« Il y a toujours une demande récurrente »

Pierre Alain Degert, directeur de l’agence Orpi de Lyon Moulin à Vent, nous parle du marché immobilier de son secteur.

Comment jugez-vous le marché du Moulin à Vent ?

Le marché immobilier du Moulin à Vent est très varié : on peut trouver aussi bien des appartements que des maisons. Nous avons sur ce quartier tous les types de maisons, qui vont des années 1900-1930, aux années 1970, voire même des maisons très récentes. Nous sommes dans une activité cyclique : si nous vendons tout le temps des appartements, nous vendons les maisons plutôt entre le premier janvier et le premier juillet, ceci étant dû au fait que, dans leurs écrasante majorité, les acquéreurs sont des couples avec enfants, qui souhaitent emménager avant la rentrée scolaire. Sur ce quartier, 80 à 90% des gens restent sur le secteur, et on trouvera des appartements plutôt compris entre 100.000 et 200.000 euros.

Globalement, ressentez-vous un ralentissement du marché immobilier ?

Nous avons vécu plusieurs périodes depuis dix ans. Jusqu’en 2007, tout se vendait assez bien et à tous les prix, jusqu’au moment où ça a coincé, et où nous vendions beaucoup moins. Aujourd’hui, est-ce que nous sommes depuis sortis de la crise ? Je ne peux pas le dire… Néanmoins, il y a toujours une demande récurrente de la part des gens, qui ont besoin de se loger, soit en louant, soit en achetant. Dans l’ancien, je pense que nous arriverons toujours à vendre des biens, car les prix peuvent toujours baisser.

Est-ce que la fin du PTZ+ va avoir un impact sur l’immobilier dans votre secteur ?

Pas sur Lyon. Dans les secteurs de la périphérie de Lyon, cela va sans doute avoir un impact. Sur Lyon, il y a une demande tellement importante de logements, que ce soit pour la vente ou la location, que je doute que ceci ait un véritable impact.

Sur l’ensemble du secteur que vous couvrez, sur le sud du huitième et le nord de Vénissieux, les secteurs ne sont pas tout à fait homogènes. Quel est le secteur le plus coté ?

Il y a plein de micro-marchés ici. Le secteur de la place de Belleville est bien côté. Un T2 des années 70 est en ce moment proposé à la vente à 139.000 euros. Sur le reste du quartier, il y a en ce moment une grosse politique de réhabilitation du quartier : la mairie est notamment en train de rénover la place du Moulin à Vent. Du coup, cela amène un autre type de clientèle et permet au quartier de se régénérer : les commerces reviennent progressivement. C’est un secteur en devenir. Boulevard des Etats-Unis est un secteur très dynamique, très commerçant. Avoir une maison dans ce secteur-là permet d’être proches des écoles, et des commerces. De ce fait, c’est plutôt bien coté. Du côté de l’avenue Paul Santy, c’est un peu moins commerçant, même si là aussi, il y a de gros programmes neufs qui se construisent, ce qui amène le secteur à se redynamiser. Donc au final, nous sommes sur une bonne dynamique. Côté Vénissieux, le quartier du Moulin à Vent est également assez « moteur » du reste du secteur. On notera qu’historiquement, le quartier a été nommé du fait de l’existence, dans les siècles passés, d’un ancien Moulin à vent. En ce temps-là, ce n’était encore que des prés et des fermes. Puis, au fur à mesure, une certaine activité s’est développée, avec les Frères lumières, puis avec l’arrivée de l’automobile. Il y avait beaucoup d’ateliers dans le quartier. Mais comme Lyon continuait de s’étendre, l’habitat a pris le pas sur les usines, qui ont été peu à peu obligées de s’expatrier. Les besoins en main d’œuvre dans l’industrie ont également nécessité la construction de logements, ce qui fait qu’il y eu tout une politique de logement social. Du côté du boulevard des Etats-Unis, il y a ainsi beaucoup de logements publics.

Justement, le problème du quartier n’est-il pas cette surreprésentation de la fonction d’habitation, au détriment des autres activités ? L’absence d’une certaine mixité fonctionnelle n’est-elle pas négative pour l’image du Moulin à Vent ?

C’est un peu le seul bémol du secteur. Il n’y a plus assez de place pour accueillir des activités industrielles. Quant aux bureaux, il y a beaucoup de programmes neufs en cours ou à venir, mais ils devraient être surtout à vocation résidentielle. Ils permettront en revanche l’installation de nouveaux commerces de proximité.

Au niveau des transports en commun, le quartier est-il bien desservi ?

Nous sommes assez bien desservis : au bout de la route de Vienne, il y a le Tramway qui vous emmène à Bron ou aux portes de Lyon. Les bus, aussi, sont nombreux. Même pour les automobilistes, le périphérique est assez proche, et on peut aller rapidement au nord de Lyon.

Comment voyez-vous le marché évoluer pour 2012 ?

Nous sommes assez sereins, car nous sommes implantés sur un quartier qui est de plus en plus demandé. Le fait qu’il y ait des secteurs à Lyon qui soient très chers fait que les gens se reportent sur des secteurs périphériques, comme Lyon 8ème ou Vénissieux.

Toutefois, si il y a baisse de la demande sur le marché central, ne pensez-vous pas que les secteurs périphériques soient encore plus affectés ?

Sur Lyon, je ne pense pas que ça baisse. Il y a toujours une demande dans des secteurs tels que Lyon 6, où beaucoup de gens sont prêts à acheter. Les gens qui ont du mal à acheter Lyon, du fait des prix, sont souvent obligés d’aller à l’extérieur de Lyon. Et Lyon 8 est un bon compromis : vous êtes proches des commerces et même du travail, si vous travaillez sur Lyon ou dans le sud-est de Lyon. Les gens qui ne peuvent pas acheter sur Lyon se reportent soit sur des secteurs comme Lyon 8, où les prix sont moins chers que dans le centre, ou soit partent habiter dans les Monts du Lyonnais.

» Lyon: une nouvelle agence Orpi à Moulin à Vent

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

ctes beau la methode Coué et la propagande, mais ca prend plus!!!

Moins 7.5% en ile de France en un an!! (selon meilleurs taux)

Signaler un abus

Je vis laba, le marché est mort!!! des pancarte à vendre à louer qui reste depuis 1 ans. On a beaucoup de choix certes bcq d appartement à vendre ou à louer mais avec des prix bullesque, les gens achetent pas.

Allez dans ce secteur vous verrez plein d appartement à louer ou vendre.
lol sur le neuf des publicités : dernière opportunité (ca fait 6 mois que c est la derniere opportunité lol

des algéco planté en face des écoles et des creches pour chercher les jeunes couple avec enfant : devenez endetté dans un petit T2 à 180 000 euros

Signaler un abus

je connais tres tres bien ce secteur et c est un pur mensonge! la demande y est certes, mais l offre y est beaucoup plus grande mais y a pas preneur car les prix pratiquée sont trop chers pour ce que c’est

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Un infime tassement des ventes de logements

Les notaires de France ont présenté leur note de conjoncture au titre du 1er trimestre 2018, avec les volumes à fin février, et les évolutions de prix définitives en 2017 dans les grandes villes, dont Lyon.


Une capacité d’acquisition immobilière des ménages élevée

BNP Paribas Real Estate a publié pour la première fois son indicateur de capacité d’acquisition immobilière.


Immobilier haut de gamme : marché sous tension à Lyon

Barnes, l’un des acteurs majeurs du secteur opérant dans la ville, a indiqué prévoir pour 2018 une croissance soutenue du marché.


Petite baisse des prix de l’immobilier sur trois mois à Lyon

null
Le dernier baromètre LPI – Seloger publié en cours de semaine dernière montre toujours une hausse des prix sur un an, mais un affaiblissement des prix sur trois mois.


Lyon: les quartiers où les prix ont le plus monté en 2017

Certains arrondissements et quartiers ont connu, en 2017, des hausses à deux chiffres, selon les statistiques délivrées en début de semaine par la Chambre des notaires du Rhône.


Les prix de l’immobilier en forte hausse à Lyon, selon Seloger

Seloger a commenté les prix immobiliers lyonnais, qui sont en hausse de plus de 9% sur un an.


Revivez la présentation de l’observatoire 2017 des notaires du Rhône

Les notaires du Rhône présentent ce matin leur bilan 2017 en matière d’immobilier.


Vers une accalmie du marché immobilier résidentiel

Xerfi a publié jeudi une note sur le marché de l’habitat. Il prévoit une baisse des ventes dans les deux prochaines années.


Lyon: les prix dans l’immobilier existant flirtent avec les 4.000€ le m²

Le président de la Chambre des notaires a fait un point, à l’occasion de la conférence annuelle du CECIM, sur la situation du marché immobilier ancien en 2017.


Immobilier : dynamique plutôt positive dans les départements rhônalpins

Les notaires de France ont publié en cours de semaine dernière leur note trimestrielle de conjoncture au niveau régional.


L’indicateur de tension immobilière toujours élevé à Lyon

Le nombre d’acheteurs en recherche pour un bien en vente reste toujours élevé, selon le baromètre national de février de MeilleursAgents.com.


Lyon : +20% pour les prix de l’immobilier dans le 1er arrondissement

null
Selon LPI-Seloger, les prix augmentent sur un an, de plus de 20% dans quatre arrondissement de Lyon.


Lyon : un marché immobilier sous tension

null
La Chambre du Rhône de la FNAIM dressait lundi un bilan de l’année immobilière, dans la Métropole de Lyon et le département du Rhône. L’activité a été forte sur l’année écoulée.


« En trois ans, le volume de transactions a augmenté de 42% en France »

Jean-Marc Torrolion est le président de la FNAIM. Il évoque le bilan du marché 2017 et les perspectives 2018, ainsi que la contribution de la fédération réalisée à l’occasion de la conférence de consensus sur le logement.


Des hausses de prix de 16% dans la presqu’île de Lyon

Le dernier baromètre LPI-Seloger a fait état de hausses significatives dans les 1er et 2e arrondissement de Lyon.