« Les marges, objectif n°1 des banques en ce moment »

Maël Bernier, porte parole du courtier en crédit immobilier Empruntis, ne voit pas les taux bouger dans les prochaines semaines.

Comment voyez-vous les taux évoluer dans les prochaines semaines ?

Nous tablons sur une stabilité des taux. Avec les taux de l’OAT 10 ans qui se maintiennent à des taux bas, cela permet aux banques de renforcer un peu leurs marges, ce qui est leur objectif n°1 en ce moment, tout en ne cassant pas totalement le marché. On a quelques banques qui montent, d’autres qui baissent sur certains profils, mais tout ceci reste un épiphénomène. Globalement personne ne bouge.

Certains de vos concurrents parlent d’une baisse qui pourrait aller jusqu’à 50 points de base dans quelques semaines. Qu’en pensez-vous ?

Ça ressemble à un coup de comm’. On en reparlera dans quelques semaines. De notre côté, on a interrogé toutes les banques, et toutes ont répondu que leur priorité absolue était la marge. Toutes nous disaient prudence et vigilance. Dans ce contexte, nous ne voyons pas pourquoi on aurait des baisses de taux importantes. En temps normal, nous avons la répercussion quasi immédiate dans les barèmes des banques, puisqu’ils suivent quasiment immédiatement les taux de l’OAT. Or, les taux de l’OAT étaient à 3.80% en avril et sont à 2.66% aujourd’hui. Or les barèmes n’ont pas bougé, alors qu’entre octobre 2010 et avril, période durant laquelle les taux étaient passés de 2.50% à 3.80%, les banques avaient suivi à la ligne l’OAT. Si les banques augmentent leurs marges, c’est principalement dans l’optique du respect des critères de Bâle III. Ceux-là sont assez exigeants avec les banques. La Banque de France leur rappelle en outre, par la voix de Christian Noyer, qu’il faut qu’elles reconstituent leurs fonds propres. Or, si on prête avec de la marge, on reconstitue ces fonds. C’est pour cela que nous ne croyons pas à une baisse de la part des banques. D’autant plus que si baisse il y a, normalement, ça se fait traditionnellement en septembre. C’est un mois où les banques sont très actives, se font concurrence et où l’on a des barèmes en baisse. Pour l’heure, nous n’avons rien eu, alors même que les salons de l’immobilier sont passés…

Est-ce que vous sentez plus de sélectivité de la part des banques ?

Là aussi, elles ont été très claires. Quand elles disent « prudence et vigilance », cela signifie qu’elles ne prêtent pas à n’importe qui et qu’elles font très attention à l’endettement. Car si vous prêtez à un couple de gens qui sont un peu justes financièrement, et que l’un d’entre eux perd son emploi dans l’année, ils n’ont dès lors plus les moyens de payer. D’autres banques, qui prêtaient auparavant jusqu’à 39%-40% des revenus font plus attention, et disent qu’elles ne vont pas dépasser les 35%. En revanche, nous n’avons pas encore de la part des banques d’exigence d’un apport, ce qui avait été le cas en 2008. Nous n’avons pas également de restriction sur le crédit relais, ce qui avait également été le cas en 2008. Les banques sont prudentes mais n’ont pas fermé les vannes.

Le respect des normes prudentielles lié à Bâle 3 va-t-il avoir un impact sur l’année 2012 ? Que risque-t-il de se passer si les taux de l’OAT remontent ?

Si les taux de l’OAT remontent, elles ont été très claires : les banques nous ont indiqué qu’elles remonteront leurs taux tout de suite, alors même que si les taux de l’OAT baissent, elles ne suivront pas forcément. Qu’est-ce qui va se passer d’ici trois mois ? C’est bien difficile à dire. Nous sommes en train de sauver la Grèce, mais ceci ne représente que très peu dans les comptes des banques. En revanche, si le problème italien venait à être sur la table, ce serait autre chose. Il ne faut pas donc s’attendre à des éclaircies d’ici au début de l’année. D’autre part, la période des présidentielles est souvent un moment où les emprunteurs attendent. 2012 risque donc de ne pas être une année dynamique, au moins jusqu’aux présidentielles.

Est-on dans la même problématique sur Lyon ?

Sur Lyon spécifiquement, on reste sur une région très dynamique, où il y a de l’emploi, où des jeunes s’installent, et où les prix restent relativement abordables par rapport à Paris. Nous avions réalisé un calcul simple à ce sujet : un couple qui rembourserait 1500 euros par mois sur 20 ans peut acheter 33 m2 à Paris, alors qu’il peut acheter en Province, à 3000 euros du m2, une surface de 87m2. Cela reste donc très raisonnable. En outre, à 4.30%, si on prend en compte une inflation de 2%, le crédit reste peu cher, même si les taux ont un petit peu remonté. Il faut se souvenir qu’en 2008, les taux des banques étaient montés à 5.5%. On reste donc sur des taux très bas.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Hausse des taux et ralentissement de la production de crédit

La Banque de France a fait part de sa note mensuelle sur les crédits aux particuliers. Selon les courtiers, les banques ont entamé le relèvement de leurs grilles au titre du mois de novembre.


Les recommandations du HCSF deviendront une norme contraignantes en 2022

Le Haut Conseil de stabilité financière se réunissait ce mardi. Il a adopté une décision juridiquement contraignante, comme il l’avait annoncé en décembre dernier.


Crédit immobilier : taux stables et production record

nullEmprunt Direct a fait part de son baromètre des taux en Auvergne-Rhône-Alpes. Vousfinancer a pour sa part commenté les derniers chiffres de production de crédit en France.


Crédit immobilier : des taux au plus bas, une production au plus haut

La Banque de France a fait état ce mardi de son traditionnel point mensuel sur les crédits aux particuliers.


Les taux restent stables en juin en Auvergne-Rhône-Alpes

nullAucune évolution majeure n’a été constatée ce mois-ci sur le front des taux de crédit immobilier dans la grande région.


Des taux de crédit immobilier stables en Auvergne- Rhône-Alpes

C’est ce que révèlent plusieurs courtiers en crédit immobilier.


La production de crédit immobilier rebondit

nullLa Banque de France a fait état de son étude mensuelle sur les crédits aux particuliers portant sur le mois de mars. Crédit Logement a lui fait part de son observatoire portant sur le mois d’avril, qui confirme la tendance.


Vousfinancer alerte sur des délais de traitement plus longs dans les banques

Face à cet allongement des délais, l’intermédiaire prône l’anticipation.


Auvergne-Rhône-Alpes : quasi stabilité des taux selon Empruntis

null
L’intermédiaire en crédit immobilier a fait état de son baromètre des taux régionaux.
» Vousfinancer alerte sur des délais de traitement plus longs dans les banques


Des taux stables, mais une production de crédit en net repli

La Banque de France a fait état ce matin de son étude mensuelle sur le crédit aux particuliers. Plusieurs courtiers, comme Vousfinancer et Emprunt Direct, ont en outre récemment communiqué sur les grandes tendances du marché.


Crédit immobilier : pour Capfi, les taux devraient rester bas

Selon l’intermédiaire, les taux pratiqués en février chez Cafpi ont été stables.


«On est loin d’une remontée généralisée»

Sandrine Allonier est directrice de la communication et porte-parole de Vousfinancer. Nous évoquons avec elle la remontée des taux des emprunts d’État et son impact sur les taux de crédit immobilier.


Nouvelle baisse des taux de crédit immobilier en février

L’observatoire CSA/Crédit Logement a fait état d’une baisse du taux moyen en février. Celui-ci revient à proximité de ses niveaux les plus bas observés à fin 2019/début 2020. Mais des hausses sont déjà observées en mars, selon Emprunt Direct.


Crédit immobilier : les taux en nette baisse en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon Emprunt Direct, les banques ont fait part de baisses de l’ordre de 5 à 25 points de base.


Avec le Smic, un pouvoir d’achat immobilier de 21 m² à Lyon et de 97 m² à Saint-Étienne


Le réseau de courtiers en crédit immobilier Vousfinancer a calculé les possibilités d’achat avec le salaire minimum dans 20 villes de France.