Les loyers marquent le pas à Lyon

Les loyers font les montagnes russes à Lyon. Après avoir progressé de 5.9% en 2010, les valeurs locatives ont baissé de 4.6% depuis le début de l’année.

Coup d’arrêt pour les loyers. Après s’être vivement repris en 2010 (+5.9%), les derniers chiffres du cabinet Clameur, qui rassemble plus du tiers des professionnels du département exerçant dans le domaine de la location, font état d’une chute sévère, de l’ordre de 4.6%, de ceux-ci depuis le début de l’année. Le loyer moyen est désormais de 11.5 euros en moyenne le m2 sur l’année. L’inversion de tendance touche tous les arrondissements, et notamment le 2ème arrondissement, qui enregistre la plus forte baisse des loyers sur Lyon intra-muros. Inversement, le quatrième, lui, enregistre une baisse quasi-anodine (-0.8%).

La ville centre n’est toutefois pas la seule à avoir enregistré un tel mouvement de yo-yo : sur la totalité du Grand Lyon, les loyers ont également diminué de 3.4%. Ainsi, Villeurbanne, dont les prix des loyers avaient progressé de 7.3% en 2010, affiche une baisse des valeurs de 4.9% sur la période janvier-mai.

Un effet à retardement du Scellier ?

Alors pourquoi une telle chute ? Si l’on peut ranger au rayon des explications plausibles l’effet de base induit par la forte progression de 2010, on peut néanmoins s’interroger sur les raisons profondes d’une telle baisse des loyers en si peu de temps. Et là, l’équilibre même du marché locatif semble en cause : après le boom de l’investissement locatif provoqué notamment par le dispositif Scellier en 2009-2010, l’afflux de biens neufs sur le marché semble affecter les valeurs locatives. « Le Scellier a artificiellement gonflé certaines valeurs locatives l’an dernier » explique ainsi un agent immobilier implanté sur Lyon 3° : « or, comme certains biens neufs, qui servent d’aiguillon pour le marché, deviennent hors de portée à la location pour certains ménages, les possibles locataires ne se pressent pas pour déménager». Sur Lyon, la vacance a d’ailleurs progressé de 10 % par an depuis 2008, soit une hausse bien supérieure aux chiffres nationaux.

Depuis de nombreux mois, l’inquiétude commençait d’ailleurs à poindre concernant la capacité du marché locatif de certaines zones à absorber l’ensemble de biens découlant de la floraison incessante de nouveaux programmes neufs. En témoigne la récente confidence de Jean Laurent Brossard, le directeur de l’agence Teyssier-Christin à Brignais : « il va y avoir dans quelques mois un apport de bien important en location. Est-ce que le marché va pouvoir l’absorber ? s’interrogeait-il. Je suis loin d’en être convaincu». Ce dernier s’inquiétait en outre des délais de transaction plus longs observés pour les appartements anciens, qui pâtissent désormais de la comparaison avec le neuf. Symptomatique ? Sur Brignais, la baisse des loyers atteint 6.9% depuis le début de l’année.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

bientot il sera plus facille de vivre sur la lune que dans lyon , je ne comprend pas une economie ou ceux qui ne gagne q un petit salaire ne peuvent plus se loger

Signaler un abus

@ ahmida : Si les acheteurs et locataires arrêtaient d’accepter n’importe quoi à n’importe quel prix, et faisaient systématiquement des contre-propositions à des prix raisonnables et tenaient bons sur ces prix, on n’en serait pas là. Personnellement, c’est ce que je fais, et je crois que de plus en plus de personnes réagissent comme cela. Comme disent les professionnels, le marché lyonnais semble être en phase de réajustement, alors ce n’est pas le moment de faiblir !

Signaler un abus

@tyrou

Les acheteurs et les locataires n’ont parfois pas le choix: c’est ce qui explique aussi que les vendeurs en profitent. De plus en plus de gens en ont marre de s’éloigner du centre de Lyon, du fait des prix de l’essence, et de la campagne qui n’en est plus une au rythme de construction actuel. Mais je suis d’accord avec toi: quand on peut, il faut tenir

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


« Mon pronostic est que l’on fera moins de ventes en 2022 qu’en 2021 »

nullLaurent Vimont est le président de Century 21 France. Nous évoquons avec lui les grands chiffres du marché de l’immobilier ancien en 2021 et ses perspectives d’évolution en 2022.


Un marché immobilier record en 2021, selon Laforêt

L’année écoulée a été très positive pour l’activité immobilière avec un record en termes de transactions. Selon le réseau d’agences franchisées, 2022 sera une année « entre menaces et opportunités ».


Immobilier : affaiblissement de la hausse des prix à Lyon

C’est ce que révèle le dernier baromètre mensuel LPI-Seloger.


Passoires thermiques : les ventes s’accélèrent dans les villes de la région

null
Seloger a récemment communiqué sur l’envolée des mises en vente de passoires énergétiques. Et notamment à Lyon et dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Un marché immobilier bien orienté au 1er semestre

nullVolumes et prix sont toujours orientés à la hausse dans le Rhône. Tel est le constat dressé ce jeudi par la Chambre du Rhône de la FNAIM.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


Les prix de l’immobilier toujours en nette hausse en Rhône-Alpes

Dans les départements de l’ancienne Région, on note une assez nette hausse des prix de l’immobilier, notamment des maisons.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.


La hausse des prix de l’immobilier se poursuit en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon LPI-Seloger, la progression des prix des logements reste rapide, tant au niveau national que local, et ce en dépit d’un nouvel affaiblissement provoqué par le troisième confinement.