établissements d'enseignement supérieur, ont été mis à contribution afin de permettre aux décideurs que nous sommes d'éclairer nos choix ».

Il note en outre que le conseil d'administration de l’Université Jean Monnet programmé le 16 décembre prochain « revêt, à ce titre, une importance extrême », car il lui appartiendra d'entériner les statuts de la future structure qui devra coordonner les efforts des universités Lyon I et Lyon III ainsi que de l'Ecole Normale Supérieure de Lyon et, bien entendu, de l'Université Jean Monnet.

« A ce sujet, j'ai pris connaissance du projet de statuts que vous avez élaboré et qui servira de support aux échanges. Je souhaite réagir à la méthodologie employée qui n'a pas offert, d'après mes informations, toutes les chances aux collectivités locales de débattre du projet de texte. De ce processus, à mon sens quelque peu tronqué, découlent de nombreuses interrogations que je souhaite partager avec vous. Ainsi, le document d’orientation stratégique, qui a servi de base pour la rédaction des statuts, prévoit en particulier en son livre 1 que ‘l‘organisation en campus à Saint-Etienne permet de prendre en compte les spécificités du territoire de Saint-Etienne et notamment (…) la contribution majeure des formations de niveau master et des forces de recherche bien identifiées au développement économique local’. Or, le projet de statuts ne fait qu’indiquer, en son article 24, que ‘l’ensemble des pôles de formation et de recherche et l’école universitaire de premier cycle se déploient sur le campus’ », note Gaël Perdriau.

Les formations pour l'obtention d'un Master ou d'un Doctorat "essentielles"

Les formations conduisant à l'obtention d'un Master ou d'un Doctorat étant selon lui essentielles pour l'avenir économique et l’attractivité du territoire stéphanois, tout comme pour assurer une égalité d’accès pour tous à ces diplômes, il lui paraît fondamental de mentionner très clairement, dans le chapitre spécifique des statuts consacré à Saint-Etienne, « l'engagement de préserver cette offre d'enseignement supérieur ainsi que les liens qu'elle a tissés, au fil du temps, avec les acteurs socio-économiques locaux des secteurs privé et public».

En outre, le maire de Saint-Étienne souhaite que la fusion des universités des deux territoires se traduise dans le nom de l’Université. « Le nom de la future entité doit clairement faire apparaître les deux villes qui s’inscrivent dans le projet. A l'heure où nous souhaitons construire, avec M. David Kimelfeld, autant de ponts que nécessaires entre nos deux métropoles, au sein du vaste Pôle Métropolitain, l'absence de toute référence à la ville de ‘Saint-Etienne’ me semble être un très mauvais signal délivré à l'ensemble des partenaires extérieurs de notre aire métropolitaine ».

Il attire en outre l’attention des présidents sur « l'impérieuse nécessité » de veiller à une représentativité « aussi équitable que possible dans toutes les instances dirigeantes du projet afin que chacun puisse faire entendre les spécificités de son territoire et soit assuré de les voir analysées et intégrées dans les processus de décision ».

En l’état actuel des choses, il est selon lui « indispensable, en conclusion, de surseoir à son adoption car trop de questions sont encore à résoudre. La sagesse réclame que l'on prenne encore un peu de temps afin de construire, ensemble, les réponses concrètes qui permettront de dissiper ces inquiétudes, et à défaut desquelles il est à craindre que la Ville de Saint-Etienne et Saint-Etienne Métropole soient dans l'incapacité de l’adopter (…) ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Villeurbanne : un village d’insertion et des bains douches

Ceux-ci sont situées dans l’enceinte du stade Georges-Lyvet.


Vers une prochaine réouverture du tunnel Vivier-Merle

De premiers test de sécurité vont être effectués avant cette réouverture.


La droite lyonnaise veut davantage travailler avec les territoires voisins

Les candidats à la mairie de Lyon et à la Métropole de Lyon, Etienne Blanc et François-Noël Buffet, organisaient mardi une conférence de presse en présence de plusieurs présidents de départements voisins.


Techlid voit se déployer l’offre de transport à la demande dynamique

Cette expérimentation avait déjà été réalisé dans les secteurs Mi-Plaine et Vallée de la Chimie


La passerelle de la Paix réouverte aux piétons et modes doux


Cette passerelle, qui relie le quartier Saint-Clair de Caluire-et-Cuire à la Cité internationale, avait été interdite au cheminement des cyclistes sur la partie haute pour y réaliser des travaux.


110.000 logements sociaux agréés en 2019

Le ministère du logement a officialisé vendredi les chiffres de production de logements sociaux financés au cours de l’année dernière.


La Région s’engage à construire un lycée à Caluire-et-Cuire

Laurent Wauquiez et Béatrice Berthoux ont officialisé cette création ce jeudi.


CFA de la gastronomie : Auvergne-Rhône-Alpes investit 5 millions d’euros

Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, et Christian Têtedoie, chef étoilé, organisaient lundi une conférence de presse pour évoquer ce futur centre de formation des apprentis.


Vincent Ego, nouveau directeur général de Cogedim

Celui-ci sera sous la responsabilité de Philippe Jossé, président de Cogedim et du pôle logement du Groupe Altarea Cogedim.


Importante hausse de fréquentation pour le Sytral en 2019


La cérémonie des vœux du Sytral se déroulait vendredi en présence du président de la Métropole de Lyon, David Kimelfeld et la présidente du Sytral, Fouziya Bouzerda.


Annecy, ville la plus peuplée de Haute-Savoie

Avec une population municipale de 126.924 habitants, la ville devance nombre de villes du Genevois, comme Annemasse. La Chablais et la vallée de l’Arve font partie des secteurs les plus peuplés.


e-Vélo’v, le Vélo’v à assistance électrique, a été présenté à Lyon


JCDecaux et la Métropole de Lyon ont présenté ce mercredi en avant-première le service e-Vélo’v et les nouveaux Vélo’v hybrides associés.


Un objectif de 136.000 logements rénovés pour l’ANAH

La cérémonie des vœux de l’Anah avait lieu ce mardi.


Une part des familles recomposée de 8% en Auvergne-Rhône-Alpes

L’INSEE a présenté il y a quelques jours le recensement sur les structures familiales dans la région.


UBS Immobilier France acquiert « Open 6 »

L’acquisition a été réalisée pour le compte du fonds italien UBS-ZIREF.