Cafpi alerte sur la baisse de la part des primo-accédants

Cette part est en forte baisse selon l'intermédiaire en crédit.

Cafpi avertit une fois de plus sur le changement de profil des accédants à la propriété. En avril, cette s’est révélée être en forte baisse, à 62% de sa clientèle contre 67% en début d’année. Et selon l’intermédiaire, « cette baisse est un effet direct des recommandations du HCSF qui a durcit les conditions d’accès au crédit immobilier, excluant du crédit certains profils plus fragiles ».

Concernant la population des primo-accédants, l’emprunt moyen reste pour sa part stable en avril par rapport au mois précédent. « Alors qu’en mars les primo-accédants empruntaient en moyenne 227.200 € sur 282 mois, pour un effort consenti de 5,64 années de revenus, en avril le montant moyen emprunté est passé à 227.900 € sur 283 mois pour un effort consenti de 5,62 années de revenus.

Pour les autres accédants, on observe sur le même mois une légère baisse du montant moyen de l’emprunt – associée à un rallongement de la durée d’emprunt – à 351.500 € sur 271 mois pour un effort consenti de 6,55 années de revenus, contre 369.700 € sur 262 mois en mars pour un effort de 6,70 années de revenus.

Taux en hausse

Cafpi a par ailleurs fait part de taux plutôt en hausse en mai. Les meilleurs taux affichés par les banques sont de 0,59% sur 10 ans, 0,81% sur 15 ans, 0,91% sur 20 ans et 1,20% sur 25 ans et sont en nette hausse par rapport aux taux affichés par les banques en début d’année (0,46% sur 10 ans, 1,65% sur 15 ans, 0,77% sur 20 ans et 0,95% sur 25 ans). « Certes les taux sont en hausse par rapport à 2019 et au 1er trimestre 2020, mais celle-ci est contrôlée et ne devrait pas se poursuivre. Nous devrions arriver à un niveau de taux stable qui permettra aux emprunteurs de poursuivre leurs projets », explique Philippe Taboret dans une analyse.

Si les banques et courtiers ont été « sonnés » durant les premières semaines de la crise sanitaire, l’ensemble de la profession s’est remis en ordre de marche depuis début avril pour éviter au marché de s’écrouler. « Par exemple chez CAFPI, la gestion des dossiers en cours se fait presque normalement et 100% des dossiers avancent, même si le temps de réalisation est allongé. Même le montage des nouveaux dossiers est reparti et la plupart des banques acceptent désormais d’étudier les nouveaux dossiers, même si le contexte actuel freine l’activité avec par exemple l’impossibilité de visiter les biens ou les difficultés pour signer les promesses de ventes, poussant les acquéreurs à repousser leurs projets », note Philippe Taboret.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les porteurs d’un projet immobilier souhaitent le poursuivre

Selon Empruntis, une majeure partie de ses clients souhaite poursuivre les projets immobiliers initiés avant le confinement.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Crédit immobilier : l’APIC appelle à des mesures de soutien

L’association professionnelle des intermédiaires en crédit a rédigé une lettre ouverte au gouvernement.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.


Crédit immobilier : la hausse des taux se poursuit dans la région

Les taux continuent d’être réajustés à la hausse en Auvergne-Rhône-Alpes, selon le courtier en crédit immobilier Emprunt Direct.


Auvergne-Rhône-Alpes : la hausse des taux se poursuit

Selon le courtier en crédit immobilier Emprunt Direct, les taux de crédit immobilier ont de nouveau augmenté en janvier dans la région.


Plus forte sélection des dossiers traités en décembre, selon Cafpi

Le courtier en crédit immobilier a fait état de son baromètre décrivant les conditions de crédit au mois de décembre.


Crédit immobilier : la hausse des taux se poursuit en ce début 2020

Les intermédiaires en crédit immobilier ont de nouveau observé des hausses de taux en ce début d’année 2020.


La hausse des taux de crédit se confirme en Auvergne-Rhône-Alpes

Les derniers baromètres des intermédiaires en crédit immobilier font état d’une nouvelle hausse des taux, après les plus bas atteints durant l’automne.


Des taux stables en novembre, vers une hausse en décembre

Les taux de crédit immobilier sont restés quasiment stables, selon le dernier observatoire CSA/Crédit Logement. Selon Emprunt Direct, ils pourraient s’afficher en hausse en décembre.


Auvergne- Rhône-Alpes : les taux de crédit immobilier en hausse

C’est ce qu’ont indiqué différents courtiers en crédit immobilier au cours de ce mois.


Nouvelles hausses de taux en novembre

Les intermédiaires en crédit ont fait part de leur différents points mensuels sur le marché du crédit immobilier.


Coup d’arrêt à la baisse des taux de crédit immobilier

L’observatoire CSA/Crédit Logement pour le mois de septembre et le troisième trimestre a été publié mardi. Il confirme certains constats de la Banque de France et des intermédiaires en crédit immobilier.