Taxation de la résidence principale: désordre dans la majorité

Suite aux réactions contrastées sur le projet de taxation des plus-values sur la résidence principale, François Fillon a appelé à ne pas "multiplier les ballons d'essais".

Le rapport de Jérôme Chartier, député du Val-d'Oise, et chargé de la fiscalité au sein de l'UMP, n'en finit pas de faire débat. Il a même créé une certaine cacophonie dans la majorité, sur un sujet sensible pour l'électorat de droite : le patrimoine. Celui-ci préconise notamment la taxation des plus-values de la résidence principale pour les biens dont la vente génère plus de 1.2 million d'euros, et une hausse de la taxation sur les résidences secondaires.

Rappel des faits : le président de la République, Nicolas Sarkozy, avait, lors de ses vœux aux forces économiques, commencé à évoquer, de manière très large, cette question en se montrant favorable à la taxation de la plus-value plutôt que la possession: « quand vous achetez un appartement, quand vous achetez une maison, la plus-value est réalisée au moment où vous la vendez. C’est à ce moment-là qu’il faut taxer, pas au moment de la détention » avait-il alors affirmé.

Le lendemain, Christine Lagarde se fait plus précise, en faisant allusion à la possibilité de taxer les plus-values sur la résidence principale lors de ses vœux à la presse. Le sujet, évoqué le samedi par le JDD, provoque un énorme buzz: les réseaux d'agences, l'UNPI, tous sont vent debout contre un tel projet. Lundi soir, Jérome Chartier remet son rapport au secrétaire général de l’UMP, Jean François Copé, en reprenant l'idée « choc » de la taxation des plus-values sur les résidences principales, mais également celle d'une imposition plus forte des résidences secondaires.

"Le souci de l'efficacité"

Les réactions sont, dès lors, pour le moins diverses. Si la ministre de l'écologie et du développement durable, Nathalie Kosciusko-Morizet, a déclaré sur RMC qu'il y avait du "bon sens derrière cette idée", le patron de l'UMP, Jean-François Copé s'est pour sa part montré plus réservé, estimant qu'en matière de fiscalité, "tout est une question de curseur".

Le chef des députés du parti présidentiel, Christian Jacob, appuyés par un certain nombre de députés, se sont montrés eux opposés à cette mesure : pour lui, «la résidence principale n'est pas un bien comme les autres. On n'est pas sur de la spéculation, mais sur ce qui se construit toute une vie et que l'on a à coeur de pouvoir transmettre à ses enfants ».

Il sera appuyé par François Baroin, le ministre du Budget, qui met en avant « les impacts sur le marché immobilier, sur la mobilité des gens ». "Il faudra mettre dans la centrifugeuse tous ces éléments, lister les avantages et les inconvénients, sans idée préconçue mais avec le souci de l'efficacité", a indiqué le ministre sur i-télé. Finalement, ce sera François Fillon qui demandera aux parlementaires de se montrer plus discrets sur des questions si sensibles, indiquant devant le groupe UMP du Sénat qu'« il ne faut pas multiplier les ballons d'essai ».

Au final, cette taxe pourrait bien être enterrée provisoirement, au vu de la sensibilité de ce sujet politiquement très incorrect, au moins jusqu'au rapport sur de la cour des comptes sur le rapprochement des fiscalités franco-allemandes, qui doit être publié courant février. Celui-ci devrait donner le coup d'envoi officiel de la réforme de la fiscalité. Le temps pour la majorité d'accorder ses violons.

LIRE AUSSI

-Le projet "choc" de Jérôme Chartier | L'UNPI vent debout
-Le débat fait rage entre les professionnels
-La résidence principale bientôt taxée ?

(Photo: Wikimedia CC / Marie-Lan Nguyen)






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


«Le projet Foch Sully est vertueux»

Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui le programme Action Coeur de Ville développé sur Roanne, le projet Foch Sully, ainsi que le dispositif Denormandie.


La Métropole de Lyon va exonérer de CFE les entreprises fragilisées

null
La collectivité a annoncé procéder à une exonération de la cotisation foncière des entreprises (CFE) pour les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire.


Taxe d’habitation : le calendrier de la suppression maintenu

C’est ce qu’a indiqué vendredi le Premier ministre, Jean Castex, sur France 2. Cette mesure a été confirmée ce matin par le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, sur RMC et BFM.


La FNAIM dévoile ses pistes pour un « plan de relance du logement »

La fédération de l’immobilier a listé ce mercredi ses 8 propositions visant à soutenir le secteur du logement.


La crise immobilière impactera les finances de la Métropole de Lyon

Le président de la collectivité, David Kimelfeld, a précisé hier l’impact à attendre de la crise du Coronavirus sur les finances de la collectivité, qui seront affectées par l’absence de ventes immobilières durant deux mois. La question de l’impact d’une PPI d’urgence a également été abordée.


A Lyon, seuls deux candidats ont répondu à la charte sur la fiscalité locale

L’UNPI, union nationale des propriétaires immobiliers, avait souhaité que les candidats s’engagent sur la fiscalité locale, afin que celle-ci ne flambe pas pour les six prochaines années.


Le « Denormandie dans l’ancien » élargi, simplifié


Ce dispositif d’investissement locatif vise à encourager la rénovation des logements dans certaines zones. Il est prolongé afin d’encore accélérer la rénovation dans l’ancien et la revitalisation des villes moyennes.


Dernier débat d’orientation budgétaire du mandat pour Gérard Collomb


Le maire de Lyon a présenté avec Richard Brumm, avant le conseil municipal de ce jeudi, les grandes lignes du débat d’orientation budgétaire 2020.


Forte hausse des taxes foncières sur 5 ans en France

L’UNPI a publié ce lundi son observatoire des taxes foncières sur les propriétés bâties, pour la 13ème fois consécutive.


Réforme de la taxe d’habitation : les trop-perçus remboursés

Le ministre de l’Action et des Comptes publics a annoncé le remboursement du trop-perçu sur le compte bancaire de certains contribuables mensualisés.


Gérard Collomb s’engage à ne pas relever la fiscalité après les élections

Le maire de Lyon a annoncé lundi matin lors de la présentation du compte administratif de l’année 2018 que la Ville ne relèverait pas ses taux d’imposition lors du prochain mandat en 2020.


Dispositif Denormandie : les contours de l’incitation fiscale dévoilés

Le ministre chargé de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, a présenté aujourd’hui la nouvelle incitation fiscale destinée à rénover les logements dégradés.


Baisse des taux de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères

null
Cet abaissement a été voté lundi lors de la séance du Conseil de la Métropole de Lyon.


Taxe d’enlèvement des ordures ménagères : vers une baisse de la fiscalité

Le président de la Métropole du Grand Lyon, David Kimelfeld, va faire cette proposition fin janvier au prochain Conseil de l’institution.


La suppression totale de la taxe d’habitation reste en ligne de mire

Le ministre de l’Economie a réaffirmé vouloir aller au bout de la suppression de la taxe d’habitation, tout en indiquant que la question de son maintien pour les plus riches pourrait faire partie du futur grand débat.