BTP Rhône et Métropole exprime ses craintes pour 2020

Si l’activité demeure à un bon niveau en cette fin 2019, la fédération BTP du Rhône organisait vendredi une conférence de presse afin d’alerter sur un essoufflement possible de l’activité en 2020.

La fédération BTP Rhône et Métropole organisait vendredi une conférence de presse afin d’alerter sur un essoufflement possible de l’activité en 2020. Pour ce qui concerne la fin 2019, l’activité reste selon elle, « encore à un bon niveau ». Mais « des signes d’essoufflement s’accumulent », nuance-t-elle.

L’organisation exprime notamment une certaine anxiété vis-à-vis des élections à venir, en indiquant que ces années d’élections ne sont traditionnellement pas les années les plus favorables pour le secteur. « La fédération peut confirmer que 2020 ne dérogera pas à cette règle compte tenu de l’évolution des indicateurs les plus importants pour le BTP. Elle s’interroge et travaille désormais pour les deux années à venir.»

Le logement avait jusqu’ici porté l’activité du bâtiment pendant ces dernières années, tandis que l’investissement public local avait été, quant à lui, « le principal pourvoyeur d’activité pour les travaux publics ». Mais dans l’un comme dans l’autre cas, « ces deux marchés sont désormais orientés à la baisse et ce, pour une période qui s’annonce assez longue », note l’organisation.

Le marché du logement mal orienté

Elle a notamment rappelé que le logement avait amorcé sa décroissance depuis déjà de nombreux mois, pour des raisons imputables à la politique du logement et à l’adoption du PLU-H, qui avait différé la délivrance de nombreuses autorisations. « Aujourd’hui, en termes de commercialisation, les réservations continuent de plonger avec une grande régularité mettant en évidence l’insuffisance de l’offre à la vente et l’actuelle pénurie de logements neufs », s’inquiète BTP Rhône et Métropole, qui souligne que les autorisations suivent parallèlement la même tendance.»

Ceci montre selon la fédération qu’un rebond de la production n’est pas à attendre dans les prochains mois, malgré un léger regain des mises en vente probablement lié à l’adoption du PLU-H en juin dernier. « La question est désormais de savoir quand l’application du nouveau règlement d’urbanisme aura un impact sur les autorisations et la commercialisation de nouveaux programmes ».

L’organisation rappelle que l’objectif de production du PLU-H est fixé à 8.500 logements par an et qu’il est projeté d’accueillir annuellement 15.000 nouveaux métropolitains. « Nous sommes donc très éloignés de cet objectif et l’écart entre l’offre et le besoin n’est pas près d’être comblé. Il est probable que ces nouveaux arrivants chercheront à s’implanter de plus en plus loin du cœur de l’agglomération dans la mesure où le marché de l’ancien est également sous tension tout comme le marché locatif », déplore BTP Rhône et Métropole.

Atterrissage attendu de l’investissement public local, mais des points positifs

Concernant l’investissement public local, elle prévoit par ailleurs « un atterrissage programmé ». Selon la fédération, « il était attendu avec la proximité des élections municipales et métropolitaines qu’un freinage s’opère. Il se manifeste déjà par un recul des autorisations des surfaces annonciateur d’un creux attendu avec la mise en place des nouvelles équipes dans les collectivités. Il se traduit d’ores et déjà par une baisse des consultations pour les Travaux Publics.»

Elle note toutefois quelques points positifs, comme la bonne tenue du secteur tertiaire, qui reste encore dynamique, même si les autorisations fléchissent présageant à terme d’une baisse des surfaces réalisées. La rénovation, quant à elle, « reste dans l’ensemble relativement stable, mais également très tributaire des mesures gouvernementales ».

La fédération s’inquiète surtout, sur le front des travaux publics, de l’absence de perspectives en matière de grands projets d’infrastructures. Elle constate ainsi « la quasi disparition des grands projets d’infrastructures en dehors des projets en matière de transports en commun pour les années à venir alors que les besoins sont bien présents notamment dans le domaine routier ». Selon elle, il faudra bien trouver des alternatives au déclassement de l’A6-A7, mais aussi un élargissement de la Rocade Est, ainsi que l’amélioration de ses connexions. « Travailler sur le contournement de Lyon par l’Est est également une nécessité pour le trafic de transit mais s’inscrit dans un horizon plus lointain », ajoute l’organisation.

Difficultés en matière d’emploi

La fédération rappelle un certain dynamisme en matière d’emploi de la part du secteur du BTP. Le seuil des 50 000 salariés a été franchi dans la circonscription départementale. Mais cette situation se double d’un paradoxe. Le secteur aura rarement eu, selon lui, autant de difficultés à recruter. « Le constat est unanime pour les entrepreneurs tous métiers confondus et interpelle dans la perspective d’une reprise de l’activité. C’est pourquoi, la profession est mobilisée pour travailler sur l’image des métiers et pour la promotion de l’apprentissage. Une démarche, qui s’inscrit dans la durée. Lorsqu’il faudra augmenter les capacités de production, les entreprises risquent de ne pas savoir faire, compte tenu de l’évolution de la pyramide des âges », déplore l’organisation.

Lisser la commande publique

BTP Rhône et Métropole regrette que la création de la Métropole de Lyon ait fortement retardé pendant ce mandat l’exécution de la Programmation Pluriannuelle d’Investissement (PPI). Si elle indique comprendre que le lancement des principaux projets de la mandature ne puisse pas se faire immédiatement, elle souhaite un lissage de la commande publique en pensant entretien, gestion du patrimoine et renouvellement, comme en matière de réseaux, d’eau potable, d’assainissement, de voiries ou encore les ouvrage d’art.

En début de mandat, la fédération suggère que ces travaux puissent prendre le relais avant la réalisation de projets plus importants. D’ailleurs, certains d’entre eux ne pourront plus se réaliser sur un seul mandat, compte tenu de la proportion prise par les temps d’études, de concertation et d’autorisation inhérents à leur réalisation. C’est pourquoi, leur réalisation ne sera envisageable que sur deux mandats et plus parfois.

En conclusion, la fédération BTP Rhône et Métropole « milite pour une plus grande permanence de l’action publique, qui permette d’inscrire certains projets dans le ‘marbre’ et d’éviter des remises en cause coûteuses et parfois dommageables à l’intérêt général ». Il est, selon elle, important de vouloir entreprendre, c’est-à-dire de commencer certains projets même modestement, s’ils apparaissent comme bénéfiques. Cela s’avère particulièrement vrai en matière d’infrastructures où le risque existe de déplorer que ‘rien n’a été fait’ ou que la réponse apportée soit ‘nous n’avons pas les moyens’. Cela est primordial en matière de mobilité où nous voyons bien que la demande des usagers est de plus en plus pressante et que les équipements envisagés s’inscrivent dans un temps qui dépasse celui de l’élu ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Pose de la première pierre d’un lycée à Gerland


Les vice-présidents de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Etienne Blanc et Béatrice Berthoux, ont réalisé cette pose de 1ère pierre ce jeudi dans ce quartier du 7ème arrondissement de Lyon.


Capelli : accélération de la croissance au 3ème trimestre

Le promoteur immobilier a publié mercredi le chiffre d’affaires du 3ème trimestre de son exercice 2019/2020.


L’enjeu du renouvellement de l’offre immobilière neuve

L’un des enjeux de l’année 2020 en matière d’immobilier neuf dans la Métropole de Lyon sera la capacité de renouvellement de l’offre disponible.


Immobilier neuf : moins de réservations et des prix en hausse à Lyon


Le CECIM et les fédérations de promoteurs et de constructeurs présentaient vendredi leur bilan en matière d’immobilier neuf en 2019.


Le BTP présent au Mondial des Métiers

Le Mondial des Métiers a lieu du 6 au 9 février à Lyon-Eurexpo.


Fin d’année en demi-teinte pour l’artisanat du bâtiment dans la région

La CAPEB Auvergne-Rhône-Alpes a fait part ce mardi de son point de conjoncture trimestriel.


La construction aura de nouveau reculé en 2019

Après un fort repli en 2018, les mises en chantier de logements ont de nouveau reculé l’an dernier, mais de façon moins marquée qu’en 2018.


La SERL a injecté 165 millions d’euros dans l’économie en 2019

null
La société d’économie mixte organisait mardi dernier sa traditionnelle cérémonie de vœux en présence d’élus et de nombreux professionnels du secteur.


La demande de logements neufs s’améliore toujours selon les promoteurs

Selon l’enquête trimestrielle dans la promotion immobilière réalisée par l’INSEE, l’opinion des promoteurs sur la demande continue de s’améliorer.


Worldskills 2023 : le comité de coordination est créé


La création de ce comité nommé « Génération Lyon 2023 » a été réalisée mercredi à l’occasion du lancement du compte à rebours de ces olympiades des métiers. Les sélections régionales se dérouleront ce trimestre.


Artisanat du bâtiment : ralentissement au 4e trimestre

La CAPEB a publié ce vendredi sa note de conjoncture sur le trimestre écoulé au niveau national. L’artisanat du bâtiment affiche une croissance annuelle de 1,5%. 2020 pourrait être encore moins dynamique.


Bérengère Servat nommée DG des entités CIS Promotion et CIS Habitat

Elle est, depuis début janvier, la nouvelle directrice générale des deux entités.


Collomb se targue d’être « le seul à défendre l’Anneau des sciences »


Le maire de Lyon et candidat à la présidence de la Métropole passait ce mercredi son grand oral devant les acteurs du BTP : BTP Rhône, mais aussi la FFB et la FPI.


Le site d’Orange Dauphiné vit ses dernières heures

La restructuration immobilière d’Orange en région lyonnaise avance. Tandis que de nombreuses équipes ont déjà rejoint l’immeuble Sky 56, le nouveau quartier général Lacassagne, avec ses 25.000 m², sera mis en service en 2020, entraînant la restructuration des anciens sites comme celui de la rue du Dauphiné par exemple.


Les mises en chantier de logements toujours en repli

Les dernières données du SDES montrent une baisse des mises en chantier sur un an, malgré un rebond des permis observé sur trois mois.