Immobilier: les prix à la hausse au troisième trimestre, selon la FNAIM

Contrairement au réseau d’agences immobilières Century 21, la FNAIM a annoncé ce matin une hausse des prix de 1% entre le deuxième et le troisième trimestre. Rhône-Alpes s’en sort avec une hausse de 3.5%.

Le grand écart des prix annoncés entre Century 21 et la FNAIM ne s’estompe pas. Alors que le réseau d’agences a annoncé ce matin une baisse de 2.7% des prix au troisième trimestre de l’année, la FNAIM a elle indiqué pour sa part dans un communiqué avoir constaté une hausse de 1% des prix au niveau national. En glissement annuel (moyenne T3 2011 par rapport au T3 2010), la hausse des prix atteint encore 7%. Le prix trimestriel diffusé par la FNAIM atteint ainsi 3283 euros pour les appartements, 2159 euros pour les maisons, et 2626 euros pour l’ensemble des biens.

La FNAIM concède néanmoins que la hausse des prix des logements anciens est moins rapide au troisième trimestre, avec une hausse de seulement 0.6% entre juillet et septembre en Province contre +4.3% entre avril et juin 2011. La fédération note également une plus forte dynamique du marché des appartements par rapport à celui des maisons. Les prix des premiers ont progressé de 2.9%, alors même que les prix des seconds ont baissé de 1.3%. Elle relève de la même façon une hausse moins forte des appartements en Ile de France (+3% au troisième trimestre, contre +6.4% à la fin 2010).

En Rhône-Alpes, le marché reste toujours dynamique en termes de prix, avec une hausse de 3.5% en glissement annuel, dont une hausse de 4.1% pour les maisons et une hausse de 3% pour les appartements.

La réforme du PTZ+ évoquée

Selon René Pallincourt, Président de la FNAIM, « l’absence de tension sur les prix est bienvenue en cette fin d’année dans une économie déprimée et des marchés financiers déboussolés. Car, avec une activité toujours bien orientée (voisine des 800 000 opérations en rythme annuel à mi-année*) et un repli des taux d’intérêt à long terme qui cantonnent les coûts des crédits immobiliers à des niveaux très modérés, la pierre s’avère une nouvelle fois « LA » valeur refuge. Seul point noir, et pas des moindres, le moral des ménages n’est pas au rendez-vous et la clientèle des agences exprime toujours plus d’inquiétudes face à l’avenir » note le président de la FNAIM.

Ce dernier s’inquiète toutefois pour l’année prochaine, et évoque notamment la réforme du PTZ+, voulue également par les promoteurs. Selon René Pallincourt,  2011 pourrait donc marquer une sortie de crise, mais ceci pourrait ne pas durer longtemps « si l’immobilier devait être sacrifié sur l’autel de la rigueur budgétaire et si le PTZ+ dans l’ancien, dont l’efficacité n’est plus à démontrer, n’était pas renforcé. Les discussions dans le cadre du Projet de Loi de Finances 2012 ne font que commencer ! Attendons la suite… » conclut René Pallincourt.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Formidable, cette FNAIM. Dans le contexte d’une économie déprimée, d’un chômage endémique, de menace macro-économique sur la zone euro, d’une baisse de moral inquiétante des français, d’élections majeures à venir, et bien, et bien, ils nous annoncent que les prix continuent à augmenter en 2011. Tout comme moi, ceux qui habitent hors Paris constatent tous les jours que les prix des annonces immo sont à la baisse, que les biens restent parfois de longs mois sans trouver preneur, mais rien n’y fait. D’après la FNAIM, ça continue d’augmenter. Le message sous-jacent – vous l’aurez compris – est le suivant : Achetez maintenant, car votre bien vaudra plus cher demain, et vous ne serez donc pas perdant. L’immobilier serait donc toujours une valeur refuge. Et pour l’année prochaine, seul l’inquiétude sur un resserrement du PTZ+ est évoqué.

Pfffft ! C’est franchement risible voir inquiétant de lire tout ceci. Mais peut-être existent-ils encore des gens pour gober ces fadaises ?

La vérité, c’est que les prix baissent actuellement partout, pour ne pas dire qu’ils dévissent, et qu’ils faut être vraiment inconscient pour acheter un bien maintenant compte-tenu des perspectives de pouvoir trouver les mêmes bien à 30% de moins dans quelques temps (hors biens exceptionnels). L’année prochaine en 2012, les problèmes de refinancement des banques et leurs objectifs d’amélioration de leur bilan va les obliger à « lâcher » l’immobilier, c’est à dire à durcir les conditions de prêt et à prêter au compte-goutte. Ce n’est pas une invention, c’est ce que l’on peut lire partout dans la presse économique, et cela aura pour effet de décupler la baisse des prix.

Plus que jamais, « Wait and see » ! Ce n’est absolument pas le moment d’acheter.

Signaler un abus

Bien d accord avec vous Bernard.
Ces AI et autres lobby immobilier jouent impassiblement du violon pendant le naufrage de leur titanic immobilier. Esperons que l’ineluctable montée des eaux les fera taire.
Le plus vite sera le mieux…

Signaler un abus

ceux qui sont contraints d’acheter aujourdhui doivent arreter d’etre des pigeons! Bon dieu soyez moins stupides chers acheteurs: arrettez d’acheter comme des anes sans negocier! ne croyez pas les agences qui mentent en pretendant a la penurie, aux famauses 15 visites par jour du bien, ec etc.. negocier a mort, a -20% du prix de base! et si cest possible, essayer d’eviter l’agence avec google map! Vous gagnerez facilement 15,000 euros de frais d’agence!

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.