L’acheteur immobilier, plus âgé, plus aisé

La dernière étude du groupe De Particulier à Particulier (PAP) sur l’acheteur immobilier, réalisé tous les deux ans, fait état d’un vieillissement de la population achetant un bien.

L’achat immobilier, apanage des plus de 40 ans ? La dernière étude De Particulier à Particulier (PAP) qui dresse le portrait type de l’acheteur immobilier réalisée sur Internet auprès de 5514 lecteurs du média fait état d’un vieillissement de la population des acheteurs.

« Le niveau historiquement élevé des prix immobiliers et la conjoncture économique toujours difficiles ne contribuent pas à l’accession des plus jeunes, moins solvables », note ainsi PAP. Selon le groupe, La part des acquéreurs de moins de trente ans s’est réduite comme peau de chagrin, passant de 32% en 2007 à 11% en 2011. Inversement, les plus de quarante ans représentent désormais 59 % des acheteurs totaux, contre 44% il y a quatre ans.

Des acheteurs plus aisés

En plus d’être moins jeunes, les acheteurs sont plus aisés. « Les candidats à l’achat, moins jeunes, sont issus de catégories socioprofessionnelles plus aisées. Les cadres supérieurs, les retraités et les professions libérales représentent cette année 53 % des candidats à l’achat, contre 47 % en 2009 et 38 % en 2007 » note ainsi PAP.

On sent de plus que la crise financière est passée par là, avec des exigences plus fortes de la part des banques. La part de ceux qui envisagent une acquisition sans le moindre apport personnel reste faible, à 9 % en 2011 contre 8 % en 2009, loin des 21 % de 2007.

Cette montée en puissance des CSP+ s’est faite au détriment des employés, ouvriers et enseignants qui ne représentent plus que n’est plus que de 25 % du total, contre 30 % en 2009 et 42 % en 2007.

Devenir propriétaire, motivation n°1

Parmi les motivations avancées par les candidats à l’accession, on trouve le désir de devenir propriétaire (42,4 %) ou encore de vivre dans un logement plus spacieux (30,1 %). Les acheteurs veulent faire l’acquisition de leur logement pour réaliser un placement (42,7 %), avoir un logement à la retraite (39,8 %) mais aussi pour des raisons de sécurité (27,1 %). En outre, 41,6 % des personnes interrogés veulent le faire pour pouvoir faire ce qu’elles veulent chez elles.

Sur le bien idéal, les propriétaires ont indiqué que la moitié des futurs acquéreurs (53 %) désirait être en centre-ville plutôt qu’en périphérie ou en milieu rural. « Plus des trois quarts (78 %) des candidats à l’achat d’un appartement invoquent d’ailleurs la proximité du centre-ville comme une des raisons majeures à l’acquisition d’un appartement » indique PAP.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Plus les prix augmentent, moins il y a d’acheteurs. C.Q.F.D.

… et moins il y a d’acheteurs ? Et bien oui, la est la question : Moins il y a d’acheteurs, qu’est-ce que cela fait, ou peut faire ?
… parce que tant qu’il y a suffisamment d’acheteur, même s’il y en a moins, ça va
… mais si, un jour, les prix arrivent à un stade où il n’y aura plus assez d’acheteurs pour acheter, que se passera-t-il ?
… Ah ? Les prix baisserait juste un petit peu pour resolvabiliser des acheteurs afin qu’il y en ait de nouveau juste assez pour faire en sorte que les prix continuent à augmenter
… Oui mais aussi, les vieux qui achètent, une fois qu’ils ont acheté le bien qui leur faut, ils vont pas racheter, donc ils passent dans le camp de ceux qui sont exclus du marché,
… Ah ? mais il y en auraient d’autres qui deviendraient vieux et qui étaient dans les exclus et qui pourraient maintenant passer dans le camp des acheteurs, des qui étaient locataires parce qu’ils ne pouvaient pas acheter
… Pfft ! c’est compliqué tout ça !
… et les prix, quand est-ce qu’ils vont baisser ?
… jamais
… Ah bon ! Ben alors, je croyais que, on m’avait dit que…, et si les banques elles ne prêtent plus, ou si elles prêtent beaucoup moins ?
… si les banques elles prêtent plus, et bien là, ça devient franchement mauvais pour l’immobilier
… et c’est quand qu’elles pourraient ne plus prêter ?
… c’est à partir de maintenant !
… mais c’est pas ce que l’on entend, quand même ?
… bah ! elles ne s’en vantent pas, mais avec toutes les menaces qui pèsent sur leurs épaules, elles doivent passer le temps à mettre de l’argent de côté en cas de coup dur.
… Bon, alors les prix vont baisser ?
… peut-être bien, si deux ou trois trucs se passent en plus
… c’est compliqué !

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


2020, un tournant dans l’immobilier selon PAP

L’année a été marquée par la survenue de la crise sanitaire, impliquant de nouvelles pratiques comme le télétravail, qui ont eu des implications structurantes sur les recherches immobilières des français.


Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.


Soulagement des professionnels après les inflexions du HCSF

La FNAIM, la FFB, et les courtiers en crédits immobiliers ont salué les inflexions dans les recommandations adressées aux banques.


Front uni des acteurs de l’immobilier avant la réunion du HCSF

En amont de la réunion du Haut Conseil de stabilité financière, les principales fédération ont écrit une lette ouverte aux cabinets de Bruno Le Maire et d’Emmanuelle Wargon, de la DGT, de l’ACPR et du HCSF.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


La reprise des visites de biens immobiliers confirmée par Jean Castex


Le Premier ministre dévoilait ce jeudi, au cours d’une conférence de presse, les détails de la réouverture progressive des commerces dès le samedi 28 novembre.


Les professionnels de l’immobilier poussent pour une autorisation des visites

Les principales fédérations ont, en amont de l’intervention de Jean Castex, communiqué sur la nécessité de « déverrouiller la chaine du logement », via des visites soumises à un strict protocole sanitaire.


«Il ne se passe plus rien, on a posé les stylos»

Nicolas Bouscasse est le président de la Chambre du Rhône de la FNAIM. Il évoque avec Lyon Pôle Immo l’impact du second confinement sur le marché immobilier, en l’absence de possibilité de visites.


84.1% des acheteurs et locataires continuent leurs projets, selon PAP

38.3% des locataires sont même prêts à signer leur contrat de location sur la base d’une visite virtuelle, sans visite physique du logement.


Le Congrès de la FNAIM se tiendra en format 100% digital

Le congrès et salon des professionnels de l’immobilier organisé par la fédération sera sous un format 100% digital sur 4 jours.


Reconfinement général à partir de vendredi


Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé un reconfinement général à partir de ce vendredi pour lutter contre la reprise de l’épidémie de coronavirus.


Notariat : les nouvelles orientations suite à l’élection de David Ambrosiano


Le nouveau président souhaite notamment mettre en œuvre la convention d’objectifs 2021-2024 signée le 8 octobre avec l’État.


David Ambrosiano, nouveau président du Conseil supérieur du notariat

L’ancien président de la Chambre des notaires de l’Isère a été élu président de l’organisation professionnelle du notariat.


Une offre de community management dédiée aux agents immobiliers lancée par Kuso

Paul de Framond, diplômé d’une école de commerce et Jérôme Carle, jeune ingénieur, travaillaient tout deux en indépendants sur des chantiers de communication digitale pour les agents immobiliers quand ils ont eu l’idée de proposer une offre de gestion des réseaux sociaux baptisée Kuso.


Accès au logement : une charte de lutte contre les discriminations

Cette charte a été signée par le gouvernement et les professionnels de l’immobilier.