Dans le centre-ville de Roanne, « de 7 à 9% de rentabilité »

Selon Valérie Sol Dourdin, directrice de l’agence Foncia de Roanne, le marché du centre-ville de Roanne est assez dynamique.

Quel est l’état du marché immobilier roannais en cette fin d’année ?

Globalement, je trouve le marché plutôt dynamique. Nous avons deux types d’acquéreurs : d’une part, ceux qui cherchent à se loger, et d’autres qui cherchent à investir. En matière d’investissement, compte tenu de ce qui se passe actuellement en Bourse, on voit revenir des personnes qui avaient de l’argent placé et qui cherchent à l’investir dans l’immobilier. Ce sont des personnes qui sont très exigeantes, car elles cherchent à avoir une rentabilité. Néanmoins, il y a de la demande : si les affaires ne se font pas facilement, elles aboutissent la plupart du temps. Nous avons également de la demande de la part de primo-accédants cherchant des petits produits en centre-ville.

Avez-vous ressenti l’effet de la loi réformant la fiscalité sur les plus-values immobilières ?

Nous avons eu un bel effet d’annonce fin août, lorsque le premier ministre a annoncé que la nouvelle fiscalité aurait un effet immédiat. Nous avons beaucoup d’appels de vendeurs, qui décidaient alors de ne plus vendre. Puis, il y a eu une adaptation de la loi. Du coup, passé cet effet d’annonce, les gens se sont organisés, ont réfléchi, et on trouve de nouveau des vendeurs.

La possible fin du PTZ+ dans l’ancien risque-t-elle d’avoir un impact sur le marché ?

La suppression du PTZ+ risque d’être assez gênante. Par contre, on encourage peu l’utilisation de certains outils. L’éco-PTZ, lui, reste en place en 2012 et est très peu utilisé, alors qu’il est accessible à tout le monde, du moment où l’on réalise un bouquet de travaux lié aux économies d’énergie.

La rentabilité à Roanne est-elle bonne actuellement ?

Elle est très bonne. Les loyers sont bas, mais les prix de vente le sont également. De ce fait, nous sommes autour des 7 à 9% de rentabilité.

En termes de prix, combien faut-il débourser pour un bel appartement dans le centre-ville ?

Nous sommes, pour un bel appartement ancien, avec une bonne hauteur sous plafond, dans un beau secteur, à des prix évoluant entre 1200 et 1300 euros. C’est beaucoup pour le roannais, où la moyenne donnée par les notaires fin 2010 était de 1039 euros.

L’A89 va-t-elle attirer des investisseurs venant de l’extérieur de Roanne ?

Oui, il est clair que l’A89 va jouer. Par ailleurs, en centre-ville, nous avons le TER Lyon-Roanne. Certaines personnes viennent rechercher des appartements en centre-ville. Ce ne sont pas 50% des acquéreurs, mais nous avons une bonne demande de l’extérieur, qui sera accrue dans les années qui viennent.

Sur le marché des maisons, est-on sur la même dynamique ?

Non, pas du tout. Le stock maisons est très élevé. Le délai de vente de la maison est relativement long, et on voit plus un retour sur le centre-ville et sur les appartements. La maison est plus difficile à vendre en ce moment.

» Roanne: « une légère augmentation des prix » au 3ème trimestre






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le marché immobilier français très dynamique, selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a, à l’occasion de son bilan trimestriel, tempéré ce constat en soulignant que Paris voyait son activité et ses prix marquer le pas


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


« Nous sommes dans un marché où la demande est très forte »


Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui les grandes tendances observables depuis la fin du confinement sur le marché immobilier de Roanne et de Roannais agglomération.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.