La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.

L’activité immobilière reste, sur un an, affectée par le confinement. Le rebond de la demande constaté depuis la mi-mai n’a pas été suffisant pour permettre au marché de renouer avec les niveaux d’activité de l’année dernière. Alors que les mois de mars à juin portent habituellement 36% des ventes de l’année, la crise a privé le marché de 18% de son activité annuelle « qui seront difficiles à compenser en 2020 », estime LPI-Seloger.

Pour autant, la pression reste plus que jamais haussière sur les valeurs. Le prix de l’immobilier en France sont en nette hausse en France, de 5,9 % sur un an, à 3.861 € le m². Le rythme de hausse est nettement plus élevé qu’à la même époque l’année dernière, lorsque la hausse annuelle du prix des logements anciens se limitait à 4,4%.

Homogénéité

« Il est d’ailleurs intéressant de constater qu’en dépit d’un contexte empreint d’incertitude (deuxième vague de Covid, hausse du chômage, durcissement des conditions d’accès au crédit, etc.), les prix s’entêtent à aller toujours plus haut », souligne LPI-Loger. Plusieurs éléments expliquent cette hausse. Les taux d’emprunt sont en effet « au ras des pâquerettes », souligne le baromètre, alors même que la raréfaction de l’offre « ne fait qu'accroître la concurrence entre les acquéreurs potentiels ». Mais cette hausse des prix découle également d’une transformation de la demande. « En effet, les primo-accédants n’étant plus en capacité - financière et bancaire - d’acheter un logement, les ménages aisés - qui réalisent les transactions aux montants les plus élevés - sont non seulement surreprésentés sur le marché mais ils gonflent artificiellement la moyenne du prix de l’immobilier hexagonal », a indiqué LPI-Seloger.

Selon le baromètre, la hausse des prix immobiliers en France n’est pas faible et disparate mais bien forte et générale. Selon Michel Mouillart, porte-parole du Baromètre LPI-SeLoger, la « hausse des prix des logements anciens se renforce (…) dans la plupart des grandes villes » et ils « progressent de plus de 10 % sur un an dans 28 % des villes de plus de 100 000 habitants ».

Pour lire la totalité de l'article, abonnez-vous ou identifiez-vous






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon : les prix de l’immobilier en baisse

nullLPI-Seloger a communiqué son baromètre des prix de l’immobilier au titre du mois de mai. Ceux-ci reculent globalement dans la ville, et dans 4 arrondissements sur 9.


Les prix de l’immobilier progressent de 7%

L’INSEE a fait part vendredi de ses indices de prix des logements neufs et anciens au titre du premier trimestre 2022.


Immobilier : les prix demeurent en hausse, malgré une stabilité des ventes

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du premier trimestre ont été publiés ce mardi. Une même tendance est perceptible en Auvergne-Rhône-Alpes.


La FNSafer appelle à la préservation du foncier agricole

La fédération nationale des Safer attend un renouvellement des générations en favorisant l’émergence de nouvelles solutions pour permettre concrètement les installations.


Un ralentissement désormais jugé « probable » par la FNAIM

nullC’est ce que révèle la dernière note de conjoncture publiée au titre du mois de mai par la fédération portant sur le marché immobilier.


Baisse marquée des prix dans les arrondissements de l’hypercentre de Lyon


LPI-Seloger a fait part il y a quelques jours de son baromètre mensuel des prix de l’immobilier.


Saint-Étienne, plus forte hausse des prix de l’immobilier régionale en 2021


Les Notaires de France ont fait part en fin de semaine de leur note de conjoncture immobilière, qui compilait les données de l’année dernière arrêtées à fin décembre. En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix ont flambé à Saint-Étienne et Clermont, mais sont en hausse plus mesurée à Lyon et Grenoble.


Baisse des transactions au premier trimestre, selon Laforêt

nullLe réseau d’agences franchisées a fait part en ce début de semaine de son point d’activité trimestriel.


La hausse des prix de l’immobilier de luxe a ralenti à Lyon en 2021

C’est le constat récemment dressé par Coldwell Banker et PriceHubble.


Prix de l’immobilier : LPI-Seloger constate un ralentissement

LPI Seloger a fait état fin février de son baromètre national des prix de l’immobilier. Au niveau national, les prix sont en hausse, même si cette progression s’émousse dans les grandes villes.


La hausse des prix ralentit en France et en Auvergne-Rhône-Alpes

LPI-Seloger a fait part de son baromètre au titre du mois de janvier. La hausse des prix des logements anciens ralentit, y compris à Lyon. LPI-Seloger a fait part de son baromètre au titre du mois de janvier. En France, le prix du m² signé sur 3 mois est en hausse de 1,6% 3.385€. LPI […]


En France et en Auvergne-Rhône-Alpes, les prix des maisons bondissent

nullLes notaires de France ont publié leur note de conjoncture avec de chiffres compilés à fin novembre 2021. Les prix des appartements et des maisons sont en hausse dans la région, notamment à Saint-Étienne.


Forte hausse de la demande en Savoie / Mont-Blanc


La FNAIM Savoie Mont Blanc organisait jeudi une conférence de presse pour faire le bilan de l’année 2021 sur les marchés immobiliers de l’Ain, de la Savoie et de la Haute-Savoie.


«Les périphéries voient les ultra-urbains arriver avec un fort pouvoir d’achat»

Yann Jéhanno est le président de Laforêt France. Nous évoquons avec lui l’évolution du marché immobilier en 2021, ainsi que les enjeux de 2022.


2021, année exceptionnelle pour l’immobilier selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a présenté lundi son bilan annuel du marché. Si l’année écoulée a été très bonne sur le front de l’activité, les prix, toujours en hausse, commencent à désolvabiliser certains ménages.