Comment les rivières ont accompagné l’essor industriel de Tarare

FRANCHIR LA BERGE – L’essor de l’industrie dans cette petite ville de l’ouest rhodanien a été permis par l’exploitation des rivières la traversant.

L’eau est intimement liée à l’essor de Tarare, une petite ville de l’ouest rhodanien qui a su, pour se développer, exploiter au mieux ses rivières. L’industrialisation de la petite ville a en effet débuté il y un peu plus de deux siècles. D’un peu plus de 2.000 habitants au début du 19ème siècle, la population de Tarare a, en l’espace de quelques décennies, été multipliée par 8 pour atteindre près de 16.000 habitants dans le courant du Second Empire. L’essor de la cité est tout d’abord lié à l’introduction du travail de la mousseline par Georges-Antoine Simonet à Tarare au cours du 18ème siècle. Celle-ci y est fabriquée pour la première fois industriellement en 1750. Se développe par la suite, dans le courant du 19ème siècle, la fabrication de velours et peluches, sous l’impulsion notable d’industriels, comme Jean-Baptiste Martin. Le textile sera l’industrie majeure de la ville au siècle dernier, avec comme spécialités le voile et le rideau.

Le bâtiment des teintureries, qui accueille désormais la brasserie du Ninkasi

(DR)

Une industrie favorisée par les rivières

L’industrie textile a été, à Tarare, favorisée par la présence de deux rivières, le Taret et la Turdine, dont la qualité de l’eau a été l’un des facteurs de son développement. «Nous sommes sur des terrains plutôt granitiques. C’est une eau assez pure, peu calcaire, qui a intéressé les teinturiers, les ennoblisseurs, et c’est de là que s’est développé le tissage, puisqu’il fallait aussi laver les écrus... », explique Alain Servan, adjoint au maire de Tarare délégué à l’urbanisme, qui rappelle que le développement de l’industrie a aussi été favorisé par la construction, dès le début du 20ème siècle, du barrage de Joux, lequel a permis de disposer d’une réserve d’eau importante pour l’industrie textile.

Le barrage de Joux

Si ces deux rivières ont, à l’époque de la première révolution industrielle et de la machine à vapeur, largement contribué à l’essor économique de la ville, celles-ci sont pourtant peu visibles. Elles ont en effet été, au cours du 20ème siècle, recouvertes afin de favoriser la circulation automobile au coeur de vallées relativement étroites. Les rivières s’écoulaient pour l’une le long de l’actuelle rue Pêcherie, et pour l’autre en lieu et place des boulevards Lamartine et Voltaire. Leur confluent est lui aussi couvert, et toutes deux ont progressivement disparu du paysage tararien. « On utilise techniquement cette rivière, mais on l’a fait disparaître », note Eric Pierron, architecte conseil au CAUE.

Nouvelle visibilité

Mais avec la disparition des anciennes industries textiles, et la rénovation de la ville, la volonté de la ville a toutefois été, ces dernières années, de mieux valoriser ces cours d’eau en leur redonnant une certaine visibilité. Le Taret est ainsi de nouveau visible à proximité des nouvelles Halles. La Turdine est, elle, visible en aval du bâtiment des Teintureries rénové il y a quelques années (où se trouve le Ninkasi), ainsi qu’en amont de la ville, côté ouest. «Nous sommes en train d’aménager toute la rive, sur toute la zone ouest qui est en phase de reconstruction », souligne Alain Servan.

Le syndicat de rivière travaille actuellement, en liaison avec la communauté d'agglomération de l'Ouest Rhodanien (COR), sur le lit de la Turdine, afin de réguler un peu son débit, explique l’élu. Sera à terme réalisé un aménagement paysager en bord de rivière, accessible au public. « Le but est d’aller du barrage au centre-ville sur un espace agréable et visible », explique-t-il.

La friche des teintureries Thivel en 2018, à l'ouest de Tarare, sur laquelle ont actuellement cours des travaux. Derrière celle-ci, coule la Turdine, dont les berges seront aménagées (SDH/LPI)

Pour l’heure, la qualité de l’eau continue d’être un vecteur du développement industriel de Tarare. Le Ninkasi y a installé depuis 2012 sa fabrique de bière et sa distillerie, l’eau de la Turdine provenant du barrage de Joux étant jugée par l’entreprise « parfaite pour le brassage et la distillation ». Après la bière, l’entreprise y développe du whisky. L’eau participe ainsi, d’une certaine façon, au renouvellement urbain de la ville.

» EVENEMENT PARTENAIRE : le CAUE organise l'exposition "Franchir la berge"






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La nouvelle vision du maire de Lyon pour la Part-Dieu

null
À l’occasion de l’inauguration d’«Orange Lumière», Grégory Doucet, maire de Lyon et président de la SPL Lyon Part-Dieu, a présenté le nouveau cap qu’il entend insuffler pour ce quartier.


Confluence: Rue Royale / Petitdidierprioux désignés lauréats de l’îlot ICF


Au nord du quartier, non loin de Perrache, le binôme lyonnais Rue Royale et Petitdidierprioux ont été désignés lauréats de l’îlot ICF Habitat Sud-Est Méditerranée.


Bruno Bernard a rencontré Jean Castex ce jeudi

Le président de la Métropole a rencontré ce jeudi le Premier ministre, en présence de Grégory Doucet, le maire de Lyon pour évoquer la crise sanitaire. Ce vendredi, il rencontrera le maire de Saint-Étienne, Gaël Perdriau.


Politique de la ville : hausse de 46 millions d’euros des moyens en 2021

Le projet de loi de finances pour 2021 se traduit par une hausse des moyens pour la politique de la ville.


Renaud Payre, nouveau président de l’OFS métropolitain

Le vice-président de la Métropole de Lyon délégué à l’habitat, au logement social et à la politique de la ville, a été élu ce lundi président de l’organisme de foncier solidaire métropolitain.


«Il y aura un plan piéton métropolitain»


Bruno Bernard est le président de la Métropole de Lyon. Nous évoquons avec lui l’opération de pétionisation « la voie est libre », organisée ce week-end à Lyon et Villeurbanne.


Et Perrache s’ouvrit au sud…


Le pavillon sud de la gare de Perrache, qui permet un accès direct aux quais par la place des archives, a été inauguré ce mardi.


Villeurbanne veut l’encadrement des loyers au 1er janvier

null
Cédric Van Styvendael, maire de Villeurbanne, organisait ce jeudi une conférence de presse durant laquelle il a évoqué diverses thématiques.


«Suivant les époques, on a associé la ville au végétal ou on l’a dissociée»


Frédéric Ségur est responsable ingénierie et prospective du patrimoine végétal de la Métropole de Lyon. Nous évoquons avec lui l’exposition « La ville-forêt. Vers une nouvelle culture urbaine », présentée au CAUE


Steel, un nouveau pôle commercial, a ouvert à Saint-Étienne

Après plusieurs mois de report en raison de la Covid, l’inauguration de ce centre commercial majeur de l’entrée Est de la ville a été réalisée ce mercredi.


Le NPNRU Minguettes-Clochettes, ligne forte du mandat à Vénissieux

Michèle Picard, maire de Vénissieux et vice-présidente de la Métropole de Lyon, organisait vendredi dernier sa conférence de presse.


L’Europe retient l’offre d’un consortium piloté la SPL Lyon Confluence

La Commission Européenne a retenu l’offre du consortium Scale, coordonné par la SPL. Il s’agit du plus gros réseau de villes européennes engagées dans la lutte contre le réchauffement climatique.


Hélène Geoffroy, nouvelle présidente de la SERL


Le conseil d’administration du groupe SERL s’est réuni ce lundi. Les administrateurs, dont certains sont des nouveaux administrateurs représentant la Métropole de Lyon, ont élu la nouvelle présidente de la structure.


Projet de salle Aréna à Décines-Charpieu : la concertation continue

Des sessions de visites de terrain sont organisées ce samedi 12 septembre.


Décès de Pascal Garrido, ancien président d’Epures

L’ancien maire de la Talaudière et ancien président de l’agence d’urbanisme stéphanoise est décédé, à l’âge de 76 ans.