Lyon: pas de risque d’envolée des prix en 2011 pour Laforêt

Le réseau d’agences immobilières Laforêt a fait le point hier sur les grandes tendances du marché immobilier lyonnais, décrivant un marché en proie à de forts déséquilibres tant en termes d'offre et de demande que de prix entre quartiers.

« Le grand écart » Le titre de la conférence de presse Laforêt hier matin se voulait évocateur. Le réseau immobilier, présent sur le Grand Lyon au travers de 35 agences, a en effet présenté un bilan contrasté de l’année 2010, marquée par un écart creusé entre l’offre et la demande, et un écart géographique grandissant en termes de prix. Selon Laforêt, si la hausse des prix atteint certains secteurs de Lyon, on peut néanmoins constater une relative stagnation, voire même, dans certains quartiers, une baisse.

Un déséquilibre creusé entre l’offre et la demande

Sur le Grand Lyon, le réseau a constaté une envolée de 38 % de la demande. Parallèlement, l'offre s'est raréfiée avec une baisse de 25 % du stock de biens à vendre. Malgré ce déséquilibre, le nombre de transactions est parvenu à augmenter, de 23 % sur le Grand Lyon, un rythme de progression supérieur à celui constaté en régions (+12 %). « Sans ce déséquilibre entre offre et demande, le volume de transaction aurait pu être nettement supérieur » relève Elix Rizkallah, président des franchisés Laforêt.

Conséquence directe de cet état de fait : des prix moyens à la hausse, à 2438 euros du mètre carré sur le Grand Lyon, et un délai de vente moyen en baisse de 29 jours. Les acquéreurs sont, du fait de cette relative pénurie, moins enclins à négocier : l’écart de prix moyen a ainsi reculé au niveau national de 7.45% à 6.2% sur l’ensemble des franchisés Laforêt. Sur le Grand Lyon, l’écart de prix négocié atteint 4.4%.

2011, année de rééquilibrage

Le réseau prévoit toutefois un rééquilibrage en 2011. Le réseau constate une légère rétractation de la demande, face à une offre qui peine à se reconstituer. Malgré tout, « Le marché reste sain, pas trop perturbé par la présence d’investisseurs » note Christian Luminet, Président des franchisés de la région Grand Lyon. Pour ce dernier, jamais le marché lyonnais n’avait été aussi hétérogène, avec des quartiers où les prix flirtent les 5000 euros le mètre carré, et d'autres où existe une situation de quasi blocage, et où des biens ne trouvent pas preneur à 2300 € le mètre carré.

4°, 3° et 6°arrondissements, les valeurs refuges

Dans un tel contexte, le troisième, sixième, et quatrième arrondissement de Lyon apparaissent plus que jamais comme des valeurs refuge. Renforcés par les réseaux de transport urbain, le réseau note l'émergence du septième arrondissement et du quartier Confluence. La demande sur Lyon Centre a ainsi progressé de 40 %, soit une hausse supérieure aux 12 % enregistrés par la première couronne Est et aux 30 % constatés dans la première couronne Ouest.

Une forte demande sur la deuxième couronne

La hausse de la demande a toutefois été plus forte sur les deuxièmes couronnes, tant à l'Est (+58 %) du côté de Bourgoin Jallieu, qu’à l'Ouest (+50 %). L'offre, quant à elle, a baissé de 35 % dans Lyon centre, est de 39 % et de 35 % dans les premières couronnes Ouest et Est. La baisse de l'offre est toutefois un peu moins sensible dans les deuxièmes couronnes Est (-14 %) et Ouest (-11 %), ce qui se traduit par une forte reprise des transactions dans ces secteurs.

Côté tarifs, les prix au mètre carré ont progressé de 7 % dans les premières couronnes, et de 11% dans Lyon centre. Les prix ont toutefois stagné dans les deuxièmes couronnes Est et Ouest (+3% et -2%). L'Ouest est en outre « pénalisé par une déficience en matière de transport », note Gérard Luminet.

LIRE AUSSI
-Gerland et Vaise attirent les 28-35 ans
-Lyon 4: un quasi blocage du marché
-Vaulx, marché en devenir
-Villeurbanne: les deux pièces ont la cote

 

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Immobilier: des prix en hausse à Lyon dans 8 arrondissements sur 9

Le dernier baromètre LPI-Seloger a fait part d’une accélération de la hausse des prix dans l’ancien.


A Lyon, des hausses de prix de 11,3% en 2020, selon LPI-Seloger

Selon le baromètre, le m² dans la capitale des Gaules atteint 5.707€ le m² en moyenne dans l’immobilier ancien, et flirte avec les 7.000€ le m² dans certains arrondissements.


Petite baisse des prix à Lyon, selon Meilleurs Agents

nullMeilleurs Agents a fait part de son baromètre national mensuel.


Immobilier : vers une nouvelle baisse des ventes en 2021

C’est ce que prévoit la FNAIM, qui organisait ce mardi à Paris sa traditionnelle conférence de presse de début d’année.


Century 21 évoque un marché de l’immobilier «miraculé» en 2020

Le réseau d’agences immobilières franchisées a fait part ce lundi de son traditionnel bilan de l’année immobilière.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2% selon Orpi, malgré la crise sanitaire


Sur un an, les prix ont augmenté en France, malgré les périodes de confinement, a indiqué ce lundi le réseau immobilier.


Lyon, ville où les prix ont le plus augmenté avec Rennes et Nantes en 2020

null
Les notaires de France présentaient ce jeudi leur premier bilan de l’année sur le marché immobilier. Les prix restent en hausse dans toutes les villes de France, et notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix des appartements montent de 7,1% sur un an

C’est ce que montrent les indices INSEE-Notaires des prix des logements anciens publiés ce jeudi


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.