Cafpi alerte sur la baisse de la part des primo-accédants

Cette part est en forte baisse selon l'intermédiaire en crédit.

Cafpi avertit une fois de plus sur le changement de profil des accédants à la propriété. En avril, cette s’est révélée être en forte baisse, à 62% de sa clientèle contre 67% en début d’année. Et selon l’intermédiaire, « cette baisse est un effet direct des recommandations du HCSF qui a durcit les conditions d’accès au crédit immobilier, excluant du crédit certains profils plus fragiles ».

Concernant la population des primo-accédants, l’emprunt moyen reste pour sa part stable en avril par rapport au mois précédent. « Alors qu’en mars les primo-accédants empruntaient en moyenne 227.200 € sur 282 mois, pour un effort consenti de 5,64 années de revenus, en avril le montant moyen emprunté est passé à 227.900 € sur 283 mois pour un effort consenti de 5,62 années de revenus.

Pour les autres accédants, on observe sur le même mois une légère baisse du montant moyen de l’emprunt – associée à un rallongement de la durée d’emprunt – à 351.500 € sur 271 mois pour un effort consenti de 6,55 années de revenus, contre 369.700 € sur 262 mois en mars pour un effort de 6,70 années de revenus.

Taux en hausse

Cafpi a par ailleurs fait part de taux plutôt en hausse en mai. Les meilleurs taux affichés par les banques sont de 0,59% sur 10 ans, 0,81% sur 15 ans, 0,91% sur 20 ans et 1,20% sur 25 ans et sont en nette hausse par rapport aux taux affichés par les banques en début d’année (0,46% sur 10 ans, 1,65% sur 15 ans, 0,77% sur 20 ans et 0,95% sur 25 ans). « Certes les taux sont en hausse par rapport à 2019 et au 1er trimestre 2020, mais celle-ci est contrôlée et ne devrait pas se poursuivre. Nous devrions arriver à un niveau de taux stable qui permettra aux emprunteurs de poursuivre leurs projets », explique Philippe Taboret dans une analyse.

Si les banques et courtiers ont été « sonnés » durant les premières semaines de la crise sanitaire, l’ensemble de la profession s’est remis en ordre de marche depuis début avril pour éviter au marché de s’écrouler. « Par exemple chez CAFPI, la gestion des dossiers en cours se fait presque normalement et 100% des dossiers avancent, même si le temps de réalisation est allongé. Même le montage des nouveaux dossiers est reparti et la plupart des banques acceptent désormais d’étudier les nouveaux dossiers, même si le contexte actuel freine l’activité avec par exemple l’impossibilité de visiter les biens ou les difficultés pour signer les promesses de ventes, poussant les acquéreurs à repousser leurs projets », note Philippe Taboret.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Crédit immobilier : pour Capfi, les taux devraient rester bas

Selon l’intermédiaire, les taux pratiqués en février chez Cafpi ont été stables.


«On est loin d’une remontée généralisée»

Sandrine Allonier est directrice de la communication et porte-parole de Vousfinancer. Nous évoquons avec elle la remontée des taux des emprunts d’État et son impact sur les taux de crédit immobilier.


Nouvelle baisse des taux de crédit immobilier en février

L’observatoire CSA/Crédit Logement a fait état d’une baisse du taux moyen en février. Celui-ci revient à proximité de ses niveaux les plus bas observés à fin 2019/début 2020. Mais des hausses sont déjà observées en mars, selon Emprunt Direct.


Crédit immobilier : les taux en nette baisse en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon Emprunt Direct, les banques ont fait part de baisses de l’ordre de 5 à 25 points de base.


Avec le Smic, un pouvoir d’achat immobilier de 21 m² à Lyon et de 97 m² à Saint-Étienne


Le réseau de courtiers en crédit immobilier Vousfinancer a calculé les possibilités d’achat avec le salaire minimum dans 20 villes de France.


2021 commence avec des taux de crédit immobilier en baisse

C’est ce qu’ont indiqué plusieurs courtiers, dont Empruntis, Vousfinancer et Emprunt Direct.


Soulagement des professionnels après les inflexions du HCSF

La FNAIM, la FFB, et les courtiers en crédits immobiliers ont salué les inflexions dans les recommandations adressées aux banques.


Crédit immobilier : le HCSF lâche du lest

Le Haut Conseil de stabilité financière a décidé d’assouplir une partie des recommandations qu’il avait émises il y a un an.


Front uni des acteurs de l’immobilier avant la réunion du HCSF

En amont de la réunion du Haut Conseil de stabilité financière, les principales fédération ont écrit une lette ouverte aux cabinets de Bruno Le Maire et d’Emmanuelle Wargon, de la DGT, de l’ACPR et du HCSF.


Chute de la part des primo-accédants, selon Cafpi

Le courtier en crédit immobilier a fait part des dernières tendances sur l’évolution de sa clientèle.


Assurance emprunteur : la résiliation infra-annuelle attendra


Le Conseil constitutionnel a retoqué ce qui avait été voté fin octobre.


Malgré un net rebond, les acteurs du crédit à l’habitat inquiets pour la production

La production mensuelle, corrigée des variations saisonnières, de crédits à l’habitat s’est élevée à 23,4 milliards d’euros.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


Taux de crédit immobilier : pas de changement en Auvergne-Rhône-Alpes

C’est ce qu’a indiqué Emprunt Direct dans son dernier baromètre régional.


Des taux de crédit immobilier stables en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon Emprunt Direct, les taux n’ont pas bougé en cette rentrée par rapport à la période estivale. Dans les prochains mois, les taux d’usure vont remonter, ce qui pourrait améliorer le financement des emprunteurs modestes.