Après la reprise des chantiers, les promoteurs avertissent sur les permis de construire

Si les promoteurs indiquent avoir pris en charge une part importante des surcoûts des entreprises liés au Covid-19, la reprise des chantiers ne doit pas, selon la FPI, « masquer l’ampleur des difficultés créées par l’épidémie ». Comme la délivrance des autorisations à la construction.

La quasi-totalité des chantiers de la promotion privée ont repris, selon la fédération des promoteurs immobiliers (FPI). Après plusieurs semaines d’arrêt, celle-ci constate chez ses adhérents cette reprise. Le niveau d’activité est certes pénalisé par les mesures sanitaires mais il « croît à mesure que reflue l’épidémie ». « La construction privée, qui représente 30% du chiffre d’affaires du bâtiment, est donc le segment de marché qui a repris le plus rapidement, et le plus complètement », note la FPI.

Partage des surcoûts

La question du partage des surcoûts était, de prime abord, une préoccupation majeure pour l’écosystème de la production. Mais la fédération se veut, sur ce point, rassurante. Cette question s’est « largement résolue d’elle-même, par le dialogue au cas par cas, chantier par chantier, contrat par contrat ». Les promoteurs indiquent assumer leurs propres surcoûts, jusqu’à 7 à 8% du prix de revient d’une opération (agios, missions de référent Covid, dédommagements de clients etc.), et notent avoir également très souvent partagé ceux de la construction, comme le coût des masques et des désinfections, l’extension et le nettoyage des bases vie, pour un coût moyen de l’ordre de 5.000 à 10.000€ par mois par chantier.

La fédération indique avoir participé en régions à la préparation des chartes sur la reprise des chantiers, sans toutefois les signer, « convaincue qu’il faut laisser les contractants trouver leurs propres équilibres, et les faits lui ont donné raison sur ce point ». « L’esprit de dialogue et de partage, qu’elle partage entièrement, doit continuer de prévaloir. A cet égard, il est important que les annonces attendues du Gouvernement sur les surcoûts ne viennent pas fausser l’équilibre des contrats privés », note la FPI.

D’autres défis

« Quand chacun joue la survie de son entreprise, des solutions émergent. Le dialogue entre entrepreneurs responsables et pragmatiques a permis la relance des chantiers privés, dans des conditions de sécurité optimales pour les salariés. Mais attention aux effets d’optique : les défis les plus difficiles de la reprise sont ailleurs », indique Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI France.

L’organisation a ainsi détaillé les risques pour la reprise, en amont comme en aval des chantiers. Pour les chantiers en cours, « le défi est désormais de rattraper le retard de livraison, qui pénalise les acquéreurs actuels et les ventes à venir ». Les professionnels « doivent ainsi trouver des solutions pour rattraper ce retard, mais les chantiers n’accéléreront pas sans le soutien de l’Etat, qui doit continuer d’adapter les exigences sanitaires à la réalité du terrain et notamment, fixer la fin de validité des mesures exceptionnelles en fonction de l’évolution de l’épidémie ». Sans l’accord des collectivités locales, la relance ne se fera pas non plus. Elles peuvent en effet, de facto, décider de la reprise ou de l’arrêt des chantiers.

La question des permis de construire

La fédération avertit également sur la question des permis de construire délivrés par les communes. Et dans beaucoup de métropoles les effets du confinement, des élections municipales et des doutes sur la ville post-épidémie se conjuguent pour ralentir très fortement la délivrance des permis de construire.

« Les promoteurs enregistrent une très forte baisse des mises en vente, faute de projets. En Ile-de-France, les mises en vente du T1 2020 ne représentent par exemple qu’un quart de celles du T1 2019. Si la reprise de la construction est aujourd’hui ralentie par les surcoûts de chantier, elle pourrait être anéantie demain par un excès de contraintes sur l’offre. Les projets risquent de nous faire encore plus défaut que les clients : il faut donc un plan de relance de l’offre autant que de la demande », conclut Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI France.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Légère baisse du climat des affaires dans le bâtiment

L’INSEE a fait part jeudi de l’indice du climat des affaires pour janvier, et dévoilé dans même temps celui afférent au secteur du bâtiment.


Patriarca à l’œuvre sur le PUP Duvivier

nullC’est une option peu courante en centre-ville que le promoteur Patriarca met en œuvre sur le PUP Duvivier à Lyon 7e. Son immeuble, le New-Worker associe locaux d’activités et bureaux, comme l’avait déjà fait précédemment son confrère Duval.


Projet Sollys : l’îlot Santé & Bien-être est livré

Le dernier bâtiment de l’îlot Santé & Bien-être situé dans le quartier de la Confluence à Lyon a été livré le 9 décembre par les équipes de Linkcity Sud-Est et Bouygues Bâtiment Sud-Est. Le dernier bâtiment de l’îlot Santé & Bien-être situé dans le quartier de la Confluence à Lyon a été livré le 9 […]


Vinci Immobilier vise le zéro artificialisation nette à l’horizon 2030

null
Le groupe, qui compte parmi les leaders de la promotion immobilière en France, s’est engagé ce jeudi sur cet objectif.


Réhabilitation des centres-villes : Nexity signe un partenariat avec Meridiam

Cet accord porte sur l’accompagnement des collectivités dans la réhabilitation des centres-villes en France.


Worldskills France 2022 : Vicat partenaire métiers

La phase 2 des finales nationales se déroule du 12 au 15 janvier à Lyon. Le groupe va fournir, dans ce cadre, tous types de produits.


«Un état mixte où on est à la fois locataire et propriétaire»

Mireille Vernerey est la présidente d’OGIC. Nous évoquons avec elle deux nouvelles solutions d’accession progressive à la propriété immobilière développées par le promoteur.


Le rebond de la construction de logements se poursuit

null
Le nombre de mises en chantier est désormais assez supérieur aux 12 mois précédant le premier confinement. Cette dynamique observée au niveau national est également sensible en Auvergne-Rhône-Alpes.


Le promoteur montpelliérain GGL s’implante dans la région

Aménageur et promoteur né à Montpellier il y a quarante ans, le groupe GGL a initié il y a deux ans une politique de conquête territoriale qui l’amène naturellement à envisager le secteur Rhône-Alpes. Deux projets sont déjà bien avancés au sein du pôle économique Techlid.


«Nous créons le lien entre investisseurs et promoteurs »

Mathieu Descout est président de Novaxia Investissement. Nous évoquons avec lui l’activité de la société de gestion, qui opère dans le recyclage urbain.


Vincent Davy, nouveau président de la FPI Alpes

nullLe directeur régional de Credit Agricole Immobilier succède à Oliver Gallais, qui présidait la FPI Alpes depuis presque 9 ans.


BLB Constructions devient Demathieu Bard Bâtiment Sud-Est

nullLe groupe basé à Villeurbanne a annoncé entamer une démarche d’uniformisation de ses entités et filiales.


Villefranche Beaujolais Saône : lancement du projet « Beau Parc »

nullSitué sur la commune d’Arnas, ce lancement constitue le plus grand projet de développement économique de la communauté d’agglomération.


Un comité local lancé en faveur de la jeunesse et de l’emploi

Ce comité a été lancé lundi en présence d’élus et de professionnels.


1e pierre d’un Intermarché au sein de la résidence «Le Liberty»

Le commerce s’implantera en rez-de-chaussée de la future résidence en cours de réalisation à Pierre-Bénite.